Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

175 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 nov. 2022

Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

La minute Pap : de la com… rien que de la com

Le ministre de l’Éducation nationale a désormais un rendez-vous hebdomadaire avec la communauté éducative. Toujours cette stratégie que l’habileté du message puisse se substituer à une prise en compte de la réalité...

Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le ministre de l’Éducation nationale a désormais un rendez-vous hebdomadaire avec la communauté éducative : la minute Pap !

Le premier rendez-vous, à la veille des vacances scolaires de la Toussaint, a donné lieu à un propos simple : jusqu’à maintenant l’école républicaine se caractérisait par une centralisation totale… désormais il s’agit de donner « des marges de manœuvre à la communauté éducative ». Dans des centaines d’écoles, de collèges et de lycées, nous annonce le ministre, des chefs d’établissement, des professeurs, des élèves, des associatifs, des élus élaborent ensemble un projet pédagogique qui sera financé par des fonds d’innovation. C’est, nous dit-il, « une démarche de transformation par le bas, par le terrain. »

Passons sur une analyse historique qui a fait bondir Claude Lelièvre[1] qui souligne la « bourde » qui attribue à la Troisième République et à Jules Ferry la formulation d’un autoritarisme ultra-centralisateur qui caractérisait en fait le Second Empire…

Mais au-delà, quelle enseignante, quel enseignant pourrait croire aujourd’hui que la politique éducative macronienne se caractériserait par une liberté nouvelle pour les enseignants ?

Pendant cinq ans, Jean-Michel Blanquer a fait la preuve d’une vision ultra autoritaire fondée sur des injonctions méthodologiques, par exemple sur les méthodes d’apprentissage de la lecture, face auxquelles la Troisième république fait presque figure libertaire ! Dans sa lettre de novembre 1883, Ferry proposait que les méthodes puissent servir sans asservir.

Pendant cinq ans la politique macronienne en matière de fonction publique a réduit le rôle paritaire des organisations syndicales privant les enseignantes et les enseignants de la possibilité de s’exprimer par la voix de leurs représentants.

Depuis la rentrée, le ministre actuel n’a guère donne le sentiment d’un infléchissement.
La formation continue des enseignants poursuit son objectif de mise en application des consignes ministérielles aux dépens d’un véritable développement des compétences didactiques et pédagogiques. Le Conseil scientifique de l’Education nationale a annoncé la semaine dernière sa volonté à interdire des « pédagogies inacceptables[2] ». Les profs qui ne cessent d’expliquer pourquoi la nouvelle organisation calendaire du bac est préjudiciable à l’organisation annuelle des enseignements ne sont toujours pas entendus. Quant à la réforme de l’enseignement professionnel, les orientations majeures ont été prises bien avant qu’un simulacre de concertation soit mis en œuvre.

Une minute… ce n’est effectivement pas vraiment le format de l’échange et de l’explication qui seraient favorables à une concertation capable de prendre en compte la divergence des points de vue et la réalité complexe du système scolaire.

C’est juste le temps du slogan, la culture de l’influenceur, le spot de pub…

Celui où on continue à vouloir croire que l’habileté du message peut se substituer à une prise en compte de la réalité.
Pendant ce temps, les inégalités se creusent, les profs démissionnent, les usagers déplorent la dégradation du service public.

[1] https://blogs.mediapart.fr/claude-lelievre/blog/051122/pauvre-ferry-pauvre-ndiaye-bourdes-historiques-de-premiere-grandeur

[2] Le Figaro, 01/11/2012

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
Faux scoop du « Point » sur Garrido-Corbière : un « accident industriel » écrit d’avance
Alors que l’hebdo avait promis de faire son autocritique en publiant une enquête pour revenir sur ses fausses accusations visant le couple LFI, la direction l’a finalement enterrée. Sur la base de documents internes, Mediapart retrace les coulisses de ce fiasco, prédit deux mois avant par des salariés.
par David Perrotin et Antton Rouget
Journal
Lutte contre l’antisémitisme : angle mort de la gauche ?
Les militants de la gauche antiraciste ont-ils oublié l’antisémitisme ? Un essai questionne le rôle des gauches dans la lutte contre l’antisémitisme et plaide pour la convergence des combats. Débat dans « À l’air libre » entre son autrice, Illana Weizman, un militant antiraciste, Jonas Pardo, et le député insoumis Alexis Corbière.
par À l’air libre
Journal — Parlement
La loi sur les énergies renouvelables est-elle vertueuse ?
Alors que le projet de loi sur le développement de l’éolien et du solaire est en cours d’examen à l’Assemblée nationale, les macronistes savent qu’ils ont besoin de la gauche pour le faire adopter. Mediapart a réuni la députée insoumise Clémence Guetté et le député Renaissance Jean-Marc Zulesi pour éclaircir les points de blocage et les possibilités d’évolution.
par Pauline Graulle et Amélie Poinssot
Journal
Face au mur social, Macron choisit de foncer
Dans un contexte d’inflation record, de conflits sociaux dans les entreprises et d’état alarmant des services publics, le président de la République souhaite réformer les retraites dès le début de l’année 2023. Le climat social gronde mais l’exécutif mise sur une « résignation » de la rue.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Morts en Méditerrannée : plainte devant la CPI contre la violence institutionnelle
La plainte va soulever la question de la responsabilité de l'Italie, Malte, la commission européenne et l'agence Frontex dans le bilan catastrophique de plusieurs dizaines de milliers de noyés en Méditarrannée depuis 2014, au mépris du droit international et des droits humains. Questions sur la violence institutionnelle à rapprocher du projet de loi contre les migrants que dépose l'exécutif.
par Patrick Cahez
Billet de blog
Une famille intégrée ou comment s'en débarrasser - Appel OQTF
6 décembre : appel de la décision de l'obligation de quitter le territoire devant le tribunal administratif de Clermont-Ferrand, décision que nous avons déjà chroniquée. Cette famille particulièrement intégrée doit rester ici. Voici quelques vérités fortes apportées par son avocate et un des responsable de RESF63, le jour même d'un « débat » sur la loi immigration à l'Assemblée Nationale !
par Georges-André
Billet de blog
La liberté d’aller et venir entravée pour les habitant⋅es de Mayotte
Le Conseil constitutionnel a jugé conforme à la Constitution les contrôles d’identité systématiques sur l’ensemble du territoire de Mayotte sans limite dans le temps. Il assortit sa décision d’une réserve qui apparait vide de sens : ces contrôles ne peuvent s’effectuer « qu’en se fondant sur des critères excluant […] toute discrimination », alors qu’ils apparaissent par essence discriminatoires.
par association GISTI
Billet de blog
Mineurs isolés à Paris : "C’est le moment d’agir, aidez-nous à quitter cette merde !"
Cela faisait depuis juin 2022 que des mineurs exilés isolés survivaient sous le pont Nelson Mandela, sur la rive droite des quais de Seine de la ville d’Ivry. En six mois, plus de 400 jeunes se sont retrouvés là-bas, faute d’autre solution. Ce matin, ils ont enfin été pris en charge, non sans peines et non sans luttes. Retour sur ces derniers jours de survie et de mobilisation.
par Emile Rabreau