Paul Alliès
Professeur Emérite à l'Université de Montpellier. Doyen honoraire de la Faculté de Droit. Président de la Convention pour la 6° République (C6R).
Abonné·e de Mediapart

293 Billets

2 Éditions

Billet de blog 21 févr. 2012

Paul Alliès
Professeur Emérite à l'Université de Montpellier. Doyen honoraire de la Faculté de Droit. Président de la Convention pour la 6° République (C6R).
Abonné·e de Mediapart

La farce référendaire

Nicolas Sarkozy, le nouveau Fregoli de la politique française ? A l'imitation de ce ventriloque italien célèbre pour ses talents de transformiste, le Président-candidat n'en finit pas de se renier, de changer de costume et de position.

Paul Alliès
Professeur Emérite à l'Université de Montpellier. Doyen honoraire de la Faculté de Droit. Président de la Convention pour la 6° République (C6R).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nicolas Sarkozy, le nouveau Fregoli de la politique française ? A l'imitation de ce ventriloque italien célèbre pour ses talents de transformiste, le Président-candidat n'en finit pas de se renier, de changer de costume et de position. Une de ses dernières trouvailles concerne le référendum qu'il voudrait lancer contre les immigrés et les chômeurs. Il a semé ainsi, jusque dans son propre camp une rare confusion sur la procédure elle-même. Essayons d'y voir clair. 

A l'évidence il n'est pas question du référendum concernant la révision de la Constitution (art. 89) et encore moins de la ratification de "certains traités internationaux" (art. 11) puisqu'il a pris soin de faire effacer par le Congrès en 2008 le vote populaire de 2005 sur le Traité constiutionnel européen.

Reste donc les matières ouvertes au référendum législatif de ce même article 11: à "l'organisation des pouvoirs publics" (dont la définition divise toujours depuis 1958 les constitutionnalistes), Chirac avait fait ajouter en 1995 "la politique économique ou sociale de la nation et (les) services publics qui y concourent" ; Sarkozy a allongé la liste à la "politique environnementale" en 2008. On notera qu'aucun référendum n'a été pour autant organisé sur ces matières.

Mais surtout la révision de juillet 2008 a vu les députés introduire (contre l'avis de Sarkozy) une nouvelle procédure suggérée par Balladur sous le nom de "droit d'initiative populaire".  Ce droit est devenu un référendum d'initiative parlementaire dépourvu d'une réelle dimension démocratique directe. Il est réservé au cinquième des parlementaires donc à 185 d'entre eux, autrement dit aux deux principales formations (l'UMP et le PS). Les citoyens ne sont requis qu'à des fins acclamatoires de cette éventuelle initiative (ils ne peuvent pas demander l'abrogation d'une loi); encore faut-il qu'ils se trouvent nombreux pour cela puisqu'ils doivent être 10% du corps électoral, soit environ 4,5 millions. Et il suffit que la proposition de loi soit examinée par le Parlement pour que le référendum ne soit pas organisé. Plutôt isolés furent ceux qui dénoncèrent alors la mascarade de cette prétendue "avancée démocratique". En toute hypothèse, Sarkozy n'en voulait même pas puisque cette révision attend toujours sa loi organique pour entrer en virtuelle application quatre ans après.

Force est donc de voir dans sa récente évocation du référendum, la plus rance tradition bonapartiste qui est allée dans le passé avec l'usage de cette procédure. Le vice est effet dans la nature même de la V° République: le recours au référendum appartient de fait au Président seul qui peut en user à des fins plébiscitaires surtout sur des sujets démagogiques comme c'est le cas en l'occurrence. De Gaulle avait au moins  en 1962 et 1969 la volonté de réformer les institutions. Sarkozy en est à vouloir sauver sa "société du dix décembre" tel Napoléon le petit ( "la société secrète des coquins et des tricheurs, la société du désordre" -Marx-). 

Sur la tombe du vrai Frégoli a Viareggio, haut lieu de la variété italienne, est inscrite cette épitaphe: "Ici Léopoldo Frégoli a accompli son ultime transformation". Elle va comme un gant  à ce président sortant dans sa  quête référendaire désespérée de l'onction populaire perdue.

Il y a mieux à faire;  penser, comme le propose Attac à redonner du pouvoir aux citoyens avec un vrai droit au référendum d'initiative citoyenne. On en débattra:

Vendredi 9 mars 2012 à 19h

«Comment passer à une 6° République et laquelle ?  »

avec

 François Hollande, Eva Joly, Jean-Luc Mélenchon ou leurs représentants

et

Edwy Plenel, président-fondateur de Mediapart

Arnaud Montebourg, président d’honneur et fondateur de la C6R

Paul Alliès, président de la C6R

Musée Social - 5 rue Las Cases, Paris, 7°. Metro Solferino

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexistes et sexuelles
Le youtubeur Léo Grasset visé par une enquête pour viol
Selon nos informations, une étudiante a déposé plainte à Paris. Elle accuse de « viol » le célèbre vulgarisateur scientifique et youtubeur, déjà visé par une enquête préliminaire pour « harcèlement sexuel ». De nouveaux témoignages font état de « problèmes de respect du consentement », mais également d’« emprise ».
par Sophie Boutboul et Lénaïg Bredoux
Journal — Asie et Océanie
Xi Jinping, le pompier pyromane
L’atelier du monde est au bout du rouleau et dans toute la Chine, des protestations réclament la fin des mesures draconiennes de contrôle social décidées au nom de la lutte contre le Covid. Le numéro un chinois est pris au piège de sa politique autoritaire.
par François Bougon
Journal — Transparence et probité
Le n°2 de l’Élysée, Alexis Kohler, s’enferre dans le déni face aux juges
Mis en examen pour « prise illégale d’intérêts » en septembre, le secrétaire général de l’Élysée se voit reprocher « sa participation » comme haut fonctionnaire, entre 2009 et 2016, à des décisions touchant le groupe MSC, lié à sa famille. Lors de son interrogatoire, il s’est dit « choqué » que « son intégrité » soit mise en cause.
par Martine Orange
Journal
Soupçons de fraude fiscale : la justice saisie du cas de l’ex-ministre Caroline Cayeux
La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) a fait savoir mardi qu’elle avait signalé au parquet de Paris le cas de Caroline Cayeux, ministre démissionnaire du gouvernement, soupçonnée d’évaluation mensongère de son patrimoine et de fraude fiscale.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Dieu Arc-en-Ciel
« Au nom du Dieu Arc-en-ciel ». C'est ainsi que Kian Pirfalak (10 ans) commençait sa vidéo devenue virale depuis sa mort, où il montrait son invention. Tué à Izeh par les forces du régime le 16 Novembre. Sa mère a dû faire du porte-à-porte pour rassembler assez de glaçons et conserver ainsi la dépouille de son fils à la maison pour ne pas que son corps soit volé par les forces de l’ordre à la morgue.
par moineau persan
Billet de blog
Voix d'Iran : la question du mariage forcé (et du viol) en prison
Ce texte est une réponse à la question que j'ai relayée à plusieurs de mes proches, concernant les rumeurs de mariages forcés (suivis de viols) des jeunes filles condamnées à mort.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Révolution kurde en Iran ? Genèse d’un mouvement révolutionnaire
Retour sur la révolte en Iran et surtout au Rojhelat (Kurdistan de l’Est, Ouest de l’Iran) qui a initié le mouvement et qui est réprimé violemment par le régime iranien dernièrement (plus de 40 morts en quelques jours). Pourquoi ? Voici les faits.
par Front de Libération Décolonial
Billet de blog
Lettre d'Iraniens aux Européens : « la solidarité doit s'accompagner de gestes concrets »
« Mesdames et messieurs, ne laissez pas échouer un soulèvement d’une telle hardiesse, légitimité et ampleur. Nous vous demandons de ne pas laisser seul, en ces temps difficiles, un peuple cultivé et épris de paix. » Dans une lettre aux dirigeants européens, un collectif d'universitaires, artistes et journalistes iraniens demandent que la solidarité de l'Europe « s'accompagne de gestes concrets, faute de quoi la République islamique risque de durcir encore plus la répression ».
par Les invités de Mediapart