DSC_0092.jpgAmore e Pische est le nom d'une belle librairie de Rome que vous pouvez découvrir sur la photo jointe. Je l'avais découverte un soir en me baladant. Un bel endroit.
Le lendemain matin, je repasse par là avec mon fils Simon
en allant "petit déjeuner" au Campo di Fiori.
Nous y croisons une femme qui balaye la rue.

Nous passons. Je me retourne, elle ne balaye plus.
Elle fait du lèche-vitrine, le temps d'une photo. Qu'avait-elle en tête ?
Que cherchait-elle ? L'amour ? Les états d'âmes ?
Un écho à tout cela ?
Amor et psiche, ça touche tout le monde.
Et c'est touchant.
J'espère qu'elle a pu entrer, acheter et apprécier.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires
Tant qu'il reste de belles librairies, rien n'est perdu. J'ai été choqué de n'en trouver pratiquement aucune à Oran lors de mon dernier passage en Algérie. Je m'étais promis pourtant d'y faire un tour, je me suis cassé le nez sur des portes fermées. En regardant à travers les vitres, l'unique librairie repérée dans le vieux centre, proche de la poste, se montrait bien peu attirante. Qui lit encore dans ce pays, et quoi, en quelle langue ? Ce que bien peu de gens savent sur ce pays est que l'arabe parlé de tous les jours est un arabe dialectal. Il s'ensuit que l'algérien moyen ne peut en général pas suivre la télévision ni lire les journaux qui sont en arabe classique. Une image telle que celle que vous montrez semble impossible de ce côté là de la Méditerranée.