A combien s’élèvent les salaires dans le secteur privé?

Les écarts se creusent entre les hauts et les bas salaires, selon les chiffres communiqués par l’Insee ce mardi. Les 10 % des travailleurs les moins bien payés gagnent moins de 1.189 euros par mois. Si vous touchez plus de 3.576 euros net mensuels, vous faites partie des 10 % des salariés les mieux payés).1 % des salariés perçoivent plus de 8.629 euros par mois.

https://www.20minutes.fr/economie/2502675-20190423-combien-elevent-salaires-secteur-prive

  • En 2019, le salaire médian s’élevait à 1.789 euros net mensuels.
  • Les 10 % des salariés les mieux payés gagnent plus de 3.576 euros par mois.
  • Les femmes sont payées 18,9 % de moins que les hommes, mais l’écart diminue.

En 2016, dernière année étudiée, le salaire mensuel moyen d’un travailleur du secteur privé s’élevait à 2.238 euros net.

Pour mieux se rendre compte des inégalités de rémunérations, il faut regarder le salaire médian. Selon l’Insee, il s’établit à 1.789 euros net. Autrement dit, en France, 50 % des salariés du secteur privé gagnent moins que cette somme.

Cet écart entre les hauts et les bas salaires ne cesse de grandir. Comme le rappelle l’Insee, les 10 % les mieux rémunérés ont vu leur salaire croître de 5 % entre 2008 et 2016. C’est un rythme deux fois plus rapide que celui des salariés les moins bien payés (+2,3 % d’augmentation seulement sur la même période).

Selon l’étude, « en 2016, les salaires en EQTP [équivalent temps plein] des femmes sont en moyenne inférieurs de 18,9 % à ceux des hommes », soit 3,4 points de moins qu’en 2002. Les disparités restent néanmoins très élevées pour les hauts salaires : les 10 % des femmes les mieux payées gagnent 21 % de moins que leurs homologues masculins (3.091 euros mensuels contre 3.926 euros mensuels).

Source INSEE : https://www.insee.fr/fr/statistiques/4129807

 

Prolonger :

Sur France culture :

Faut-il se désendetter à tout prix ? 23/04/2019 Par Hervé Gardette et Antoine Genton

La dette mondiale explose depuis la crise financière de 2008. Dans les pays riches, elle approche voire dépasse les 100% du PIB. Certains s’en alarment, mais d’autres relativisent l'importance des déficits dans un contexte de faibles taux d'intérêt. Le désendettement fait-il encore sens ?

C’est LE débat économique du moment, le débat économique des années qui viennent, aussi, selon plusieurs économistes : comment gérer la dette publique ?… 

Cette question, c’est le thème d’une grande réunion, aujourd’hui et demain à Paris : un forum mondial organisé par l’OCDE. C’est aussi et surtout un sujet qui ne cesse de revenir dans l’actualité en France, dès qu’on parle d’une mesure prise ou évoquée par l’exécutif. On l’a encore vu la semaine dernière, avec ce que devait annoncer Emmanuel Macron : « est-ce que tout cela ne va pas creuser la dette ? » se demandait-on. 

La dette, qui revient aussi désormais dans le débat de chaque campagne électorale  – particulièrement depuis 2008 et la crise financière, depuis qu’elle a nettement augmenté pour atteindre près de 100% du PIB. 

A l’étranger, aussi, c’est un sujet de débat – parfois vif, et même violent. On l’a vu en Grèce, ces dernières années, en Italie aujourd’hui… Aux Etats-Unis, aussi, où l’endettement public a considérablement augmenté ces derniers mois. 

De plus en plus de dette, donc. Faut-il s’en inquiéter ? Là, les avis divergent. La dette est perçue comme un fardeau dont il faut se délester pour des raisons économiques et même morales – en allemand, dette se dit Schuld – qui signifie aussi faute et culpabilité. 

Mais la dette est aussi vue comme un atout – nécessaire à l’investissement et au développement des sociétés. D’où cette question, faut-il se désendetter à tout prix ?

Articles :

"L'économie mondiale n'a jamais été aussi endettée", Le Figaro, le 04/01/2019 

[abonnés] "La dette, un problème "accessoire"? avec les taux bas, le débat redémarre", La Croix, le 15/04/2019

[abonnés] "Dette publique : pas de quoi paniquer !", Alternatives économiques, le 17/12/2018

Opinions :

"Être obnubilé par la réduction de la dette publique est une erreur", Olivier Blanchard, ancien économiste en chef du FMI pour Le Point, le 20/02/2019

"Si nous ne faisons rien, nous aurons un tsunami financier avant 2020", Georges Ugeux, spécialiste de la finance internationale pour La Tribune, le 13/04/2019

[abonnés] "Résoudre le problème de la dette publique suppose de s’attaquer aux fondements des politiques néolibérales", tribune d'un collectif d'économistes pour Le Monde, le 12/10/2018

Bibliographie

Dette, 5000 ans d'histoire

Dette, 5000 ans d'histoire

David Graeber

Les Liens qui libèrent, 2013

 

La dette, arme de dissuasion sociale massive

Jacques Rigaudiat

Ed. du Croquant, 2018

 

Intervenants

  • Patrice Baubeau

    historien spécialiste de l'histoire économique financière et monétaire, maître de conférences en histoire contemporaine à l'Université Paris Ouest Nanterre-La Défense

  • François Meunier

    économiste, professeur associé de finance à l'ENSAE ParisTech

  • Mathieu Plane

    économiste, directeur adjoint du département analyse et prévision de l'OFCE

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.