Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

230 Billets

2 Éditions

Lien 26 janv. 2016

Le code du travail est-il l'ami du chômage ? (Culture éco - Marie Viennot - France Culture)

Le gouvernement va s’atteler à la réécriture du code du travail, façon pour lui de réformer le marché du travail pour le rendre moins rigide. Mais la protection de l’emploi est-elle la cause du chômage ? Aucune étude ne le prouve, et c’est Jean Tirole, qui le dit !

Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

http://www.franceculture.fr/emissions/culture-eco/le-code-du-travail-est-il-lami-du-chomage

La réforme du marché du travail est la dernière des réformes structurelles à mener pour le gouvernement. Réforme structurelle, c’est une expression tiroir mais qui a un sens bien précis. On désigne par réforme structurelle les réformes qu’un pays devrait mener pour que sa croissance soit égale à sa croissance potentielle. L’idée étant qu’il y a un idéal à atteindre, la croissance potentielle et des moyens pour y arrive, les réformes structurelles.

Cette notion de croissance potentielle est sujette à caution, les économistes atterrés notamment n’y souscrivent pas. (Voir ici la récente étude d’Henry Sterdyniak de l’OFCE). Ceux qui y croient et publient régulièrement des chiffres à ce sujet ont plus de poids en ce moment puisque ce sont les économistes du FMI, de la BCE, de l’OCDE, et les analystes financiers qui donnent le là sur les marchés, notamment de dette, or nous leur empruntons en moyenne 4 milliards d’euros par semaine. Il ne s’agit donc pas de les froisser. 

Objectif : la croissance potentielle

Selon ces économistes, la croissance potentielle est liée à l’offre : production, le capital, et le travail. La production le gouvernement s’y est déjà attelé avec le pacte de responsabilité, le grand chantier qui vient, on l’a compris, c’est le travail.

Or par quoi est limitée l’offre de travail ?

1- par le nombre de personnes en âge de travailler, d’où l’idée qu’il faut travailler plus et plus longtemps

2 – par le chômage structurel. Ce chômage ayant pour cause selon ces théories néo-classiques: la non qualification ou l’inadéquation de la main d’œuvre et le peu d’incitation que les chômeurs auraient à travailler. Les lobbys patronaux en ont ajouté une troisième : la peur d’embaucher de peur de ne pouvoir licencier ensuite.

Pas de preuve et pourtant…

On peut prendre l’exemple de l’Allemagne ou de l’Angleterre, citer leurs réformes, les mini job à 800 euros outre Rhin, les contrats 0 heures outre manche, aligner ensuite la baisse du taux de chômage dans ces deux pays et dire, voilà c’est la preuve… c’est une démonstration rhétorique, pas économique.

Elle ne tient pas compte des facteurs extérieurs, l’Allemagne a profité de la croissance des pays voisins, l’Angleterre a dans le même temps dévalué la livre…

La recherche en économie est plus sérieuse, les étudiants qui sont là le savent. Or il n’y a aucune preuve que la rigidité du marché du travail soit la cause du chômage, et pour cela je m’appuie sur les dires de Jean Tirole qui sera notre invité tout à l’heure et qui ne fait pas partie des économistes atterrés. Il existe des dizaines d’études empiriques sur le sujet, elles font généralement des comparaisons entre pays, mais les données sont nous dit le prix nobel « vieilles ou biaisées ». Dans un rapport qu’il avait remis en 2003 au conseil d’analyse économique sur la protection de l’emploi et les procédures de licenciements, il citait une de ses études comparant le Portugal et les Etats Unis et ses conclusions étaient très très prudentes. Si la protection de l’emploi s’accompagne d’une durée du chômage plus longue au Portugal, ce n’est pas pour autant que la protection a pour conséquence une plus longue durée sans emploi. « Une corrélation n’implique pas un rapport de causalité » écrivait-il.

Les politiques pourraient méditer cette phrase plus souvent, le débat y gagnerait en hauteur.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Défense
Néonazis dans l’armée : l’insupportable laisser-faire du ministère
Un militaire néonazi, dont le cas avait été évoqué il y a huit mois par Mediapart, a été interpellé en novembre par des douaniers. L’armée, elle, ne l’avait sanctionné que de vingt jours d’arrêts. Ce cas pose une nouvelle fois la question de la grande tolérance de l’institution vis-à-vis de militaires fascinés par le Troisième Reich. D'autant que Mediapart a encore découvert de nouveaux cas.
par Sébastien Bourdon et Matthieu Suc
Journal
Dans l’Essonne, un « harcèlement discriminatoire » par amendes interposées
Au printemps 2020, trente-deux habitants d’Epinay-sous-Sénart ont reçu des dizaines de contraventions pour des sorties injustifiées pendant le confinement. Affirmant avoir été verbalisés à distance par la police municipale, une pratique illégale, ils ont saisi le Défenseur des droits.
par Camille Polloni et David Perrotin
Journal — Gauche(s)
Union des gauches : Hidalgo et Montebourg tentent de rebattre les cartes
La socialiste et le partisan de la Remontada ont appelé, dans la journée, à une candidature commune à gauche pour la présidentielle, en offrant de se retirer. Les pressions en faveur de l’union ainsi que les mauvais sondages expliquent aussi ce retournement. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Droite
À droite, mais à quel point ? Valérie Pécresse sommée de placer le curseur
La candidate LR à l’élection présidentielle est confrontée à une double injonction : retenir les électeurs d’Éric Ciotti, tentés par un basculement à l’extrême droite, sans rebuter pour de bon la droite « modérée » qu’embrasse Emmanuel Macron. Le premier défi de sa campagne. Et le principal ?
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en erea, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi
Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot