Patrick Saurin
Abonné·e de Mediapart

40 Billets

1 Éditions

Billet de blog 14 nov. 2017

Après les Panama Papers, les Paradise Papers, voici les Nîmes Papers!

À quoi bon traverser l’océan Atlantique pour rejoindre le Panama et ses cabinets d’avocats ouverts 7 jours sur 7, pourquoi diable s’exiler dans des îles paradisiaques (fiscalement parlant), alors qu’il est possible de décrocher le gros lot, la timbale, le jackpot en France sans bouger les fesses de son siège.

Patrick Saurin
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 C’est ce qu’ont bien compris, et surtout mis en pratique, les banquiers nîmois du Crédit Foncier, filiale du Groupe Banque Populaire Caisse d’Épargne. Comment ont-ils procédé ? C’est simple, en 2008, ils ont fait souscrire à la collectivité de Nîmes Métropole un emprunt toxique dont le taux d’intérêt était indexé sur la parité entre l’euro et le franc suisse. Rien ne justifiait ce montage spéculatif, Nîmes Métropole n’ayant pas à notre connaissance des relations commerciales avec la Suisse dont l’intensité aurait nécessité un emprunt dont le taux découlait de l’évolution de la monnaie helvète. A ce que l’on sache, la métropole gardoise n’est pas une plaque tournante du commerce du chocolat, des pastilles Ricola et autres viandes des Grisons.

 Les problèmes arrivent avec la crise financière de 2007-2008 provoquée par les banques. En juillet 2016, le taux de l’emprunt ayant explosé à près de 25 %, Nîmes Métropole décide de rembourser les 10 millions d’euros de capital restant dû sur cet emprunt. Mais, en plus de ces 10 millions, la collectivité doit payer au Crédit Foncier une indemnité de 58,6 millions d’euros (58 617 300, 20 euros exactement), représentant près de 6 fois le montant du prêt ! et ce dans un contexte où les banques empruntent gratuitement de l’argent à la BCE, voire à moins 0,40 %. Chapeau bas les artistes de la banque.          
Oui mais vous dira-t-on, la Métropole n’a pas tout payé puisque l’État a mis en place un fonds de soutien qui a apporté à la collectivité une aide de 36,6 millions d’euros (36 598 643,49 euros exactement). Si l’on sait que cette aide provient pour moitié de l’État (nos impôts) et pour l’autre moitié des banques (c’est-à-dire de l’augmentation de nos frais bancaires), alors le contribuable de Nîmes Métropole aura tout compris de l’arnaque : il paye la totalité des 58,6 millions avec trois casquettes : 22 millions en tant que contribuable local, 18,3 millions en tant que contribuable national et 18,3 millions en tant que client bancaire.

 Que représentent 58,6 millions d’euros au regard du budget 2017 de Nîmes Métropole :       

  • 4 années de charges de personnel des 278 employés de la collectivité
  • 30 années de charges financières
  • la totalité des recettes provenant de la taxe foncière et de la taxe d’habitation
  • ou encore le coût de la construction du musée de la romanité de la ville de Nîmes

 Face à cette situation scandaleuse, en mai 2016, un élu et un contribuable nîmois assistés par le collectif d’audit citoyen du Gard (CAC 30) ont engagé un recours devant le tribunal administratif de Nîmes pour faire annuler les délibérations validant cette escroquerie. Cette affaire va être jugée

 Mardi 28 novembre à 10 h
au tribunal administratif (situé 16 avenue Feuchères à Nîmes)

 Le collectif d’audit citoyen du Gard vous invite à assister à cette audience publique et, après celle-ci, à participer à la conférence de presse que tiendront les auteurs du recours à la brasserie Les Fleurs du Malt (à côté du tribunal administratif) où ils répondront à vos questions.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard
Journal
Zemmour et Pétain : une relaxe qui interroge, des motivations qui choquent
La relaxe d’Éric Zemmour pour ses propos sur un prétendu « sauvetage » des juifs français par Pétain a suscité de vives réactions. Les historiens que nous avons interrogés ne sont pas tant choqués par la relaxe - la loi Gayssot ne peut couvrir l'ensemble des allégations mensongères sur la seconde guerre mondiale - que par les motivations de l’arrêt. Explications.
par Lucie Delaporte et Fabien Escalona
Journal — Entreprises
Un scandale financier luxembourgeois menace Orpea
Mediapart et Investigate Europe révèlent l’existence d’une structure parallèle à Orpea, basée au Luxembourg, qui a accumulé 92 millions d’actifs et mené des opérations financières douteuses. Le géant français des Ehpad a porté plainte pour « abus de biens sociaux ».
par Yann Philippin, Leïla Miñano, Maxence Peigné et Lorenzo Buzzoni (Investigate Europe)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix
Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA
Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo