Comment Apple, Samsung et Microsoft organisent l'obsolescence forcée

Une étude de Greenpeace sur les appareils nomades – smartphones, tablettes et ordinateurs portables – pointe les tactiques des fabricants pour gêner ou interdire la réparation (Thierry Noisette Publié le 27 juin 2017 à 12h43)

http://tempsreel.nouvelobs.com/rue89/sur-le-radar/20170627.OBS1254/comment-apple-samsung-et-microsoft-organisent-l-obsolescence-forcee.html

Greenpeace, associé au site de tutoriels de réparation iFixit ("je le répare"), publie un classement de 44 smartphones, tablettes et ordinateurs portables, des modèles les plus vendus ces deux dernières années. Ils sont analysés en fonction de quatre critères : la possibilité de remplacer la batterie, de remplacer l'écran, l'usage d'outils spécifiques, la disponibilité de pièces détachées.

5 ways tech companies are making your devices die too soon https://t.co/ZquGUrhgry pic.twitter.com/RvmDggzgfX

— Greenpeace (@Greenpeace) 27 juin 2017

Parmi les smartphones, seul le téléphone "équitable" Fairphone (réalisé par une entreprise néerlandaise) obtient 10 sur 10, tandis que les Galaxy 7 et Galaxy 7 Edge de Samsung sont en fin de liste avec 3/10.

Dans les tablettes, c'est le Surface Pro 5 de Microsoft qui obtient la pire note, 1/10 – seul l'Elite X2 1012 G1 de HP réussit quant à lui un 10/10 –, tandis que parmi les ordinateurs, Apple décroche le bonnet d'âne avec son Retina Macbook 2017 (le Latitude E5270 de Dell et l'Elitebook 840 G3 Notebook de HP ont 10/10).

Comment ces fabricants vedettes compliquent-ils la vie de leurs acheteurs – ou les obligent-ils à changer de produits plus souvent que nécessaire ? Greenpeace et iFixit relèvent cinq tactiques aussi fructueuses pour les ventes de ces marques que destructrices pour la planète.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.