Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

149 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 janv. 2022

Film « les SEGPA » : quand on organise le mépris et le harcèlement

Ceux-là même qui tiennent des discours lénifiants sur le harcèlement scolaire, parfois en écorchant les enseignants sur le sujet, sont capables de mettre en scène les stigmatisations qui, demain, produiront le harcèlement des élèves de SEGPA. Honte à une société qui livre à la moquerie et au mépris ses adolescentes et adolescents les plus fragiles…

Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La SEGPA accueille, de la 6ème à la 3ème des collégiens qui ont d’importantes difficultés scolaires et qui nécessitent des enseignements adaptés avec des effectifs réduits et des enseignants spécialisés proposant des démarches pédagogiques particulières. L’origine des difficultés de ces élèves est diverse mais on y retrouve souvent la convergence de situations sociales ou familiales éprouvantes et de difficultés personnelles.

Pour le reste, les élèves de SEGPA manifestent leur adolescence comme toutes les autres collégiennes et tous les autres collégiens y compris par ces manifestations que le sens commun qualifie parfois « d’âge bête » : provocations, jeux de positionnements rebelles face aux adultes, connivences construites sur des pratiques verbales ou comportementales dont le sens échappe aux adultes, provocations et maladresses… Rien que de plus ordinaire  à un âge adolescent perçu par les adultes comme une crise passagère mais incontournable.

Une série et désormais un film ont décidé d’en faire une autre analyse. Les élèves de SEGPA n’y sont plus des adolescents ordinaires rencontrant des difficultés mais des imbéciles butés, insolents, bêtes et ignares…
Ce n’est plus désormais le constat d’un problème scolaire qui les caractérise mais une déficience personnelle se résumant à une stupidité totale. Cette caricature à outrance, que d’aucuns chercheront bien sûr à justifier au prétexte de l’humour, est une succession d’images dégradantes, de scènes méprisantes et stigmatisantes, de récits dédaigneux.

Le taux de visionnage de la série sur YouTube a sans doute constitué, cyniquement, une annonce de profit suffisant pour que les conséquences d’une telle stigmatisation sur les élèves eux mêmes puissent passer pour un dégât collatéral.

Ceux-là même qui cherchent à construire une image de générosité prévenante à l’égard des porteurs de handicap et nous assènent parfois sur le sujet leur morale compatissante, n’ont plus aucune réserve quand il s’agit de traiter violemment et sans respect des adolescents victimes de difficultés sociales…

Cyniquement, toute considération sur les effets psychologiques de ce mépris est ignorée… alors qu’ils s’exerceront sur des adolescentes et des adolescents fragilisés par leur histoire et leurs difficultés. La perspective d’un succès commercial fait taire toute précaution, et ceux-là même qui tiennent des discours lénifiants sur le harcèlement scolaire, parfois en écorchant les enseignants sur le sujet, sont capables de mettre en scène les stigmatisations qui, demain, produiront le harcèlement des élèves de SEGPA.

Honte à une société qui livre à la moquerie et au mépris ses adolescentes et adolescents les plus fragiles…

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette