Alerte ! Le CA du Réseau Sortir du nucléaire s'apprête à verser plus de 20 000 euros à son "directeur financier" !

 

 

Vous n'aimez pas le nucléaire, vous êtes horrifié par Fukushima, et vous envoyez de l'argent au Réseau Sortir du nucléaire, croyant soutenir la lutte contre l'atome. En réalité, vos dons servent à tout autre chose...

 

 

Le Conseil d'administration du Réseau Sortir du nucléaire s'apprête à verser début octobre plus de 20 000 euros à son "directeur financier" Jacques Caclin, lequel s'était déjà signalé en étant un des principaux organisateurs du putsch de 2010 (*) qui a durablement divisé le mouvement antinucléaire français.

 

Pour toucher son gros chèque, M. Caclin (soutenu par son complice le directeur Philippe Brousse) opère un véritable chantage en étant depuis plusieurs semaines en arrêt "maladie" (la sécu a bon dos). Il a décrété que le Réseau lui devait 13 000 euros d' "arriérés", auquel il va falloir ajouter de substantielles primes de départ, d'ancienneté, etc.

 

Concernant l'ancienneté, on comprend mieux pourquoi M. Caclin, qui était "prestataire extérieur" depuis 1998, s'est fait embaucher subitement en 2010... juste avant de décider de partir (muni ainsi d'une belle ancienneté rétroactive... et lucrative !). Le CA avait été informé a postériori de cette embauche opérée unilatéralement par le directeur Brousse et le trésorier Roussée, complice lui aussi du putsch de 2010.

 

Aujourd'hui, bénéficiant du travail et de la crédibilité apportée pendant des années par ceux qui ont été éliminés lors du putsch, les dirigeants du Réseau se contentent d'encaisser les chèques (ils se félicitent ouvertement de Fukushima !) et de régner sur leur équipe salariée mise au pas... et qui ne cesse de s'étoffer : 16 salariés aux dernières nouvelles, dont on se demande d'ailleurs ce qu'ils font puisque, pour suivre l'actualité de Fukushima, un appel... à bénévolat a été lancé ! Oui, vous ne rêvez pas : malgré un budget gigantesque, il faut des bénévoles pour faire le travail...

 

 

Les exclus du Réseau agissent, les putschistes engrangent...

 

Il faut aussi noter que, mis à part la manif de Strasbourg qui rassemblait principalement des militants allemands, les trois plus gros rassemblements des 25/26 avril dernier étaient organisés par des associations et militants éliminés du Réseau lors du putsch de 2010 :

 

- 2000 personnes au Blayais (Tchernoblaye, Stéphane Lhomme)

- 1000 personnes à Flamanville (Crilan, Didier Anger)

- 800 personnes à Brennilis (Chantal Cuisnier)

 

Les dirigeants du Réseau se comportent désormais en véritables parasites en se faisant passer pour les organisateurs de ces journées de manifestations (ce sera à nouveau le cas le 15 octobre prochain !).. et en en profitant pour appeler à envoyer des chèques au siège de Lyon. Cela permet de dépouiller les acteurs locaux et d'amasser des sommes... dont une part non négligeable finit ensuite dans les poches des putschistes...

 

 

Une véritable édulcoration de la lutte antinucléaire

 

Par ailleurs, les évènements récents montrent bien que le putsch de 2010 avait pour but d'éliminer les éléments les plus militants afin d'édulcorer les revendications du Réseau, et faire de celui-ci une organisation bien "raisonnable", compatible avec les "grenéliens" (FNE, WWF, Fondation Hulot, etc). En effet, alors que tout a changé avec Fukushima, les dirigeants du Réseau empêchent la mise en avant de toute revendication claire (sortie du nucléaire "rapide", ou "en moins de 10 ans", et encore moins "en moins de 5 ans").

 

Il est donc urgent que les adhérents et donateurs du Réseau se mobilisent pour

- empêcher le détournement de plus de 20 000 euros d'argent militant

- reprendre en main la destinée du Réseau Sortir du nucléaire

 

Il est d'ailleurs incroyable que, 18 mois après avoir délibérément fait exploser le mouvement antinucléaire français, le principal coupable du putsch, le directeur Philippe Brousse, soit encore en place, grassement rémunéré sur fonds militants.

 

Bien sûr, les dirigeants-putschistes du Réseau ne vont pas manquer de prétendre que le présent texte est une attaque "contre le Réseau" et qu'il ne faut pas "polémiquer alors qu'il y a Fukushima". C'est exactement le contraire : il faut sauver le Réseau de leurs griffes, et unir à nouveau le mouvement antinucléaire que les putschistes ont profondément divisé et édulcoré juste avant Fukushima.

 

 

Stéphane Lhomme

Pole emploi

Eliminé du Réseau en 2010 avec les administrateurs légitimement élus.

 

 

NB : Il est d'ailleurs "amusant" de rappeler que M Caclin, alors qu'il était encore prestataire extérieur, a activement participé à la fausse grève de début 2010, arborant même sans honte un brassard "salarié en lutte" lors de l'AG 2010. En réalité, cette pseudo "lutte" avait pour seul but de renverser le CA légitime et de faire licencier Stéphane Lhomme qui, bien qu'étant porte-parole, n'était supérieur hiérarchique de personne : c'est bien pour faire licencier un simple collègue que ces courageux "salariés jaunes" ont fait cette fausse grève (ils avaient l'assurance d'être payés, ce qui a bien sûr été le cas).

 

 

(*) Cf http://reseau.democratie.free.fr

 

Annexe intéro Etude & imagesà mirages

 

Sortir du nucléaire publie et diffuse « Chouette ! Je passe à té-loche » ! Etude & images

10 Mars 2011 Par Patrig K

Par curiosité, j’ai regardé cette vidéo, et j’en suis tombé le cul presque par terre …. !

Depuis le site SDN

...//...

Une porte-parole du Réseau brise l’omerta nucléaire sur France2

Le 16 février, dans l’émission "Face aux Français" sur France 2, une porte-parole du Réseau "Sortir du nucléaire" a interpellé l’ "imposteur climatique" Claude Allègre, le généticien Axel Kahn et le photographe Yann Arthus-Bertrand. Échanges nourris...

 

http://videos.sortirdunucleaire.org/spip.php?article301

...//...

Cet extrait vidéo de l’émission « Face aux français » sur l’A2, est justement l’image parfaite de ce pays qui porte en lui, le trop de confusion. A un tel point, que même le milieu antinucléaire, qui était jusqu’à présent réputé l’un des plus critiques, est à ce stade là arrivé, d’être capable de s’auto fouetter à reproduire les arguments de leurs propres contradicteurs ! De mettre en avant les vendeurs du nucléaire, d’utiliser les fichiers adresses informatiques des militants antinucléaires, pour en faire de la publicité, ainsi que sur leur propre site Web … !

Un clip militant nouvelle génération, de son vrai titre « Chouette ! Je passe à té-loche » !

En bref, et constatez de vous même …

Sur les 7 minutes de vidéo et environ, le temps de parole de la représentante du REZO est un moment de grand suspens ! 30 secondes pour la question d’origine, 10 secondes par-ci par là, et un petit 30 secondes à mi chemin, juste le temps de déplier et de replier aussitôt et aussi sec , une bien jolie carte du territoire national qui localise les principales pollution et déchets nucléaires. En tout et pour tout, sur les 420 secondes de vidéo, (à vérifier précisément), 70 secondes sont consacrées pour le REZO … moins de 20% de temps … pour dire peu et rien de bien percutant. Pour le reste de la vidéo, que la parole soit artistes beaux parleurs, du : Oui mais de YAB, en passant par l’argumentaire médical de Axel Kahn, un truc à clouer le bec à n’importe qui, et de mille points de coutures, et pour finir de tout digérer ce débat face à rien du tout, un digestif boule de pétanque*, les bêtises et les grossièretés du bien connu Allègre … !

…//… la suite en lien ci-dessus …

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

- Intéressant.

- Sinon votre billet sera considéré comme désagréable et n'a aucune chance d'être en Une du Club.

- En même temps 20 000 euros pour un Directeur Financier c'est un ou 2 mois de salaires non ?