Ioannes-Maria imbecilitatem politicus est

Jean-Marie Le Guen accuse Benoît Hamon de ne pas être cohérent avec la doctrine hollando-vallsciste. C'est une tautologie de personne fortunée ne pouvant pas partager la conception du socialisme de la majorité de son électorat privé d'un niveau de vie confortable et confronté aux difficultés quotidiennes à vivre décemment.

http://www.lepoint.fr/politique/le-guen-ps-hamon-mene-un-programme-de-rupture-avec-sa-famille-28-02-2017-2108134_20.php

Benoît Hamon n'est pas tant que ça en rupture comme en témoignent Najat Vallaud Belkacem et Axelle Lemaire, invoquant la nécessité d'un retour aux fondamentaux, négligés ces cinq dernières années.

Rien d'étonnant à ce que Le Guen défende son héritage.

Emmanuel Macron s'inscrit dans la ligne politique de François Hollande et Manuel Valls, dont chaque élection à témoigné le rejet (le social libéralisme représente 6% de l'électorat). Ce quinquennat a privé l'électorat de l'alternance qu'il attendait.

Le pouvoir a réduit le plus possible le coût de la main d'oeuvre tout en lui demandant de consommer pour relancer la croissance... Cette injonction paradoxale inepte monopolise le débat. Ce que rappelle encore L'aile droite du PS

Ce "mental incapable à s'extraire du présent" persiste dans l'erreur malgré la tendance lourde de ses échecs électoraux.

De Le Guen ou d'Hamon, le plus extrêmiste, le plus radical dans le suicide de la gauche, n'est pas forcément le second.

L'incohérence politique du discours que défend - entre autres - Jean-Marie Le Guen est responsable d'un débat présidentiel "francement" très mauvais, surtout quand la solidarité n'est pas une "priorité".

Il y a une erreur à penser qu'entretenir un débat avec des inepties intéresse l'électorat et le motive à aller voter.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.