Regarder ailleurs, en Catalogne par exemple

La situation politique en France peut donner des envies de fuite. On peut au moins  regarder ailleurs en Europe. Un mouvement d'autonomisation, si ce n'est d'indépendance a saisi plusieurs peuples pourtant dotés de statuts avantageux: en Ecosse, en Belgique, en Italie du Nord, en Catalogne.

La situation politique en France peut donner des envies de fuite. On peut au moins  regarder ailleurs en Europe. Un mouvement d'autonomisation, si ce n'est d'indépendance a saisi plusieurs peuples pourtant dotés de statuts avantageux: en Ecosse, en Belgique, en Italie du Nord, en Catalogne.

Ce mouvement est difficile à interpréter, entre le repli identitaire nationaliste et la volonté de préférer l'Europe aux Etats-nations tutélaires. Certains théoriciens du Fédéralisme considèrent que les résultats irréversibles de l’intégration européenne permettent de penser la venue d’un nouveau type de société en Europe ; celui d’un Fédéralisme sans Etat. Très proche d’une évolution à la Canadienne, ce régime serait celui d’une époque post-nationale où ce sont des structures et des procédures de négociation des intérêts et des conflits qui l’emporteraient sur les formes régaliennes du pouvoir que l’Europe a inventé et exporté depuis le Traité de Westphalie. En d’autres termes le système actuellement existant du pouvoir dans l’Union Européenne (qui est tout sauf un Etat) pourrait être reproduit dans son espace en transition. Cela présuppose une émancipation de l’héritage de la souveraineté incarnée par l’Etat sous quelque forme que ce soit, même fédérale à l’Allemande. Autrement dit, l’entrée dans ce cycle de fédéralisme post-étatique ouvrirait la voie à un nouvel  âge autogestionnaire, tout au moins à une promotion de formes diverses de démocratie participative tant sociale que politique.Pourquoi la Catalogne ne serait-elle pas le champ de ce tournant historique ? Dans la période de la sortie de la dictature, elle a soulevé bien des espoirs d’un nouvel « Etat des autonomies », l’Espagne semblant capable d’installer un pouvoir fragmenté par autant de territoires économiques, culturels et politiques qu’elle reconnaissait de statuts spécifiques à ses « régions ». Et beaucoup ont pu espérer voir ainsi s’inventer une nouvelle forme d’organisation du pouvoir dépassant l’unité et la centralité plus ou moins au principe de chacun des Etats-membres de l’Union Européenne. A réclamer comme aujourd’hui l’indépendance, la Catalogne pourrait relancer cette perspective en s’appuyant sur ce qu’est devenue l’Union réellement existante, mais en faisant son deuil d’une reconnaissance comme Etat. Ce sacrifice pourrait s’avérer alors terriblement attractif pour tous les peuples d’Europe qui n’en finissent pas de creuser leurs identités particulières et parfois leurs tombes.

Ces questions sont traitées dans le dernier numéro de la Revue POLE SUD (revue de science politique de l'Europe méridionale) dont le 40° numéro est consacré entièrement à "La Catalogne sans l'Etat ?".(http://pole-sud.etud.univ-montp1.fr)

Un séminaire de deux centres de recherche de Barcelone et de Montpellier aura lieu, à la veille des grandes manifestations catalanes le 18 septembre prochain à Science Po (Salle François Goguel - 56, rue des Saints Pères - 75007 Paris) de 14h30 à 18h. L'entrée y est libre. 

Vous y êtes les bienvenu(e)s.

Le programme complet est ici: 

http://pole-sud.etud.univ-montp1.fr http://www.icps.cat

Programme

w 14h30 / Bienvenue 

w 14h40 / Paul Alliès : Les 20 ans de Pôle Sud, et le pourquoi d’un numéro thématique sur la Catalogne

w 14h55 / Emmanuel Négrier : présentation synthétique du sommaire

w 15h10 / Joan Marcet : De l’autonomisme à l’indépendantisme : 20 ans d’élections en Catalogne

w 15h40 / Marina Subirats : La société catalane : croissance et crise

w 16h10 / Antoni Castells : La Catalogne et l’Espagne : un conflit politique et fiscal

w 16h40 / Andy Smith : discussion n°1 

w 16h55 / Patrick Le Galès : discussion n°2

w 17h10 / Débat général

w 18h00 / Conclusions : Paul Alliès et Joan Marcet

http://www.afsp.msh-paris.fr

Intervenants

w Paul Alliès, professeur, CEPEL Université Montpellier I

w Antoni Castells, professeur, Université de Barcelone (UB)

w Patrick Le Galès, directeur de recherche CNRS, CEE Sciences Po

w Joan Marcet, directeur de l’ICPS (Institut de Sciences Politiques et Sociales - Barcelone)

w Emmanuel Négrier, directeur de recherche CNRS, CEPEL Université Montpellier I

w Andy Smith, directeur de recherche FNSP, directeur du Centre Émile Durkheim, IEP Bordeaux

w Marina Subirats, professeur, Université Autonome de Barcelone 

Horaire & Lieu

w 14h30-18h 

w Sciences Po, 56 rue des Saints-Pères 75007 Paris, Salle François Goguel


file://localhost/Users/paul/Library/Mail%20Downloads/sem180914.pdf

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.