Quitter Apple et Google : l’odyssée d’eelo.io

Le créateur du système Mandrake Linux pour PC est convaincu que nous devons (et pouvons) sortir de l’emprise des GAFAM. Voici son nouveau projet, un OS mobile totalement indépendant. (le modèle commercial des "réseaux sociaux" est-il conforme à l'article 9 du code civil ? Si non, les clauses contractuelles des GAFAM sont nulles).

https://www.presse-citron.net/quitter-apple-google-lodyssee-deelo-io/

Gaël Duval est un pionnier du logiciel libre et un entrepreneur. Il a notamment créé le système « Mandrake Linux » pour PC. Il est expert des questions d’indépendance numérique et a récemment lancé un appel à la prise de conscience quant à la perte de souveraineté numérique en France et en Europe, et à la nécessité d’utiliser le logiciel libre : « L’amélioration de notre économie passe avant tout par la quête de notre Souveraineté Numérique »
Cet article s’inscrit dans notre rubrique « Paroles de Pros » dans laquelle des acteurs réputés du numérique prennent la parole sur des sujets liés à l’impact d’internet et des nouvelles technologies sur nos modes de vie.
En savoir plus sur Paroles de Pros et retrouver tous les articles de la rubrique

 

Le concept de « servitude volontaire » n’est pas nouveau : en 1576, Etienne de La Boétie rédige un essai resté célèbre. Dans son « Discours de la servitude volontaire », il explique comment les êtres humains peuvent entrer dans la servitude sans y être obligés.

C’est exactement ce qui se passe avec les géants numériques du 21ème siècle : personne n’est obligé d’utiliser leurs produits, personne n’est obligé d’accepter leurs conditions d’utilisation. Mais des milliards de personnes le font. Par passivité, par paresse, car l’usage est confortable.

De Mandrake à eelo

En 1998, j’ai créé Mandrake Linux, parce que j’étais fan de Linux et que je trouvais que Windows nous emprisonnait dans un monde fermé. Ça fait déjà quelques années, et je suis très heureux d’avoir été l’un des acteurs ayant contribué à faire du bureau Linux une option crédible.

Depuis lors, le smartphone a émergé. Et c’est maintenant un « compagnon de vie » pour beaucoup d’entre nous. Mais j’ai réalisé cette année que j’utilisais un iPhone depuis 10 ans, un Mac aussi et de plus en plus les services Google. J’ai réalisé que j’étais devenu paresseux et que mes données personnelles n’avaient plus rien de privé pour les GAFAMs.

Tombé dans l’allégeance

iOS est propriétaire est pratique allègrement l’obsolescence programmée, Google est devenu un mastodonte qui recueille un maximum d’information sur nos vies afin de pouvoir vendre de la publicité. Comme des millions d’autres personnes, je suis devenu un produit de Google, je suis tombé dans l’allégeance.

Mais la servitude volontaire n’est pas une fatalité : les logiciels libres sont partout et sont souvent la base des produits propriétaires des géants du numérique, qui sont fournis soi-disant « gratuitement ».

Pour nous, pour les générations futures, nous devons reconquérir notre vie privée : nos données sont NOS données.

eelo est devenu possible

Après des mois de tests, la conclusion est que les briques logicielles disponibles permettent de proposer une alternative crédible à Apple et Google. LineageOS, qui est une version d’Android que l’on peut débarrasser complètement des services Google, fonctionne très bien sur beaucoup de smartphones. Des solutions libres et performantes de stockage en ligne, d’email, d’office en ligne sont également disponibles, souvent d’ailleurs l’émanation de société européennes.

La mission d’eelo est d’intégrer tout ceci en un ensemble homogène et attrayant, pour nos enfants, pour nos parents, pour tous ceux qui sont des utilisateurs de base de smartphones mais à la fois souhaitent préserver leurs données personnelles.

Un projet à but non lucratif, dans l’intérêt du public

eelo est un projet à but non lucratif « dans l’intérêt du public » car il semble assez clair que les systèmes d’exploitation et les services web, tout comme les réseaux téléphoniques, les voies ferrées, les routes… devraient être des ressources communes d’infrastructure.

À but non lucratif ne signifie pas que rien ne sera en vente. Des smartphones eelo seront probablement à vendre, et certains services premium seront disponibles pour les entreprises. Mais le profit ne sera pas le premier objectif d’eelo.

Une campagne de financement participatif

Des centaines de personnes ont manifesté leur intérêt pour le projet eelo en seulement quelques semaines. Une campagne de financement participatif a donc été lancée afin de financer les développements qui permettront d’arriver rapidement à une première version d’eelo crédible.

Il n’y a pas de fatalité, nous pouvons changer le cours des choses et redonner  du poids à une vision plus humaniste de nos vies en ligne, retrouver de l’indépendance à l’échelle française et européenne, résister à la colonisation numérique, insuffler une nouvelle dynamique à notre environnement économique et social moderne.

La campagne de financement participatif sur Kickstarter :

https://www.kickstarter.com/projects/290746744/eelo-a-mobile-os-and-web-services-in-the-public-in

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.