Attali dénonce l'absence de programme des candidats

Les trois dernières présidentielles ont vu l'élection de candidats qui n'avaient pas de véritable programme. D'où la situation actuelle. Jacques Attali les mettait au défi au printemps d'en présenter un sérieux dans les 100 jours pour démontrer qu'ils sont sérieux ; au risque sinon de perdre la confiance de l'opinion et voir l'abstention augmenter.

http://www.franceculture.fr/emissions/l-invite-des-matins/2017-le-programme-de-jacques-attali

 

Voir aussi Claire Guélaud dans Le Monde :

Avant la présidentielle, attelez-vous donc à un projet pour la France !

Curieux pays, étonnante précampagne. A un an de l’élection présidentielle, les prétendants déclarés ou officieux à la magistrature suprême se gardent bien de se prononcer sur les mesures susceptibles de remettre la société et l’économie françaises sur les rails. Ou de redonner confiance en sa démocratie.

La droite peut soutenir qu’elle attend la primaire. Mais le nombre élevé de ses candidats semble inversement proportionnel à la qualité de leur réflexion sur l’avenir d’un pays où les sondages donnent la présidente du Front national (FN) présente au second tour…

A gauche, où le Parti socialiste (PS) a cessé de réfléchir il y a belle lurette, et où les vieux clivages perdurent entre les plus radicaux (Parti de gauche, Parti communiste, gauche du PS) et la deuxième gauche, sans parler des sociaux-libéraux, le débat, quand il existe, échappe largement aux partis.

 

Dans L'Express :

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/20-chantiers-pour-que-la-france-reussisse_1777441.html

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.