Paul Alliès
Professeur Emérite à l'Université de Montpellier. Doyen honoraire de la Faculté de Droit. Président de la Convention pour la 6° République (C6R).
Abonné·e de Mediapart

291 Billets

2 Éditions

Billet de blog 3 déc. 2012

Paul Alliès
Professeur Emérite à l'Université de Montpellier. Doyen honoraire de la Faculté de Droit. Président de la Convention pour la 6° République (C6R).
Abonné·e de Mediapart

L'impossible démission de Nicolas Sarkozy et l'oubli d'une réforme du Conseil constitutionnel

Paul Alliès
Professeur Emérite à l'Université de Montpellier. Doyen honoraire de la Faculté de Droit. Président de la Convention pour la 6° République (C6R).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

S'impliquant ouvertement dans le règlement de la crise de l'UMP, Nicolas Sarkozy fait l'objet d'appels réitérés à sa démission du Conseil Constitutionnel. Deux députés socialistes, estimant "cette situation fort préjudiciable au fonctionnement de nos institutions" demandent que le dit Conseil soit saisi pour statuer sur "l'indépendance de la fonction" de conseiller constitutionnel que mettrait en cause le comportement de l'ex-président.

Cette démarche, sans doute opportune ne règlera rien sur le fond et pour plusieurs raisons.

Concernant la démission, elle est tout simplement impossible dans la mesure où les anciens présidents de la République font "de droit partie à vie du Conseil" selon l'article 56 de la Constitution. Ils ont certes les mêmes droits et obligations que les autres membres nommés mais rien ni personne ne peut leur interdire de poursuivre une activité politique. Le cas s'est déjà posé avec Valéry Giscard d'Estaing après 1981: il n'a en rien respecté l'obligation de réserve qu'impose le statut de membre du Conseil en participant à la campagne pour le référendum sur le traité européen en 2005 ainsi qu'à la campagne présidentielle de 2007 en soutien à Sarkozy. Il ne s'est jamais "mis en congé": il a été élu député de 1984 à 2002, député européen en 1989 et président du Conseil régional d'Auvergne de 1986 à 2004. D'ailleurs le Conseil Constitutionnel s'est prononcé dès le 7 novembre 1984 sur cette situation en rappelant "l'assimilation" des membres de droit aux autres membres concernant leurs obligations, ce qui n'a rigoureusement eu aucune conséquence. Dans un autre registre, Jacques Chirac, membre de droit depuis mai 2007 a fait l'objet d'une procédure judiciaire  dans l'affaire des emplois fictifs du RPR ce qui pouvait causer pour le moins un trouble au bon fonctionnement de l'institution. Même la destitution du président, prévue par la réforme constitutionnelle de 2008 ne pourrait pas empêcher l'application stricte de l'article 56.

En réalité nous sommes une fois de plus dans une situation absolument anachronique et unique en Europe, typique du présidentialisme de la V° République. Toutes les commissions  (Vedel, Balladur et Jospin) de réforme ou modernisation des institutions l'ont souligné en réclamant la suppression de cette catégorie de membre de droit.

 Mais ce n'est qu'un arbre qui cache la forêt de l'exception française en matière de désignation des "juges" constitutionnels par des autorités politiques (les présidents de la République, de l'Assemblée Nationale et du Sénat). Partout ailleurs les membres des cours suprêmes ne sont pas désignés mais élus par les députés à une majorité qualifiée, généralement des deux tiers des voix, ce qui exige un consensus parlementaire pluraliste sur les personnalités appelées à juger la loi ordinaire. Et c'est bien à cette réforme de l'institution dans son ensemble qu'il faut s'atteler sans délai. Le Conseil constitutionnel est devenu, avec l'introduction des "questions prioritaires de constitutionnalité" un juge essentiel dans l'Etat de droit. Il est invraisemblable que ses membres n'aient pas la qualité individuelle de leur instance collégiale.  Il est inquiétant que la gauche n'ait pour l'instant rien dit de l'urgence de cette réforme.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon
Journal — Euro
La Réserve fédérale des États-Unis envoie l’euro par le fond
Face à l’explosion de l’inflation et à la chute de l’euro, la Banque centrale européenne a décidé d’adopter la même politique restrictive que l’institution monétaire américaine. Est-ce la bonne réponse, alors que la crise s’abat sur l’Europe et que la récession menace ?
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
« Mon pauvre lapin » : le très habile premier roman de César Morgiewicz
En constant déphasage avec ses contemporains, un jeune homme part rejoindre une aieule à Key West, bien décidé à écrire et à tourner ainsi le dos aux échecs successifs qui ont jusqu’ici jalonné sa vie. Amusant, faussement frivole, ce premier roman n’en oublie pas de dresser un inventaire joyeusement cynique des mœurs d’une époque prônant étourdiment la réussite à n’importe quel prix.
par Denys Laboutière
Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac
Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza
Billet de blog
Nazisme – De capitaine des Bleus à lieutenant SS
Le foot mène à tout, y compris au pire. La vie et la mort d’Alexandre Villaplane l’illustrent de la façon la plus radicale. Dans son livre qui vient de sortir « Le Brassard » Luc Briand retrace le parcours de cet ancien footballeur international français devenu Allemand, officier de la Waffen SS et auteur de plusieurs massacres notamment en Dordogne.
par Cuenod