Romain Rolland, le concept de héros et " Au dessus de la mêlée "

L'oeuvre de Romain Rolland est proche de ce que disait Ricœur : « la prose politique commence où cesse la vengeance, sous peine que l’histoire reste enfermée dans la mortelle alternance entre la haine éternelle et la mémoire oublieuse » (cité par Joseph Confavreux et Ellen Salvi dans " De Ricœur à Taguieff : la mémoire, l’histoire et les oublis de Macron " Médiapart)

https://www.franceculture.fr/emissions/les-nuits-de-france-culture/anniversaire-romain-rolland-romain-rolland-et-lallemagne-1ere-diffusion-06121964

" Là où je sens battre le coeur du monde, je sens battre le mien " R. Rolland (cité par Jean GUÉHENNO)

La pensée et l'oeuvre de Romain Rolland sont à connaître pour l'analyse du regain identitaire actuel, qu'il s'agisse des nationalismes qui invoquent la culture ou des racistes qui abusent de la biologie pour se justifier, et considérer l'impasse violente et stérile où il conduit : destructions, souffrances et morts. Une idéologie stigmatisante qui s'entretient dans la contemplation des cimetières et par des discours à les remplir en entretenant la haine n'est pas de la politique.

Romain Rolland a identifié le basculement de l'Allemagne (qui conduira au nazisme) à la deuxième moitié du 19°siècle avec Schopenhauer et la " maladie de la volonté " qui provoque, d'une part, chez quelques-uns, l'hypertrophie de la volonté, une mystique du chef, le sens de l'autorité et, d'autre part, l'apathie du plus grand nombre.

Romain Rolland a fait la critique dès 1905 puis le procès de l'Allemagne : violation du droit international, crimes et destruction d'oeuvres culturelles (bibliothèque de Louvain, cathédrale de Reims) (autre source).

Il identifie " l'ivresse verbale " des intellectuels dans laquelle ils se sont fourvoyés jusque dans leur capitulation à accepter ou justifier la guerre.

D'où l'intérêt de réécouter cette émission de France culture consacrée à Romain Rolland : "Anniversaire Romain Rolland - Romain Rolland et l'Allemagne" (1ère diffusion : 06/12/1964)

Il constate la déraison des belligérants écartant toute possibilité de dialogue et il s'aperçoit rapidement de la menace qu'ils font peser sur l'Europe toute entière. Il suggère un " tribunal des consciences ", une " haute cour morale " pour se prononcer sur toutes les violations du droit des gens quelle qu'en soit la nation qui les aient commises.

 

Prolonger :

 

De Ricœur à Taguieff : la mémoire, l’histoire et les oublis de Macron

Par Joseph Confavreux et Ellen Salvi

 

Emmanuel Macron soigne sa démagogie

Par Ellen Salvi

 

Romain Rolland

 

Déclaration de l'indépendance de l'Esprit

 

" Au-dessus de la mêlée "

Librairie Paul Ollendorff, 1915.

TABLE DES MATIÈRES

 

Citées dans les correspondances de Romain Rolland par Jean Guéhenno :

Mutinerie de Yên Bái

Le testament de Lauro de Bosis « L’histoire de ma mort »

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.