Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

175 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 mai 2016

Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

Journées de la Refondation : à nouveau le choix de la communication politique

Journées de la Refondation : à nouveau le choix de la communication politique plutôt que celui de l’analyse de la réalité. Les journées de la refondation ont renforcé la vision caricaturale qui voudrait faire croire que les oppositions aux réformes seraient portées par des conservatismes égoïstes et inconscients des enjeux de démocratisation de la réussite scolaire.Mais la réalité est tout autre.

Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les Journées de la Refondation n'auront pas été le bilan qu'on aurait pu en attendre. Elles auraient dû être un moment d'interrogations, d'analyses, de témoignages contradictoires visant à comprendre la réalité de la situation actuelle et la nature des oppositions qui sont aujourd'hui largement exprimées. Elles auraient pu chercher à identifier les infléchissements ou les renoncements nécessaires pour mieux servir les ambitions égalitaires voulues par la loi. 

Le ministère a préféré la mise en scène d’une communication politique d’autosatisfaction. Une telle communication conduit aujourd’hui à opposer, sur un modèle antagoniste, les volontés jugées démocratiques des réformateurs au prétendu conservatisme égoïste des protestataires. En somme il n'y aurait qu’une alternative : adhérer sans faille ou refuser la démocratisation de la réussite scolaire. 

Mais ceux qui refusent aujourd'hui la réforme du collège ou qui doutent des effets de la réforme des rythmes n'en sont pas pour autant des opposants aux principes qui fondent la loi de refondation et tout particulièrement quand elle affirme que la lutte contre les inégalités sociales doit constituer l'objectif majeur du service public d'éducation. L'expression de leurs oppositions ne suppose pas qu'ils soient les avocats d'une école seulement préoccupée des meilleurs élèves ou les défenseurs de leurs stricts intérêts corporatifs. Elle ne suppose pas qu’ils fassent le choix d’un modèle libéral de politique scolaire. 

La question légitime que les Journées de la Refondation auraient dû poser est celle de l'adéquation des réformes engagées aux objectifs de démocratisation de l'accès aux savoirs et à la culture commune. On pourrait multiplier les exemples pour lesquels ce questionnement se pose d'évidence. 

Qui pourrait aujourd'hui être certain d'une corrélation entre autonomie des établissements et réussite des élèves, quand l'observation des pays ayant engagé cette autonomisation suscite plutôt l'inquiétude d'un effet inverse ?

Qui pourrait être sûr que les EPI sont capables, dans leur essence comme dans leurs conditions de mise en œuvre, de contribuer à faciliter l'accès aux savoirs ?

Qui peut affirmer objectivement que la réforme des rythmes a facilité les apprentissages, quand la ministre décide de ne pas publier le rapport réalisé, il y a un an, par l’Inspection générale sur le sujet ? 

Qui peut dresser un bilan satisfait de la formation initiale des enseignants au constat de l’hétérogénéité qualitative de sa mise en œuvre et de difficultés persistantes ?

Qui peut se contenter d’un discours répétant la relance de la formation continue quand il constate que, sur le terrain, nous sommes si loin de pouvoir répondre à la réalité des besoins comme des demandes ? 

Qui pourrait, raisonnablement, accepter de croire que le développement des usages numériques pourrait, en soi, modifier la relation des élèves aux savoirs au point de transformer radicalement les paradigmes de l’enseignement ?  

L’instrumentalisation de la politique scolaire aux fins d’une communication ministérielle et gouvernementale est une erreur fondamentale quand il serait nécessaire de produire les larges consensus permettant les transformations nécessaires. Elle empêche que soit perçu ce qui en serait le vecteur premier, une fois posés les principes d’égalité voulus par la loi de refondation : définir les conditions d’une évolution des pratiques professionnelles guidée par la seule analyse objective. Une fois fixée par la loi dans ses principes généraux et dans son ambition fondamentale d’égalité, l’action éducative publique doit reposer sur les savoirs faire professionnels des personnels renforcés par la formation et l'accompagnement, à l’abri des présupposés idéologiques et des fantasmes des modes pédagogiques passagères. 

twitter :   @pauldevin59

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes