Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

230 Billets

2 Éditions

Lien 31 août 2019

Les patrons qui ont fait nommer Macron secrétaire général adjoint de l'Elysée.

"Président du CAC 40", "président des riches". Emmanuel Macron a été proposé - ou imposé ? - à François Hollande par Bernard Attali - Ex-patron du GAN et d’Air France, le frère de Jacques - Gérard Mestrallet (Suez), Jean-Pierre Clamadieu (Rhodia), Jean-Pierre Rodier (Pechiney), Serge Weinberg (Sanofi) et quelques autres…

Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

https://www.arretsurimages.net/chroniques/le-matinaute/president-des-riches-la-preuve

Dans le 5e volet, on apprend ainsi comment Emmanuel Macron, en 2012, a été nommé secrétaire général adjoint de l'Elysée. "Janvier 2012. François Rebsamen, proche ami et futur ministre de François Hollande, est convié à un dîner secret chez Bernard Attali. Ex-patron du GAN et d’Air France, le frère de Jacques raffole de ce genre d’agapes où l’on fait et défait les carrières, entre chefs d’entreprise d’élite.  (...) Ont été conviés Gérard Mestrallet (Suez), Jean-Pierre Clamadieu (Rhodia), Jean-Pierre Rodier (Pechiney), Serge Weinberg (Sanofi) et quelques autres… « Un pont discret entre patrons et responsables-amis politiques », nous confirme Bernard Attali. En clair, des puissances industrielles de gauche, aux réseaux XXL, au service d’un prometteur politicien en herbe. Et un bel investissement sur l’avenir. Au retour, Rebsamen transmet une consigne claire à Hollande. Il raconte : « Le message qu’ils me font passer, c’est : Si Hollande est élu, dis-lui qu’on n’a qu’une demande à formuler : que Macron soit secrétaire général à l’économie.” Je vois François Hollande, il me dit : “C’est le seul message qu’ils t’ont fait passer ?” Je lui réponds : “Oui, le seul”… » La doléance est sans ambiguïté : le jeune Macron doit obtenir un poste d’influence. 

Les 6 feuilletons de l'enquête de Davet & Lhomme dans le Monde :

PS, sept ans de trahisons "

François Hollande, la faute originelle

PS, sept ans de trahisons (1/6). Depuis 2012, le Parti socialiste ne cesse de se désintégrer, miné par les haines internes. Nos journalistes Gérard Davet et Fabrice Lhomme reviennent sur les coulisses de cette implosion qui a conduit, in fine, à l’élection d’Emmanuel Macron. Premier volet : les reniements du président.

Les enfants perdus de la Rue de Solférino

PS, sept ans de trahisons (2/6). Depuis 2012, le Parti socialiste ne cesse de se désintégrer, miné par les haines internes. Dans ce deuxième volet, nos journalistes Gérard Davet et Fabrice Lhomme évoquent le destin contrarié de toute une génération.

Les frondeurs du Parti socialiste, traîtres et héros

PS, sept ans de trahisons (3/6). Depuis 2012, le Parti socialiste ne cesse de se désintégrer, miné par les haines internes. Dans ce troisième volet, nos journalistes Gérard Davet et Fabrice Lhomme reviennent sur la fracture, dès 2014, entre le premier ministre, Manuel Valls, et les députés hostiles à ses choix.

Les trois péchés capitaux de Manuel Valls

PS, sept ans de trahisons (4/6). Depuis 2012, le Parti socialiste ne cesse de se désintégrer, miné par les haines internes. Dans ce quatrième volet, nos journalistes Gérard Davet et Fabrice Lhomme abordent la trajectoire politique brisée de l’ancien premier ministre.

La dévorante ambition d’Emmanuel Macron

PS, sept ans de trahisons (5/6). Depuis 2012, le Parti socialiste ne cesse de se désintégrer, miné par les haines internes. Dans ce cinquième volet, nos journalistes Gérard Davet et Fabrice Lhomme abordent la stratégie masquée d’Emmanuel Macron pour se débarrasser de François Hollande et parvenir au pouvoir.

Ci-gît le Parti socialiste

PS, sept ans de trahisons (6/6). Depuis 2012, le Parti socialiste ne cesse de se désintégrer, miné par les haines internes. Dans ce dernier volet, nos journalistes Gérard Davet et Fabrice Lhomme reviennent sur la façon dont Emmanuel Macron a marginalisé cette formation politique.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat