Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

236 Billets

2 Éditions

Billet de blog 30 août 2013

Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

L'affaire Laurent Cuenca

Une très bonne nouvelle qui rassurera tous les justiciables, par décision du juge des libertés et de la détention (JLD), Laurent Cuenca vient d'être libéré de l'hôpital psychiatrique d'Agen où il avait été enfermé sur un arrêté du premier adjoint du maire pris le 15 août, puis renouvelé par le secrétaire général de la préfecture.

Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une très bonne nouvelle qui rassurera tous les justiciables, par décision du juge des libertés et de la détention (JLD), Laurent Cuenca vient d'être libéré de l'hôpital psychiatrique d'Agen où il avait été enfermé sur un arrêté du premier adjoint du maire pris le 15 août, puis renouvelé par le secrétaire général de la préfecture.

L'internement en hôpital psychiatrique serait-il l'adaptation moderne des lettres de cachet ? La profession médicale et les cadres de santé doivent s'interroger et en débattre.

Une intervention du JLD dans un délai de quinze jours n'est pas conforme au cours délai d'une autorité judiciaire indépendante posée par la Convention européenne de sauvegarde des droits de l'Homme et des Libertés fondamentales. La loi doit être revue.

Nonobstant le mépris au droit à la sûreté et au droit à la santé, il y a atteinte à la notoriété.

_______________

Mise à jour :

Un article de la Dépèche du 18/9/2013

Mensonges administratifs contre libertés publiques et droits civils et politiques :

" Un père bien vivant

Émile, son père, ancien CRS à la retraite, est bien vivant. Ce n’était pas un fantôme qui commandait, lundi, un café dans un bar de la ville. Dans un courrier daté du 19 juillet dernier, le directeur général de la Police nationale, Claude Baland, fait un acte de contrition au titre du ministère de tutelle. «Vous avez tenu à faire part de votre profonde émotion (...) en découvrant la mention du décès de votre père, bien entendu inexacte.» Ce courrier signé arrive deux ans presque jour pour jour après une autre lettre, paraphée par le directeur national des CRS en France. Lettre qui associait les prétendus «troubles psychologiques» du fils au décès du père et à la mort par pendaison de la mère, retrouvée, constat de gendarmerie à l’appui, sans vie sur son lit et sans corde à son domicile de Layrac. En février 2002, plus de dix ans.

Procès-verbal

Pour le fils, Laurent Cuenca, 48 ans, ce courrier de la DGPN est déjà une petite victoire. Mais il attend qu’enfin sa hiérarchie reconnaisse l’ensemble de ses erreurs présumées. «Pourquoi ne s’est-on pas procuré le procès-verbal de la gendarmerie ?» s’interroge à voix haute son père, Émile. «Ces allégations sont mensongères. Logiquement, dans un tel cas de figure, on rouvre le dossier.» L’avocat du fils surenchérit : «Aucune vérification des affirmations n’a été faite.» Ce père de famille a fait une erreur sans doute : créer au printemps 2011 une association dont les membres se comptaient sur les doigts d’une main, dont l’intitulé était : Police victimes. «C’est un cas de figure connu» estime Me Bleykasten «d’un corps de fonctionnaires où l’obéissance hiérarchique et le devoir de réserve sont si lourds qu’ils empêchent la liberté d’expression. Une grande partie du dossier est liée à la création de cette association.»

Pire, Laurent Cuenca en est le président et c’est à ce titre qu’il s’exprime, au micro de Jean-Jacques Bourdon (RMC) par exemple le 8 juillet 2011. Pas bien d’évoquer les sous-effectifs, l’insécurité, les conditions de travail. À l’époque, Claude Guéant est ministre de l’Intérieur. En juin 2012, Manuel Valls devient locataire de Beauvau, mais pas de changement. Considéré sans doute comme l’ennemi public numéro 1, Laurent Cuenca est même cité dans un courrier du préfet de l’époque quelques jours avant la venue de Sarkozy à Brax en juin 2011, et l’agression dudit Président de la République. Pas par lui. Hier soir, alors que l’intéressé était présenté devant le juge des libertés et de la détention au palais de justice d’Agen, il devait être remis en liberté contre l’avis du parquet qui avait requis son placement sous mandat de dépôt. "

source : http://www.ladepeche.fr/article/2013/09/18/1711061-descendu-grue-ancien-crs-fini-autant.html

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Comment dire « non au fascisme » est devenu inaudible en Italie
La victoire du post-fascisme n’a surpris personne en Italie, où l’extrême droite s'est installée dans le paysage politique et médiatique depuis des décennies. Le « centre-gauche », impuissant et sans repères, porte une lourde responsabilité dans cette banalisation. Aujourd’hui, seules quelques rares organisations de jeunesse tentent de bousculer l’atonie générale qui s’est emparée de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal — Corruption
Qatar-Sarkozy : les nouvelles liaisons dangereuses
Un rapport de la police anticorruption montre que Nicolas Sarkozy aurait fait financer a posteriori par le Qatar, en 2011, des prestations de communication réalisées par le publicitaire François de La Brosse pour sa campagne électorale de 2007, puis pour l’Élysée. Aucune d’entre elles n’avait été facturée.
par Fabrice Arfi et Yann Philippin
Journal — Justice
Ce double condamné que Macron envoie représenter la France
À la demande d’Emmanuel Macron, Nicolas Sarkozy a représenté la France, mardi 27 septembre, aux obsèques de l’ancien premier ministre japonais. Le fait que Nicolas Sarkozy ait été condamné deux fois par la justice, notamment pour « corruption », et soit lourdement mis en examen dans l’affaire libyenne, notamment pour « association de malfaiteurs », ne change rien pour l’Élysée.
par Fabrice Arfi et Ilyes Ramdani
Journal
Crise de l’énergie : sans « compensation » de l’État, le scolaire et l’université en surchauffe
Pour affronter la flambée des prix de l’énergie dans tout le bâti scolaire et les établissements d’enseignement supérieur, collectivités et présidents d’université s’arrachent les cheveux. Le projet de loi de finances 2023 est cependant bien peu disert sur de possibles compensations de l’État et écarte l’hypothèse d’un bouclier tarifaire. En réponse, économies, bricolage ou carrément fermeture des établissements d’éducation.
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis
Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias
Billet de blog
Italie, les résultats des élections : triomphe de la droite néofasciste
Une élection marquée par une forte abstention : Le néofasciste FDI-Meloni rafle le gros de l’électorat de Salvini et de Berlusconi pour une large majorité parlementaire des droites. Il est Probable que les droites auront du mal à gouverner, nous pourrions alors avoir une coalition droites et ex-gauche. Analyse des résultats.
par salvatore palidda