Venus d’horizons politiques différents, ayant soutenu divers candidats au premier tour, nous sommes animés par des valeurs républicaines partagées et, à ce titre, résolus à combattre la banalisation des idées d’extrême-droite dans notre pays.
Car nous rejetons l’idée d’une France obscure, repliée sur elle-même et isolée dans un monde en mouvement ;
Car nous sommes résolus à combattre sans relâche l’intolérance, le racisme, l’antisémitisme et toutes autres formes d’exclusions, incompatibles avec les valeurs d’universalité qui sont les nôtres ;
Car nous refusons la possibilité de voir notre pays livré à des idées qui, au milieu du 20 siècle, ont ravagé l’Europe ;
Car enfin, nous n’acceptons pas la démagogie et les contre-vérités contenues dans le programme de la candidate du Front National.
Parce que nous croyons que l’Université, la Recherche et l’Innovation ne doivent connaitre d’autres frontières que celles de notre éthique ;
Parce que nous pensons que le savoir se nourrit de la diversité des idées et des cultures ;
Parce que nous voulons préserver, contre les « vérités alternatives », la démarche scientifique établie sur la rationalité, fondement du débat public et du progrés ;
Parce que nous considérons que les problèmes rencontrés dans notre pays peuvent trouver une solution dans la formation de haut niveau de sa jeunesse et par l’innovation, fruit de la recherche ;
Parce que nous n’oublions pas que les universités de Montpellier se sont forgées et développées depuis des siècles, comme les plus grandes en Europe, en accueillant des étudiants et des chercheurs venus du monde entier ;
Parce que nous sommes convaincus que la dimension européenne et, au-delà, l’internationalisation sont essentielles pour l’Université, l’avenir professionnel et la citoyenneté de ses étudiants ;
Parce que nous sommes attaché-e-s aux valeurs de notre République, nous ne souhaitons pas voir accéder le FN à la magistrature suprême.
Les signataires appellent à voter pour Emmanuel MACRON au second tour de l’élection présidentielle du 7 mai 2017, pour provoquer un échec net et sans appel de la candidate du Front National.
 Face à l’alternative qui nous est proposée, nous devons permettre la préservation des valeurs d’un service public de l’enseignement supérieur et de la recherche, ouvert à tou-te-s, ouvert sur l’Europe et sur le monde, tourné vers le progrès et l’innovation.
La défense de la République étant en cause, les universitaires ne peuvent rester silencieux.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.