Paul Alliès
Professeur Emérite à l'Université de Montpellier. Doyen honoraire de la Faculté de Droit. Président de la Convention pour la 6° République (C6R).
Abonné·e de Mediapart

289 Billets

2 Éditions

Billet de blog 3 juil. 2022

Macron triomphe au Palais Garnier

Depuis sa réélection à la présidence de la République, Emmanuel Macron est plongé dans une profonde mélancolie. La perte de majorité absolue à l’Assemblée nationale n’a rien arrangé. Au point qu’il est question d’un « homme en fuite ». Et s’il s’était réfugié, juste à côté, au Palais Garnier ?

Paul Alliès
Professeur Emérite à l'Université de Montpellier. Doyen honoraire de la Faculté de Droit. Président de la Convention pour la 6° République (C6R).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’Opéra de Paris donne à guichets fermés, une œuvre de Jean-Philippe Rameau : Platée. C’est un spectacle crée en 1745, sous Louis XV donc, pour amuser les convives du mariage du fils d’icelui, dauphin de son état. Il y est question d’un peuple de grenouilles, métaphore alors en vogue (et pas qu’avec La Fontaine), pour faire des animaux, des auteurs de satires sur la société des hommes. En l’occurrence, il s’git de montrer le ridicule des dieux eux-mêmes. Car nous sommes en Grèce, à la naissance de la comédie, et Jupiter est au centre de l’action. Au point qu’il semble interprété par Macron lui-même.

Nous y voilà : cette figure emblématique du « Macron,  première période » serait devenue un fardeau pour notre président. Il aurait déclaré en petit comité[1], au surlendemain de sa réélection, que « tuer Jupiter »  serait sa première volonté pour le nouveau quinquennat. Patatras, les législatives aidant, « son indécision est devenue proverbiale. (…) Veut-il agir ? Le peut-il ? »,s’inquiète gravement Le Monde. Saura-t-il retrouver l’énergie nécessaire pour gouverner (puisqu’il va de soi qu’en France, le président gouverne nonobstant la présence constitutionnelle d’un ou d’une Premier-e ministre) ? Saura-t-il conjurer l'impuissance provoquée par la perte de majorité absolue au Palais Bourbon ? Bref dans cinq ans, prendra-t-il rang dans la postérité des chefs d’Etat, entre Louis Philippe I et Sa Suffisance I(Balladur étant toujours là) comme le deuxième du titre ?

Et voilà où « Platée » peut fournir d’heuristiques réponses. Il suffit pour cela, d’accepter que l’autre nom de la reine des grenouilles ne soit autre qu’ « Assemblée nationale », et le tour est joué.

L’action est fort simple : La nymphe, reine des grenouilles veut croire que mille amants vont s’éprendre d’elle. Mercure (le dieu du mensonge) lui laisse croire que Jupiter s’est amouraché d’elle. Le voilà justement qui descend de l’Olympe, d’abord sous les traits d’un âne puis d’un hibou. Connu pour être volage et vaniteux, il a cette manie de plusieurs métamorphoses, en même temps. Il déclare sa flamme à Platée, allant jusqu’à imaginer de véritables noces. Mais Junon (sa légitime épouse) déjoue ce plan. Elle démasque Platée qui apparaît ridicule et s’enfuit alors dans les marais, sous les moqueries de paysans venus célébrer son triomphe. Retour de Jupiter au ciel élyséen.

Sans changer un mot du livret, la fiction opère à plein. Qu’on en juge avec ces quelques extraits.

Les doutes de Platée-l’Assemblée : « Jupiter sait tout oser. Mais aurais-je le courage de recevoir son hommage ou de le refuser ? »(2° Acte, scène 2).

La séduction de Jupiter : « Charmant objet de mes dignes amours, ne soyez plus longtemps abusée. Comptez sur mon secours (il jette sa foudre). J’éloigne de mes mains la foudre redoutable : je ne viens point vous alarmer. Jupiter avec vous devenu plus traitable, ne s’occupera que du plaisir d’aimer ». Platée-l’Assemblée : « Ouf ! ». Jupiter : « Je vous offre des vœux constants : vous ne répondez rien » ((2° Acte, scène 3).

L’impatience du chœur (des grenouilles) : « Qu’elle est comique ! Qu’elle est belle ! A tant d’appas, qui ne se prendrait pas ? Jupiter soupire pour elle. (…) Chantons, célébrons en ce jour, le pouvoir de l’Amour. Par lui, la Nymphe peut prétendre à s’unir au plus grand des dieux ; et le roi le plus glorieux, à la bergère peut se rendre. » (2° Acte, scène 4) 

Le tableau d’une Platée-l’Assemblée, séduite et abandonnée par les métamorphoses de Jupiter, est saisissant. Comme l’épilogue  de la dernière scène qui voit Jupiter rejoindre sa constitutionnelle et légitime épouse (Junon devenant la figure de la V° République, toujours aussi « plastique » comme dirait Pascal Perrineau): « Quittons ces lieux. Montons au séjour du tonnerre. Il n’appartient point à la terre d’arrêter plus longtemps le souverain des dieux. ». (3° Acte, scène 7)

Ce jupitérien triomphe final augurerait-il du pouvoir de domination de notre président sur les actuelles antinomies politiques de l’Assemblée nationale ?

Bonnes vacances.

 Platée – Mise en scène Laurent Pelly  (5° reprise) –Dir. Marc Minkovski – avec Lawrence Brownlee, Jean Teitgen, Julie Fuchs – Opéra de Paris-Garnier -Jusqu’au 12 Juillet.

 [1]Les informations de ce type (et citations) sont toutes extraites d’un long article d’Olivier Faye dans Le Monde des 3 et 4 juillet, titré en Une : « Macron, les  vertiges du second quinquennat ».

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
La crise climatique attise les tensions au Kenya
Les questions d’écologie sont absentes des discours des candidats aux élections générales du mardi 9 août. Pourtant, avec un régime de pluies devenu « imprévisible », le pays subit fortement les conséquences du dérèglement climatique, qui aggrave des tensions existantes.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Afrique
Le pays suspendu à un scrutin à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Écologie
Petits canaux contre « idéologie du tuyau », une guerre de l’irrigation
Très ancrés dans les territoires montagneux du sud de la France, prisés par les habitants, les béals sont encore vitaux pour de nombreux agriculteurs. Mais cette gestion collective et traditionnelle de l’eau se heurte à la logique de rationalisation de la ressource des services de l’État.
par Mathieu Périsse (We Report)
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Loi pouvoir d'achat : Macron & Borne veulent prolonger notre ébriété énergétique
[REDIFFUSION] 42°C en Gironde. 40°C en Bretagne. 20 000 hectares partis en fumée. Lacs, rivières et sols s'assèchent. Les glaciers fondent. Que fait-on à l'Elysée ? On reçoit le président des Emirats Arabes Unis pour importer plus de gazole. A Matignon ? On défend un projet de loi « Pouvoir d'achat » qui vise à importer plus de gaz du Qatar et des Etats-Unis. Où est la sobriété ?
par Maxime Combes
Billet de blog
Le pouvoir d'achat des fonctionnaires vampirisé par quarante ans de néolibéralisme
Lorsque la spoliation du pouvoir d'achat des fonctionnaires devient une institution sous la Cinquième République...
par Yves Besançon
Billet de blog
La grosse entourloupe de l'AAH
Alors qu'on parle de la victoire de la déconjugalisation de l'AAH, alors qu'on cite les augmentations de ce minima social comme une exception du macronisme, personne ne parle d'une des plus grandes entourloupes des dernières années : la suppression du complément de ressources de 180 euros pour les nouveaux admis dans le système.
par Béatrice Turpin
Billet de blog
Pour la rentrée, préparons la riposte !
Bientôt, les vacances seront terminées. Et beaucoup se demandent maintenant de quoi sera fait leur avenir avec un gouvernement qui n’a concédé presque rien aux salariés, aux retraités et aux chômeurs en termes de pouvoir d’achat.
par Philippe Soulié