Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

230 Billets

2 Éditions

Lien 30 nov. 2017

Hayek : Capitalisme ou démocratie, mais pas les deux à la fois

On retrouve là une vieille idée libérale, réaffirmée avec force dans le néolibéralisme, notamment par Hayek ou l’école dite du public choice, qui veut que la société libérale doit s’immuniser contre les exigences démocratiques. Si on le laisse faire, le peuple est capable de voter en faveur d’institutions qui mènent tout droit au socialisme. D’où la nécessité de restreindre sa souveraineté.

Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

http://www.liberation.fr/futurs/2014/10/20/capitalisme-ou-democratie-mais-pas-les-deux-a-la-fois_1125906

Par Bruno Amable — 20 octobre 2014 à 18:36

  • Capitalisme ou démocratie, mais pas les deux à la fois

Dans un ouvrage récemment traduit en français (1), Wolfgang Streeck dresse un constat pessimiste des rapports entre le capitalisme et la démocratie. Cette dernière implique que les citoyens aient la possibilité d’imposer au capital des contraintes dont celui-ci, en tant que classe, n’a de cesse de vouloir se libérer. La période que le sociologue allemand appelle le «capitalisme démocratique» - qui débuta après la Seconde Guerre mondiale et se caractérisa par la création d’institutions (comme la protection sociale) ou l’imposition de réglementations sur le marché du travail (protection de l’emploi), les marchés de biens et services (nationalisations, encadrement de la concurrence et du commerce international) ou les marchés monétaires et financiers (restrictions à la circulation des capitaux, taux de change fixes, contrôle de la Banque centrale) - déboucha, dans les années 70, sur une véritable révolte du capital.

Si le capitalisme s’était trouvé sur la défensive après la crise des années 30, et encore plus après 1945, face à une classe ouvrière renforcée par la guerre et la concurrence d’un système politique alternatif, il passa à une posture offensive dans les années 80, renforcé par la fin des régimes d’économie planifiée.

Débuta alors une période où la construction institutionnelle, héritée de l’après-guerre, devint la cible de ce que la novlangue technocratique contemporaine appelle des «réformes structurelles», affaiblie qu’elle était par toutes les possibilités d’évasion que les déréglementations et la globalisation offraient au capital : allégements d’impôts, concurrence fiscale, fuite des capitaux, etc. Les contradictions croissantes entre les aspirations d’une majorité de citoyens et les attentes du capital trouvèrent des solutions partielles et nécessairement temporaires dans l’inflation et l’augmentation des dettes publiques et privées.

Ce n’était là que du «temps acheté» et le caractère insurmontable dans le long terme de ces contradictions se traduisit par de nouvelles victoires du capital. La lutte contre l’inflation affaiblit les syndicats et mena à l’indépendance des Banques centrales ; la lutte contre les déficits publics impliqua des coupes dans les budgets sociaux et les dépenses publiques, etc.

Il ne reste donc plus au capital qu’à poursuivre la mise en œuvre des réformes néolibérales en s’isolant toujours davantage des revendications venant d’«en bas». On retrouve là une vieille idée libérale, réaffirmée avec force dans le néolibéralisme, notamment par Hayek ou l’école dite du public choice, qui veut que la société libérale doit s’immuniser contre les exigences démocratiques. Si on le laisse faire, le peuple est capable de voter en faveur d’institutions qui mènent tout droit au socialisme. D’où la nécessité de restreindre la souveraineté populaire, car l’action idéologique visant à ce que la population se persuade que (a), la précarité et les inégalités, c’est bien, et (b), de toute façon, il n’y a pas le choix, a ses limites.

Le dépérissement de la démocratie passe alors par la résignation et l’abstention d’une partie de l’électorat (qui croit élire un président luttant contre la finance et se retrouve avec un gouvernement pro-business). Mais il s’incarne particulièrement avec l’unification européenne, dans des procédures qui soustraient de la souveraineté démocratique les choix de politiques économique et structurelle les plus essentiels : constitutionnalisation des contraintes sur les politiques budgétaire et monétaire et du primat des exigences de la concurrence sur la législation sociale ; neutralisation des démocraties nationales par des institutions supranationales régies par des technocraties acquises aux intérêts du «marché» et soutenues par une classe moyenne «moderne», dont une partie se fait des illusions quant à la réalisation des promesses de la société néolibérale.

Il ne reste plus aux exclus de cet arrangement que l’indignation ou la révolte, qui pourrait conduire, possibilité que Wolfgang Streeck n’envisage pas, à un autre type de capitalisme probablement encore moins démocratique, mais moins soumis aux exigences de la financiarisation. L’alternative est de voir dans l’échec du capitalisme démocratique non pas celui de la démocratie mais celui du capitalisme et d’envisager une «utopie irréaliste», celle d’une démocratie sans capitalisme.

(1) «Du temps acheté. La crise sans cesse ajournée du capitalisme démocratique», Gallimard, 2014. Bruno Amable est professeur à l’université Paris-I Panthéon-Sorbonne, membre de l’Institut universitaire de France.

Bruno Amable

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
#MeToo : Valérie Pécresse veut faire bouger la droite
Mardi, Valérie Pécresse a affiché son soutien aux victimes de violences sexuelles face au journaliste vedette Jean-Jacques Bourdin, visé par une enquête. Un moment marquant qui souligne un engagement de longue date. Mais, pour la suite, son équipe se garde bien de se fixer des règles.
par Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
L’ancien supérieur des Chartreux de Lyon, Georges Babolat, accusé d’agressions sexuelles
Selon les informations de Mediacités, trois femmes ont dénoncé auprès du diocèse de Lyon des attouchements commis selon elles lors de colonies de vacances en Haute-Savoie par le père Babolat, décédé en 2006, figure emblématique du milieu catholique lyonnais.
par Mathieu Périsse (Mediacités Lyon)
Journal — Asie
Clémentine Autain sur les Ouïghours : « S’abstenir n’est pas de la complaisance envers le régime chinois »
Après le choix très critiqué des députés insoumis de s’abstenir sur une résolution reconnaissant le génocide des Ouïghours, la députée Clémentine Autain, qui défendait la ligne des Insoumis à l’Assemblée nationale, s’explique.
par François Bougon et Pauline Graulle
Journal
Sondages de l’Élysée : le tribunal présente la facture
Le tribunal correctionnel de Paris a condamné ce vendredi Claude Guéant à huit mois de prison ferme dans l’affaire des sondages de l’Élysée. Patrick Buisson, Emmanuelle Mignon et Pierre Giacometti écopent de peines de prison avec sursis.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Électricité d'État, non merci !
La tension sur le marché de l’électricité et les dernières mesures prises par l’Etat ravivent un débat sur les choix qui ont orienté le système énergétique français depuis deux décennies. Mais la situation actuelle et l'avenir climatique qui s'annonce exigent plus que la promotion nostalgique de l'opérateur national EDF. Par Philippe Eon, philosophe.
par oskar
Billet de blog
Le nucléaire, l'apprenti sorcier et le contre-pouvoir
Les incidents nucléaires se multiplient et passent sous silence pendant que Macron annonce que le nucléaire en France c'est notre chance, notre modèle historique.
par Jabber
Billet de blog
Fission ou fusion, le nucléaire c’est le trou noir
Nos réacteurs nucléaires sont en train de sombrer dans une dégénérescente vieillesse ; nos EPR s’embourbent dans une piteuse médiocrité et les docteurs Folamour de la fusion, à supposer qu’ils réussissent, précipiteraient l’autodestruction de notre société de consommation par un effet rebond spectaculaire. Une aubaine pour les hommes les plus riches de la planète, un désastre pour les autres.
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Un grand silence
L'association Vivre dans les monts d'Arrée a examiné le dossier présenté par EDF. Nous demandons, comme nous l'avons fait en 2010 et comme nombre de citoyens le font, que soit tenu un débat public national sur le démantèlement des centrales nucléaires : Brennilis, centrale à démanteler au plus vite.
par Evelyne Sedlak