Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

253 Billets

2 Éditions

Lien 25 janv. 2019

Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

C'est une guerre civile quand la police tire au fusil à pompe sur les gilets jaunes

« [Les gardiens de la paix] utilisent des fusils à pompe. Les balles sont en caoutchouc, mais pour le policier, le principal geste est fait : braquer quelqu'un avec un fusil à pompe. Avant, ces armes collectives ne sortaient pas des armureries, ou alors, pour des missions très ponctuelles et encadrées. […] Cela vient des consignes de tenir le terrain à tout prix, même en sous-effectif. »

Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

https://www.cairn.info/revue-cultures-et-conflits-2003-3-page-9.htm?contenu=resume

À Montpellier, la police a tiré au fusil à pompe avec des munitions en plastique

25 janvier 2019 Par Louise Fessard

Lors d’échauffourées ayant eu lieu durant l’acte IX des gilets jaunes, le samedi 12 janvier à Montpellier, la brigade de recherche et d’intervention (BRI), une unité spécialisée de la police, a tiré au fusil à pompe des munitions en plastique, dites « bean bags », sur des manifestants.

Prolonger

Amnesty international dénonce la police française 18 déc. 2018

Colère Jaune (15/15) : La violence est-elle la continuation de la politique par d'autres moyens ? 10/01/2019 Extraits de l'émission : Vanessa Codaccioni : Quand on dit "ce sont des agitateurs", "c'est une foule haineuse", c'est une manière de dépolitiser le mouvement. Ça veut dire qu'on ne va jamais reconnaître qu'il y a quelque chose de politique. Et s'il y a une violence, ça ne peut être qu'une violence délictueuse, criminelle qui va s'attaquer au bien mais qui ne sera pas reconnue comme politique. 
 

Le Monde diplomatique : Laurent Bonelli Le soulèvement français, pourquoi maintenant ? page 13 " Il y a quelques années, un haut responsable des forces de maintien de l'ordre insistait, lors d'une entretien, sur le caractère relationnel de la violence. Il nous confiait : "C'est nous, l'institution, qui fixons le niveau de violence de départ. Plus la nôtre est haute, plus celle des manifestants l'est aussi" "

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte