Le préfet Patrick Strzoda ment à la commission d'enquête du Sénat

Patrick Strzoda a certifié sous serment à la commission d'enquête du Sénat que le téléphone crypté Teorem d'Alexandre Benalla n'était pas couvert par le secret défense alors qu'il est "un article contrôlé de la sécurité des systèmes d'information" dont l'usage relève du code de la défense nationale qui permet d'accéder à des informations classées secret-défense. C'est du Dany Boon puissance 10.

https://www.lecanardenchaine.fr/la-une-du-23-janvier-2019/

" Strzoda récrit le Teorem de Benalla" "Le canard enchaîné" mercredi 23 janvier 2019 page 3 D.H. et C.L.

Il existe une note du secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale sur les "règles générales de sécurité" du Teorem.

La règle N°8 impose l'obligation d'informer le haut fonctionnaire de la défense dans un délai inférieur à douze heures de la perte ou du vol d'un tel appareil. Ce que n'a pas fait le directeur de cabinet, laissant ce téléphone secret-défense à la libre disposition d'Alexandre Benalla pendant une durée de deux mois, alors que Médiapart a révélé que son associé travaillait pour un oligarque influent d'une puissance étrangère.

Au-delà de la question de la compromission du secret et de l'espionnage, Macron n'est pas sérieux d'accuser ensuite Poutine de se mêler de politique intérieure et de vouloir lutter contre la manipulation quand il laisse lui-même du matériel sensible se balader sous couvert de passeport diplomatiques... Quid de l'infiltration des plus hautes sphères de décisions de l'Etat et du sérieux des enquêtes d'habilitation au secret-défense ?

Le Canard conclut en espérant que l'Elysée n'ait pas aussi égaré la mallette nucléaire.

Christophe Castaner ne devrait-il pas plutôt ficher les préfets qui menacent la sécurité nationale que les gilets jaunes ? (lire sur la même page " Macron ressuscite les RG pour ficher les gilets jaunes : Nom, antécédents judiciaires, "implications associatives"... le renseignement territorial veut tout savoir sur les "meneurs" de ronds-points. " Par Didier Hassoux et Christophe Labbé - ce fichier n'a pas été déclaré à la CNIL)

Prolonger :

La condamnation pour « faux témoignage » du pneumologue Michel Aubier confirmée en appel

Auditionné par une commission d’enquête sénatoriale sur la pollution de l’air, le médecin avait omis de préciser qu’il était salarié par le groupe Total.

Vincent Crase aurait reçu près de 300 000 euros d'un oligarque russe révèle Mediapart

Fin juin 2018, un mois avant son licenciement d'En marche provoqué par sa participation dans l'affaire Benalla, la société de sécurité du gendarme Vincent Crase aurait reçu un versement de 294 000 euros d'un oligarque russe, Iskander Makhmudov, révèle Mediapart ce lundi. L'argent a été émis depuis un compte à Monaco au profit de la société de conciergerie Mars (référence au surnom de Macron, «Jupiter» selon le site d'investigation), et dont Vincent Crase est le seul actionnaire. Sur ces 294 000 euros, 147 000 euros ont atterri sur un compte de la société Velours Close, 25 200 euros sur Velours Sécurité et 114 000 euros pour Vincent Crase. Velours est le nom d'une autre société de sécurité, qui a employé Alexandre Benalla de 2013 à 2015.

Le contrat qui a valu cette rémunération portait sur la protection de proches et de biens d'Iskander Makhmudov, explique Mediapart. Actionnaire de Kalashnikov, le milliardaire Makhmudov est considéré comme un proche de Poutine, et serait soupçonné par plusieurs magistrats européens d'être lié à la mafia russe.

Emmanuel Macron, utilisateur de Gmail: pourquoi cela peut poser problème

D’après Le Monde, Emmanuel Macron échangerait de nombreux messages par le biais de son compte personnel Gmail. Mais utiliser la messagerie de Google au sommet de l’Etat soulève des questions de cybersécurité.

L’adresse mail personnelle d’Emmanuel Macron a-t-elle été piratée ?

Le compte mail personnel du président de la République a-t-il été la cible de hackers ? D’après le Journal du dimanche, l’adresse personnelle utilisée par le chef de l’État figure sur un site qui recense plusieurs centaines de millions d’adresses mail ayant potentiellement été piratées.

Emmanuel Macron s’est-il enfermé à l’Elysée ?

Alors qu’il est en déplacement dans l’Eure, de nombreux acteurs politiques et sociaux regrettent de ne pas pouvoir parler au président.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.