L'incertitude constitutionnelle et " patriotisme constitutionnel " d'Habermas

Par Tim Wihl Dr. Tim Wihl est conférencier invité au département de politique et de droit de l'Institut Otto Suhr de sciences politiques de l'Université libre de Berlin (Prof. Dr. Christian Volk). Il est rédacteur en chef adjoint du blog constitutionnel pour les droits à la liberté politique.

Traduction de l'article : https://verfassungsblog.de/die-unbestimmtheit-der-verfassung-verfassungspatriotismus-mit-juergen-habermas-nach-70-jahren/

Titre complet :

A propos de l'incertitude constitutionnelle :  le " patriotisme constitutionnel " avec Jürgen Habermas après 70 ans

Le 23 mai 2019

I. La constitution allemande a aujourd'hui 70 ans. Et nous célébrerons juste après la fête de la Loi fondamentale, en juin, le 90e anniversaire du philosophe qui, sinon l'inventeur du terme patriotisme constitutionnel, l'a popularisé du moins de manière décisive. Il semble qu'aujourd'hui, presque personne ne puisse se permettre de ne pas être d'accord avec le patriote constitutionnel Jürgen Habermas. Même les forces à la limite du spectre politique se réfèrent souvent sans réserve à la constitution allemande. Le facteur décisif pour expliquer cette popularité quasi-universelle peut se trouver dans l'indétermination du texte constitutionnel - ce que nous ne savons pas exactement de ce que la constitution veut dire. Car les réponses aux questions d'interprétation de la constitution font beaucoup plus rarement consensus que l'adhésion à la Loi fondamentale.

On peut envisager de résoudre le flou - l'indétermination, l'imprécision - de la constitution de différentes manières : on peut faire confiance à l'expertise des avocats qui, par exemple, effectuent un travail quotidien d'interprétation à la Cour constitutionnelle fédérale. Mais on pourrait aussi essayer de mettre en œuvre la constitution dans sa propre vie de bourgeois et surtout de citoyen comme cadre de valeurs. Ces deux attitudes sont répandues en République fédérale, mais pour des raisons opposées qui ne vont pas sans poser de problèmes. Si une confiance excessive dans les institutions peut trahir un penchant pour l'autoritarisme, la mise en œuvre de la constitution dans sa propre personne est facilement l'expression de fantasmes d'homogénéité imaginés par un peuple uni de ceux qui affirment des valeurs.

 

en chantier

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.