Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

230 Billets

2 Éditions

Billet de blog 23 nov. 2021

Présidentielle : les journalistes ne remplissent pas leur mission de service public

Les journalistes ont une mission de service public, celle d'informer le public, dénoncer les falsifications ou les mystifications et garantir le pluralisme. Cela n'est pas du tout fait actuellement dans la perspective des présidentielles puisque l'essentiel se résume à commenter des postures et des personnes qui n'ont pas de programme et d'y inclure des personnes qui ne sont même pas candidates !

Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pas de bilan économique et social de la société de posé et pas de programme qui réponde à résoudre les inégalités de ce bilan économique et social. Au contraire, une farandole, un carnaval de candidatures vides, donc, qui décrédibilise la politique et l'action publique.

Il serait temps de corriger cette inversion des priorités dans l'information.

Personne ne pose ni ne parle du bilan global de ces quatre dernières années, ce qui est le préalable indispensable au débat électoral.

L'avenir du pays ne risque pas d'évoluer tant que la conception hippique de la politique, une réduction à une compétition d'ego, voir un tout à l'ego, domine ce que les médias prétendre vendre comme un débat électoral.

C'est au mieux du mauvais marketing qui coûte une fortune, au pire de l'escroquerie intellectuelle. Il n'y a rien de politique dans des articles qui se résument à des commentaires de bavardages. Une telle couverture médiatique aussi médiocre signale une immaturité ou une imperméabilité démocratique. Sa persistance paraît établir l'existence d'un particularisme politique français persistant attaché au césarisme et au libéralisme autoritaire.

La politique est une chose sérieuse. Il faut cesser de la décrédibiliser en ne parlant que des personnes, qui ne sont que secondaires.

Cette personnification de l'action publique est d'autant plus erronée que ces personnes démontrent leur incapacité d'en faire.

Un parti politique met d'abord en avant un programme et commence par proposer un bilan économique et social précis. Cette information est absente.

Les journalistes politiques doivent donc s'attacher à trouver ces partis qui travaillent d'abord sérieusement à l'élaboration d'un programme politique pertinent avant de vouloir vendre un champion du tiercé électoral.

Mettre fin aussi à la démagogie réduisant le débat à une surenchère inepte et évacuant les véritables questions de fond d'une société démocratique moderne ; dont le but est de garantir le bien-être général et non pas les profits d'une petit groupe de population. L'impécuniosité éternellement insatisfaite de ce petit groupe interroge sur sa nocuité sociale.

Un programme sécuritaire prend dix minutes à rédiger : plus de police, plus de prisons, plus de sanctions, plus d'expulsions, plus de violence institutionnelle. Un règlement de caserne.

C'est différent pour un véritable programme politique qui nécessite du travail de recherche et d'analyse en amont et de façon continue pour en déduire l'attente du plus grand nombre et leur adhésion à la société et aux formes démocratiques des institutions.

Prolonger :

Médias et extrêmes droites : mais que font les rédactions ? par Pauline Perrenot, mercredi 24 novembre 2021

Un sursaut dans la profession. C’est a minima ce que devrait provoquer la surexposition et la banalisation d’un agitateur fasciste (n’ayant toujours pas officiellement déclaré de candidature), telle qu’elle est donnée en spectacle jour après jour dans les médias. Un sursaut qu’on attend toujours

Pourquoi les jeunes journalistes renoncent de plus en plus à leur métier ?

Deux données retiennent notre attention. La première : 15 ans ; c’est la durée moyenne d’une carrière de journaliste. La deuxième : 9,9% ; c’est le recul du nombre de détenteurs de la carte de presse au cours des 11 dernières années.

Désenchantés, des journalistes quittent le métier

" Hier, journalistes. Ils ont quitté la profession ", publié aux éditions Entremises. Une enquête auprès de 55 ex-journalistes qui ont quitté le métier depuis moins de cinq ans et qui se veut comme une alerte à la profession. 

Arrêter le journalisme pour apprendre à vivre by Justine Reix Paris, FR 11.8.20

Ils sont de plus en plus nombreux à tirer leur révérence et abandonner leur carte de presse de ce métier qui fait toujours rêver autant d'étudiants. On a discuté avec eux.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal — Politique
À Drocourt, le bassin minier oscille entre abandon et vote Le Pen
Dans cette petite ville communiste du Pas-de-Calais, les échanges avec les habitants laissent apparaître l’ampleur de la déconnexion avec les thèmes et paroles qui rythment la campagne électorale médiatique.
par Jean-Louis Le Touzet

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau