Itamar Ben Gvir, un ultranationaliste accusé d’avoir attisé les violences à Jérusalem

Le chef de la police en Israël a accusé le député Itamar Ben Gvir d'avoir mis de l'huile sur le feu à Jérusalem et d'être en partie responsable des violentes manifestations qui ont rallumé le conflit israélo-palestinien. Retour sur le parcours de cet ultranationaliste dont l’entrée en mars à la Knesset semble avoir renforcé la confiance de l'extrême droite israélienne. Par Grégoire SAUVAGE

https://www.france24.com/fr/moyen-orient/20210514-itamar-ben-gvir-un-ultranationaliste-accus%C3%A9-d-avoir-attis%C3%A9-les-violences-%C3%A0-j%C3%A9rusalem

“La personne qui est responsable de cette Intifada est Itamar Ben Gvir”. Le chef de la police en Israël, Kobi Shabtaï, n’a pas mâché ses mots lors de ce briefing matinal avec Benjamin Netanhayu. Selon lui, les provocations du député de l’ultradroite et de ses partisans ont attisé la colère des Palestiniens et provoqué les violents affrontements qui ont secoué Jérusalem la semaine dernière.

Parmi les coups d’éclat du député, l’installation d’un bureau la semaine dernière en plein Cheikh Jarrah, ce quartier de Jérusalem-Est devenu le symbole de la colonisation israélienne. Fin avril, ce sont ses alliés du Lehava, un mouvement qui prône l’interdiction des mariages entre Juifs et non Juifs qui mettaient le feu aux poudres en criant “Mort aux Arabes”, à proximité de la porte de Damas.  “Le résultat : des déferlements de violence à Jérusalem qui se sont ensuite étendus aux villes mixtes dans le pays”.

“Rhétorique agressive”

C’est à seulement 19 ans qu’Itamar Ben Gvir fait son entrée dans la vie publique israélienne. En 1995, dans un climat haineux à la suite des accords d'Oslo avec les Palestiniens, il brandit devant les caméras l'insigne de la voiture du Premier ministre Yitzhak Rabin.

"On est arrivé jusqu'à ce symbole. On arrivera jusqu'à lui", avait-il dit. Yitzhak Rabin sera assassiné par un extrémiste juif quelques semaines plus tard.

Inculpé plus d’une cinquantaine de fois par la justice depuis son adolescence notamment pour incitation à la haine, le suprémaciste juif finit par devenir avocat pour dit-il, “se défendre lui-même”.

“Il est devenu l’avocat attitré de tous les fanatiques et des militants d’extrême-droite”, explique Denis Charbit, professeur de science politique à l’université ouverte d’Israël à Raanana, joint par France 24.

En 2006, par exemple, il défend deux adolescents accusés d’avoir participé à l’attaque d’une maison en Cisjordanie où deux parents et leur bébé ont été brûlés vifs.

Héritier du Kahanisme

Le discours xénophobe porté par Itamar Ben Gvir trouve son origine dans l’idéologie défendue par Meir Kahane, un rabbin extrémiste qui souhaitait l’instauration d’un État théocratique et l’expulsion de tous les Arabes d’Israël.

Ses idées nauséabondes rebutaient tellement la classe politique israélienne que lors de ses interventions à la Knesset, où il fut député entre 1984 et 1988, tous ses collègues quittaient l’enceinte du Parlement. Assassiné en 1990, son parti a fini par être interdit en 1994 pour terrorisme et racisme.

“Meir Kahane a laissé derrière lui plusieurs héritiers, détaille Simon Epstein. Mais le plus intelligent c’est Ben Gvir. Ce dernier a compris qu’il fallait un peu adoucir ce discours raciste car sans cela, il ne pourrait jamais entrer à la Knesset”. 

Après trois tentatives infructueuses, Itamar Ben Gvir finit en effet par être élu député en mars dernier, en prenant la tête d’une coalition de partis sionistes religieux.

“Banjamin Netanyahu a poussé très fort pour que ces petites structures d’extrême droite s’allient à Itamar Ben Gvir”, rappelle Denis Charbit.

Visé par plusieurs procès pour corruption, le Premier ministre sortant jouait sa survie politique pendant ces élections. “Il était aux abois et tenait absolument à avoir une majorité au Parlement. Il a considéré qu'Itamar Ben Gvir était la solution”, analyse Simon Epstein. “C’était une victoire pour les franges de l’ultradroite raciste et un mauvais signe pour la coexistence entre Juifs et Arabes”.

>> À lire sur France 24 : qui sont les Arabes israéliens, ces Palestiniens d’Israël ?

Extrême droite décomplexée

Les spécialistes interrogés par France 24 s’accordent à dire que l’entrée au Parlement d’une coalition ultraconservatrice emmenée par Itamar Ben Gvir a conforté des groupuscules virulents de suprémacistes juifs dans la violence et renforcé leur sentiment d’impunité.

“On a vu ces dernières semaines des manifestations organisées par l’extrême droite à Jérusalem. Auparavant, ces manifestations auraient été interdites dans l’espoir de calmer le jeu. Mais à cause de la complicité de Benjamin Netanyahu, la police a été beaucoup plus tolérante à leur égard”, assure Simon Epstein. D’autant que le camp d’en face était aussi bouillonnant. C’est comme si on avait tout fait pour que cela explose”.

Ces derniers jours, d’effroyables scènes de lynchage, impliquant des extrémistes arabes ou des membres de l’ultradroite israélienne ont choqué l’opinion publique. Dernière en date, l’agression à Bat Yam près de Tel-Aviv, d’un homme présumé arabe par des militants d’extrême droite. Un lynchage diffusé en direct à une heure de grande écoute qui a provoqué une condamnation unanime de la classe politique israélienne.

Même des villes considérées comme des modèles de coexistence entre Juifs et Arabes, comme Saint-Jean-d’Acre, connaissent des troubles et des violences. “ Il y avait eu beaucoup de signes positifs ces dernières années”  sur la question de l’intégration des Arabes dans la vie publique israélienne “ mais en l’espace de trois semaines, on se retrouve dans une situation de guerre civile larvée ”, déplore Simon Epstein.

“ Je ne sais pas comment nous allons faire pour réparer cela, prévient Denis Charbit, surtout si Benjamin Netanyahu parvient à se maintenir au poste de Premier ministre ”.

Prolonger :

Marine Vlahovic, ex-correspondante à Ramallah : " Il faut des drames et des morts "

Marine Vlahovic a passé trois ans comme correspondante pigiste au Proche-Orient. De retour en France, elle raconte dans un podcast à paraître chez Arte Radio son ancien quotidien, fait de pressions et d'accusations, de censures et de découragement de voir son travail abîmé par des rédactions mal informées. Elle tire aussi la sonnette d'alarme sur la situation des pigistes, dont la précarité s'aggrave sur place. Son podcast, "Carnets de correspondante", sera disponible le 3 juin sur le site d'Arte Radio.

Correspondante pour de nombreux médias francophones à Ramallah pendant trois ans, Marine Vlahovic raconte son expérience dans un podcast diffusé sur Arte Radio, Carnets de correspondante. Entre les balles qui sifflent, les interminables heures d'attente aux checkpoints, les matchs de foot et les discussions enflammées dans les deux camps, les cinq épisodes de 20 minutes, disponibles à partir du 3 juin, racontent la vie d'une journaliste au cœur du conflit qui déchaîne encore les passions médiatiques. C'est aussi le récit des doutes et des petits renoncements. Entretien. 

(...)

Entre Israël et Palestiniens, un cessez-le feu qui ne fera pas la paix

Par François Bougon

Si la trêve entrée en vigueur vendredi met fin au conflit entre Israël et le Hamas démarré le 10 mai, elle ne permettra pas de venir à bout des cycles réguliers de violences. Cette nouvelle escalade a remis la question israélo-palestinienne au premier plan.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.