Les chiffres des morts du Coronavirus : des soldes morbides et suspects

Pendant que des malades du Covid-19 meurent faute de respirateurs, les membres du gouvernement respirent à pleins poumons et mentent comme ils respirent pour faire oublier leur responsabilité dans la crise et tenter de camoufler leur incapacité crasse à prendre les décisions qui s’imposent.

La liste de leurs mensonges est longue comme le bras. Citons pour mémoire l’inutilité des masques pour les habitants et la superfluité des tests de dépistage.

Aujourd’hui, deux chiffres nous interpellent qui, sans tomber dans la théorie du complot, nous amènent à douter de la sincérité du décompte quotidien des décès du Covid-19 dans les hôpitaux fourni par le gouvernement. Jugez-en : le 27 mars : 299 morts annoncés, le 31 mars : 499 morts. Ces chiffres évitent de passer au-dessus de la barre fatidique et psychologique des 300 et des 500. Ils ne sont pas sans rappeler les pratiques de vente des grands groupes, comme les 9 999 euros de la Peugeot 208 1.0 PureTech Like 5p, ou les téléphones Samsung 20 Pro et P30 Pro à partir de 999 euros.

Il ne faut pas être un grand expert en probabilités mathématiques pour savoir qu’il n’y a qu’une chance sur 100 de « sortir » un chiffre terminé par 99 sur une série de 100. Observer un tel phénomène à deux reprises sur cinq chiffrages (réalisés les 27, 28, 29, 30 et 31 mars) relève pour nous plus de la manipulation que du hasard.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.