Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

175 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 sept. 2020

Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

Le bon sens et le pouvoir hiérarchique

A nouveau, le ministre évoque le bon sens comme devant présider aux décisions. Cela pourrait avoir le le goût d’une plus grande confiance faite aux agents de la fonction publique et à leur capacité d'exercer leur responsabilité ... à moins que cela ne soit le signe d'une volonté de fonder le pouvoir hiérarchique dans l'illusion d'une incontournable évidence devant être admise par tous!

Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A nouveau, le ministre évoque le bon sens pour justifier ses décisions[1]. Et depuis quelques jours, cet argument du bon sens est abondamment repris dans les discours hiérarchiques, y compris dans les interviews accordés par les recteurs et les DASEN à la presse locale[2].
Les enfants des classes maternelles pourront-ils amener leurs doudous ? Non répond le DASEN, c’est du bon sens[3].
« Vous avez du bon sens, faites au mieux » dit ce responsable à des syndicalistes inquiets[4]
Au nom du bon sens, on explique ici que la mise en quarantaine d’une classe ne sera envisagée qu’à partir de 3 ou 4 cas avérés[5]. Mais le bon sens affiche, ailleurs, d’autres logiques : rappelons qu’au mois de mai dernier, le « bon sens » du ministre défendait comme « normal » d’être strict en fermant une école dans le cas d’une simple suspicion[6].

La réponse locale prend déjà des allures d’une cacophonie peu rassurante.

Réglementation ou bon sens ?
Certes, on peut toujours fustiger la réglementation administrative, la considérer par nature comme absurde et tatillonne et vouloir lui substituer la capacité des individus à assumer leurs responsabilités en les déclinant en fonction des réalités locales. Cela pourrait avoir le goût d’une plus grande confiance faite aux agents de la fonction publique mais en réalité cela équivaut bien souvent à laisser le pouvoir à l’arbitraire de la décision personnelle des supérieurs hiérarchiques.
Car la motivation de ces décisions de bon sens ne s’embarrasse pas toujours des préliminaires de l’analyse objectivée et concertée.
Bien des ouvrages ont été publiés[7] qui nous expliquent que le retour du bon sens est une nécessité pour le management, qu’il s’opposerait à la technocratie experte pour lui substituer une logique dont l’évidence élémentaire voudrait qu’elle s’impose à tous.
Le problème est que le bon sens n’est pas universel et transcendant et que l’évidence avec laquelle il s’impose pour celui qui l’énonce ne garantit ni la vérité, ni le jugement partagé. Pour le dire autrement, le sens commun est culturellement et idéologiquement relatif. Dans la presse acquise à la politique gouvernementale actuelle, on a régulièrement souligné le bon sens de Blanquer : « ni de droite, ni de gauche mais guidé par le bon sens » affirmait le Figaro en septembre 2017 pour défendre la sélection à l’entrée de l’université ou le retour au syllabique, …

Le jugement du supérieur hiérarchique comme norme ?
Progressivement notre administration s’est départie d’une conception de l’autorité hiérarchique qui se fondait sur l’application des textes réglementaires pour lui substituer une vision personnalisée où le jugement du supérieur hiérarchique aurait force de réglementation et serait donc censé s’imposer aux subordonnés, d’autant que le primat du local ferait croire que la clé de l’amélioration qualitative procéderait de l’ajustement des décisions aux réalités particulières. Une multitude de paramètres, d’un tout autre ordre, viendra guider les choix que l’on prendra bien sûr le soin de justifier par le bon sens.
Une telle conception du pouvoir hiérarchique a pourtant montré ses fortes incidences sur l’augmentation des risques psychosociaux et la dégradation des relations avec la hiérarchie. Il contribue aussi à une forte variation des consignes et de leurs priorités respectives qui dégrade le sens du travail et la compréhension des enjeux.
Une administration démocratique peut-elle se mettre sous le joug des certitudes de son ministre et de ses cadres ? Il y a une confusion inquiétante quand, au nom du principe constitutionnel qui affirme que le gouvernement dispose de l’administration, on prétend justifier un autoritarisme fondé sur le bon sens du ministre ou du cadre et cela jusqu’à la contrainte méthodologique des pratiques professionnelles. D’autant que la capacité d’une telle conception à améliorer qualitativement le service public reste à prouver. Le constat qui s’impose par contre, au quotidien, c’est la difficulté croissante qu’ont les agents à faire leur travail dans les perspectives des finalités du service public.

Un épisode exceptionnel ?
La difficile et complexe réalité de la crise épidémique pourrait nous laisser croire à un épisode exceptionnel qui s’expliquerait par la nature singulière de la situation avant un retour à la normale. L’incroyable revirement de discours entre l’allégation de l’inutilité des masques proclamée par le gouvernement au premier trimestre 2020 et l’affirmation de l’irresponsabilité de ceux qui refusent l’obligation d’en porter aujourd’hui n’est pas seulement le signe d’une adaptation du discours à la disponibilité du produit. Il révèle une conception de la politique où la parole des gouvernants prévaut sur la raison des citoyens. Transposée dans la fonction publique, ce primat de la communication politique revient à privilégier le pouvoir hiérarchique sur les finalités des missions, privilège que venait justement limiter et contraindre le cadre statutaire de l’exercice de ces missions par le fonctionnaire. La volonté persistante à restreindre ce statut, au nom du pragmatisme – qui en définitive procède des mêmes logiques que celle du recours au bon sens – se pare des atours faussement démocratiques d’un exercice local de la responsabilité et participatif de la décision.

Il n’en est rien. Jean-Michel Blanquer en a fait la preuve en feignant que l’affirmation répétée de la confiance suffirait à créer l’illusion de son existence. La réalité est que jamais la crise de confiance n’a été si forte… et que bien peu nombreux sont ceux qui reprendront leur classe avec le sentiment d’être aidés, accompagnés et protégés par leur institution.

[1] Par exemple : Le Parisien, 26/08/2020

[2] La Dépêche 26/08/2020, La Montagne 28/08/2020

[3] La Montagne 28/08/2020

[4] Est-Républicain, 26/08/2020

[5] Ouest-France, 27/08/2020

[6] Le Monde 19/05/2020

[7] Pour ne citer que quelques exemples : « Le management du bon sens », « Management : science ou bon sens », « Les illusions du management : pour le retour du bon sens »

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À la Une de Mediapart

Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget
Journal
Grève à la SNCF : la mobilisation des contrôleurs bouscule les syndicats
Après un premier week-end de grève remarqué, les contrôleurs SNCF menacent de remettre le couvert pour les fêtes de fin d’année si la direction n’accède pas à leurs demandes. Parti d’un collectif « apolitique », ce mouvement déborde les organisations syndicales.
par Khedidja Zerouali
Journal — Politique
Au PCF, l’opposition à Fabien Roussel fait entendre sa voix
Après un Conseil national tendu, le projet de la direction du parti communiste pour le prochain congrès n’a obtenu que 58 % des suffrages exprimés. Un appel signé par trente-cinq cadres critique une perte de boussole idéologique. Un événement, dans un parti aux habitudes légitimistes. 
par Mathieu Dejean
Journal — Discriminations
Dans les hôpitaux de Strasbourg, l’aumônerie musulmane a la portion congrue
Les différentes aumôneries des Hôpitaux universitaires de la capitale alsacienne disposent de moyens humains et matériels très disparates, qui laissent le sentiment d’une inégalité de traitement. Côté musulman, l’unique salariée a été privée de son bureau individuel.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Avec Francesca Woodman et Vivian Maier, « Traverser l’invisible »
Chacune à sa façon, les deux photographes, comme l'écrit Marion Grébert, « ont mené leur existence en échappant à la moindre possibilité d’être saisies. »
par Jean-Claude Leroy
Billet de blog
Sans couronne se relever
Au cours de sa formation théâtrale, Suzanne de Baecque répond à un travail d’immersion en s’inscrivant au concours de Miss Poitou-Charentes. Avec Raphaëlle Rousseau pour complice, elle narre son expérience à partir des coulisses, observant ses concurrentes, les racontant pour mieux donner naissance à « Tenir debout », docu-fiction entre rire et larmes, premier spectacle magnifique.
par guillaume lasserre
Billet de blog
L’art nous empêche-t-il de construire un monde meilleur ?
L'art peut-il être un outil politique pour surmonter les crises environnementales et sociales que nos sociétés traversent ? A-t-il vraiment le pouvoir de créer de nouveaux récits pour amener une mutation profonde et nécessaire ? Non. Car dans un monde profondément individualiste, l'art est fondamentalement du côté des forces réactionnaires.
par Sébastien Piquemal
Billet de blog
Dominique Blanc porte haut « La douleur » de Marguerite Duras
L’actrice dit vouloir jouer encore et encore ce spectacle, « jusqu’ au bout ». Elle a raison. Ce qu’elle fait, seule en scène, est indescriptible. Thierry Thieû Niang l’accompagne dans ce texte extrême de Marguerite Duras créé sous le direction de Patrice Chéreau il y a bientôt dix ans.
par jean-pierre thibaudat