Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

169 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 juin 2022

Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

Le job-dating : vecteur de transformation de la profession enseignante

Les jobs dating organisés pour recruter des enseignants ne sont pas seulement des aberrations en terme de recrutement... Ce sont aussi les instruments d'une transformation en profondeur de la profession enseignante et des finalités de l'école.

Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A celui qui se contenterait d’y voir une prouesse organisationnelle, le job-dating organisé par l’académie de Versailles pour recruter 1300 enseignants pourra sembler une réussite exceptionnelle, capable de faire front à une gravissime pénurie de recrutement…
Les candidates et candidats, disposant d’un bac+3 doivent convaincre d’une capacité à enseigner grâce à un entretien de 20 à 30 minutes. Tous ceux qui ont participé à des jurys de concours de recrutement savent combien cette prétention à évaluer une capacité à enseigner dans de telles conditions est vaine. Elle se fondera sur des éléments des plus superficiels, ceux de l’habilité verbale à convaincre et à offrir les réponses attendues, qualités qui sont loin de se confondre avec celles qui augurent d’une capacité à enseigner !
Pour qu’une telle ineptie puisse être crédible, elle nécessite une transformation complète des principes qui présidaient au recrutement dans la fonction publique.  

Tout d’abord le principe de la mise en doute de la nécessité d’un recrutement par concours considéré comme la condition de l’égalité d’accès aux emplois publics. L'article 6 de la Déclaration des droits de l'Homme et du Citoyen avait déjà affirmé que les citoyens étant égaux, l’admissibilité aux emplois publics ne pouvait connaître d’autre distinction que celle fondée sur les « vertus » et les « talents ». La vision wébérienne d’un exercice « impersonnel » de l’agent public et la confirmation régulière par le juge administratif de la neutralité nécessaire du recrutement consacrèrent au début du XXe siècle le principe d’un recrutement par concours que les statuts de 1946 et 1983 viendront confirmer. Qui pourra aujourd’hui garantir cette égalité et cette neutralité dans la rapidité d’un face-à-face aussi rapide ?

Ensuite, le principe de la centration de l’évaluation du candidat à l’enseignement et donc des épreuves du concours sur ses compétences professionnelles (ses connaissances pédagogiques et didactiques) et sur ses compétences disciplinaires (ses savoirs dans les disciplines qu’il doit enseigner). Évidemment la brièveté du job-dating oblige à se décentrer de ces objectifs, incernables en un temps aussi court, pour se limiter à ce qui est facilement repérable : l’aisance verbale, la conformité à des attentes comportementales, … voire la résistance au stress. En somme tout ce qui constitue ce que les cabinets de recrutement appellent les « soft-skills ».
Nul ne peut douter que ces qualités humaines peuvent constituer des atouts dans l’exercice professionnel enseignant mais s’en suffire signifierait un déplacement majeur de l’objet même de l’enseignement qui, renonçant aux savoirs et à la culture commune, se destinerait essentiellement à transmettre des capacités de « savoir-être ». Les écrits de l’économiste Yann Algan, qui fut choisi par Jean-Michel Blanquer pour piloter la définition de la professionnalité enseignante du XXIe siècle lors du Grenelle de 2020, l’affirment sans détour : l’enjeu essentiel d’une école qu’il dédie essentiellement à favoriser le bonheur individuel et la croissance devrait être désormais de transmettre des compétences socio-comportementales[1].

Ces jobs-dating ne sont donc pas seulement ineptes à garantir un recrutement qualitatif, ils contribuent à la transformation en profondeur du métier enseignant : contractuel précaire, exerçant ce métier comme un épisode de sa vie avant de trouver un emploi davantage rémunérateur et moins épuisant, il se consacrera au bien-être de ses élèves, capable ainsi de contribuer à produire « la confiance » dont Yan Algan nous explique qu’elle est la clé de la croissance.
Quant à l’enjeu culturel de l’école, celui des savoirs et des compétences pédagogiques et didactiques nécessaires à leur transmission, ne concernera-t-il à terme qu’une élite enseignante? Recrutée sur concours et titulaire, elle fera le bonheur intellectuel des meilleurs établissements quand le coaching socio-comportemental se consacrera à transmettre les compétences de l’employabilité aux enfants et adolescents des quartiers populaires, tout en leur veillant à les convaincre avec bienveillance d'accepter leur condition sociale… Ce que Yann Algan appelle « renforcer la résilience sociale en investissant dans l’Éducation[2] »

[1] Voir : Paul DEVIN, Soft-skills, pour l’école du bonheur et de la croissance, Carnets rouges n°24
https://carnetsrouges.fr/soft-skills-pour-lecole-du-bonheur-et-de-la-croissance/

[2] Yann ALGAN et al., Renforcer la résilience sociale et économique en Europe en investissant dans l’éducation, European expert network on Economics of education, Rapport Analytique No. 42 2021

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Sobriété : le gouvernement a un plan, mais qui pour l’appliquer ?
L’exécutif annonce de nombreuses mesures pour réduire la consommation d’énergie de 10 % d’ici à 2024. Mais presque tout est basé sur le volontariat et les moyens de mise en œuvre restent flous. 
par Jade Lindgaard
Journal
Altice obtient une censure d’articles à venir au nom du secret des affaires
Le groupe de Patrick Drahi demandait en référé, au nom du secret des affaires, la censure de trois articles publiés par le site Reflets et exploitant des documents interne mis en ligne par des hackers. Le tribunal de commerce a rejeté cette demande mais ordonne au journal de ne plus écrire sur le sujet.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Migrations
En France, « rien n’a été prévu » pour accueillir les exilés russes
Depuis le début de la guerre d’invasion russe en Ukraine, des centaines de Russes sont venus chercher refuge en France. Confrontés à un manque criant de politique d’accueil et à des obstacles en tout genre, ils ont surtout trouvé de l’aide auprès de réseaux d’entraide.
par Nejma Brahim
Journal
Procès France Télécom : une condamnation pour l’exemple ?
Le 30 septembre, les anciens dirigeants de France Télécom ont vu leur condamnation pour « harcèlement moral institutionnel » confirmée en appel. Leur politique de départs forcés, menée à partir de 2007, avait débouché sur une vague de suicides. Mais les responsables échappent à la prison ferme. Quelle portée pour ce jugement ?
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Doudoune, col roulé et sèche-linge : la sobriété pour les Nuls
Quand les leaders de Macronie expliquent aux Français comment ils s'appliquent à eux-mêmes les injonctions de sobriété énergétique, on se prend à hésiter entre rire et saine colère.
par ugictcgt
Billet de blog
Quand les riches se mettent à partager
Quand Christophe Galtier et Kylian Mbappé ont osé faire leur sortie médiatique sur les jets privés et les chars à voile, un torrent de réactions outragées s'est abattu sur eux. Si les deux sportifs clament l'erreur communicationnelle, il se pourrait en fait que cette polémique cache en elle la volonté des dominants de partager des dettes qu'ils ont eux-mêmes contractées.
par massimo del potro
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon