Paul Alliès
Professeur Emérite à l'Université de Montpellier. Doyen honoraire de la Faculté de Droit. Président de la Convention pour la 6° République (C6R).
Abonné·e de Mediapart

278 Billets

2 Éditions

Billet de blog 6 févr. 2011

Une Assemblée Constituante en Islande

L'information a du mal a percer dans la presse française. Par contre le Web lui fait un large écho: l'Islande a mis en route le processus d'une Assemblée Constituante et c'est une conséquence de la mobilisation populaire contre la crise financière.

Paul Alliès
Professeur Emérite à l'Université de Montpellier. Doyen honoraire de la Faculté de Droit. Président de la Convention pour la 6° République (C6R).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'information a du mal a percer dans la presse française. Par contre le Web lui fait un large écho: l'Islande a mis en route le processus d'une Assemblée Constituante et c'est une conséquence de la mobilisation populaire contre la crise financière.

Cette crise était particulièrement brutale pour les islandais. La faillite d'une de leurs banques (Icesave) leur aurait coûté 40% du PIB s'ils avaient dû en assumer le remboursement. La plupart des souscripteurs étant britanniques et hollandais, leurs gouvernements négocièrent un remboursement avec un prêt à 5,5%. Mais les islandais protestèrent si bruyamment (casseroles à l'appui) que le Président de la République refusa de promulguer la loi ratifiant le dit accord. Les banques furent nationalisées. Et un référendum (60% de participation) l'approuva à 93%. Depuis l'Islande a dévalué sa monnaie (tombée à 50% par rapport au dollar) ce qui a provoqué la relance des exportations de poisson et d'aluminium et dopé le tourisme.

Les élections législatives d'avril 2009 avaient amené une coalition de gauche et d'écologistes au pouvoir (conduite par une femme); une première dans ce pays classé en 2006 au deuxième rang mondial sur l'indice du développement humain. Cette nouvelle majorité a engagé deux processus: d'abord la poursuite des négociations avec l'Union Européenne à laquelle l'Islande a prévu d'adhérer; ensuite l'adoption d'une nouvelle Constitution. En effet quand le pays a proclamé la République en 1944, c'est la Constitution du Danemark qui a été "décalquée" sans véritable écriture spécifique ni ratification populaire. D'où l'idée de convoquer une Assemblée Constituante.

Elle a été élue le 27 novembre 2010 avec un faible taux de participation (36%). Mais le processus n'en est pas moins original: tous les citoyens de dix-hui ans révolus, soutenus par trente personnes au moins pouvaient être candidat à l'exclusion des parlementaires. 522 se sont ainsi présentés et 25 ont été élus. Ils doivent proposer un projet durant avant l'été prochain lequel mettra en ordre une somme de propositions allant du rôle du Président de la république à l'indépendance de la magistrature et de la presse en passant par le contrôle public sur les ressources naturelles et les normes environnementales. Ce projet sera soumis à référendum en 2012.

Certes tout ceci se passe dans un petit pays de 320.000 habitants. Il n'en reste pas moins que le recours à la souveraineté populaire pour y adopter une Constitution y est un effet de la mobilisation de la société contre la crise. C'est un indice de la volonté de changement dans un domaine où les partis restent généralement très conservateurs (voir les dernières palinodies du PS en France sur ce sujet). L'entreprise mérite donc qu'on s'y intéresse et la suive. Ce que des lecteurs de Mediapart ont déjà fait (voir le billet de JJMU du 29 décembre dernier). Elargissons le cercle sans tarder.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Dans les Ehpad du groupe Orpea, des CDI introuvables
D’après nos informations, des recrues du groupe privé de maisons de retraite doivent, en France, se contenter de signer des CDD au motif qu’il s’agirait de remplacer des salariés en CDI. Or, dans bien des cas, ces salariés n’existeraient pas. Le groupe dément toute irrégularité, assurant qu’« il n’y a jamais eu d’emploi fictif au sein de l’entreprise ».
par Leïla Miñano avec Benoit Drevet (Investigate Europe)
Journal
Quand le comité d’éthique de France TV prend le parti de Korian
Fin 2020, France 3 a diffusé un documentaire sur les morts du Covid dans les Ehpad qui a déplu au groupe privé Korian. Celui-ci a notamment saisi le comité d’éthique de France Télévisions. Une instance présidée par Christine Albanel qui a jugé « à charge » le travail, pourtant approfondi, des journalistes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal — Droite
Le député Guillaume Peltier visé par une enquête
Le parquet de Blois a annoncé, lundi 24 janvier, l’ouverture d’une enquête préliminaire à la suite des révélations de Mediapart sur l’utilisation des fonds publics du député Guillaume Peltier, porte-parole de la campagne d’Éric Zemmour.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu
Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien
Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica
Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles