Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

164 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 avr. 2020

Le temps des prophètes : la crise annonce-t-elle la fin de l’Éducation nationale ?

Les crises incitent toujours à l’expression de discours visionnaires. Quand la réalité n’est que doutes et incertitudes, il est toujours quelques esprits qui pensant disposer de capacités d’analyse leur permettant une vision de l’avenir, en profitent pour donner une formulation prophétique à ce qui reste, en fait, leur idéologie libérale habituelle de privatisation de l'éducation.

Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans une interview accordée au Café pédagogique le 19 mars 2020, Alain Bouvier annonce la fin de l’Éducation nationale, au profit d’un pilotage désormais assuré par le marché. Il nous assure que l’initiative familiale, consécutive à la crise, s’implantera suffisamment durablement pour instaurer un système éducatif basé sur l’offre et la demande. Le propos tenu est fondamentalement ultralibéral, au sens où il annonce cette mutation comme résultant d’une évolution incontournable, renonçant au pilotage politique de l’éducation pour constater son asservissement total au marché.

Dans un texte publié aujourd’hui par Tout’Educ, Alain Bouvier cherche désormais à justifier un tel parti-pris par les logiques mêmes de l’apprentissage.
Les prophètes se vantent toujours d’être iconoclastes, prétendant oser poser les questions que les « statuquologues » taisent. Alain Bouvier va donc jusqu’à interroger la pertinence même de la classe qui, si elle est un lieu de socialisation, serait un obstacle aux apprentissages individuels. L’école à distance permettrait au contraire de pratiquer de véritables suivis individualisés, rendant visible ce que le collectif de la classe empêchait de percevoir. Une telle affirmation est évidemment de nature à offrir une argumentation au développement des offres privées de soutien qui peuvent alors apparaître comme seules capables des moyens de cette individualisation. Et Alain Bouvier ne pourra pas prétendre que ses affirmations sont faites pour inciter le service public à en assurer le développement de cette personnalisation puisqu’il nous a précédemment expliqué l’évolution irréversible vers la mise en marché !
Contrairement à ce qu’il insinue pour se forger l’image d’un visionnaire lucide au milieu des aveugles, il y a bien longtemps que de multiples travaux de recherche se sont interrogés sur la question de la prise en compte des difficultés individuelles dans un contexte d’enseignement collectif. Quelles que soient les perspectives développées pour tenter de la résoudre, personne ne peut raisonnablement opposer apprentissages et socialisation : l’apprentissage est une activité sociale, la pertinence didactique nécessite des situations collectives d’échange, de coopération, de confrontation.

Mais la faiblesse essentielle du discours d’Alain Bouvier est la négation de la question sociale des apprentissages. Conclure que l’essentiel est de faire des parents des alliés suppose de considérer comme négligeable la question du rapport culturel aux savoirs scolaires. Pour avoir longtemps travaillé dans des banlieues populaires, j’ai pu souvent mesurer combien cette alliance, à laquelle aspirent très fortement les familles populaires qui sont désireuses de la réussite de leurs enfants et savent combien elle déterminera leur avenir, était loin de constituer la garantie de la réussite des élèves. L’essentiel reste l’obstacle qu’après Bourdieu tant de sociologues ont décrit et analysé : celui des écarts culturels entre l’école et les classes populaires. C’est la conjonction d’une volonté politique déterminée de démocratisation et de l’amélioration qualitative des pratiques professionnelles qui permettra la réduction de ces écarts. Elle nécessite le développement des compétences didactiques des enseignants que les réductions successives de leur formation initiale et continue n’ont cessé de négliger. Et cette affirmation de la compétence est loin de recouvrir ce qu’Alain Bouvier semble vouloir célébrer : le succès médiatique d’enseignants sur Youtube ! La compétence didactique et pédagogique ne peut se confondre avec les habiletés de la communication médiatique.  

Le modèle libéral d’une école mise en marché suppose, en réalité, de renoncer à la démocratisation. Bien sûr que l’école actuelle est loin d’avoir réussi à réduire les inégalités mais, pour autant, doit-on accepter des évolutions qui en produiront davantage ?
On peut toujours caricaturer à outrance le discours syndical et assurer que, sous un propos égalitaire, il ne sert que le conservatisme corporatiste. … Mais qui pourrait croire que le discours d’Alain Bouvier s’inscrit, lui, dans les perspectives de l’intérêt général ? Il s’inquiète qu’on puisse « faire des élèves en grande difficulté la seule norme de référence pour tout le système ? ». Exprimer une telle inquiétude, c’est effectivement nier la réalité sociale d’une école dont la sociologie a maintes fois montré qu’elle était loin d’un tel risque !
Mais le brandir comme une menace, dans le contexte actuel de renforcement des exclusions sociales, c’est vraiment faire preuve de n’avoir cure de l’égalité !

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — France
Garrido-Corbière : « Le Point », un journal accro aux fausses infos
Une semaine après avoir dû admettre que les informations concernant le couple de députés Garrido-Corbière étaient fausses, l’hebdomadaire « Le Point » a été condamné en diffamation dans une tout autre affaire en raison d’une base factuelle « inexistante ». Un fiasco de plus pour la direction de la rédaction, qui a une fâcheuse tendance à publier ses informations sans les vérifier.
par David Perrotin, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
Guerre en Ukraine : le grand bond en arrière climatique
Et si le climat était une victime de la guerre en Ukraine ? Face au risque de pénurie énergétique provoquée par le conflit, les pays européens préparent un recours accru au charbon et au gaz fossile. Une marche arrière alarmante, à l’heure de l’urgence climatique, qui met en lumière notre terrible retard en matière de transition écologique.
par Mickaël Correia
Journal
Viktor Orbán est-il de plus en plus isolé en Europe ?
Embargo sur le pétrole russe, État de droit, guerre en Ukraine... Sur plusieurs dossiers, le premier ministre hongrois, à l’aube de son quatrième mandat consécutif, diverge de la majorité des Vingt-Sept. Débat avec une eurodéputée et un historien spécialiste de la région.
par Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Sale « Tour de France »
On aime le Tour de France, ses 11 millions de spectateurs in situ (en 2019) et on salue aussi le courage de Grégory Doucet stigmatisant le caractère polluant de l’événement. Une tache qui s’ajoute à celle du dopage quand le Tour démarre ce 1er juillet à Copenhague, où l’ancien vainqueur 1996 rappelle la triche à peine masquée. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Les dirigeants du G7 en décalage avec l’urgence climatique
Le changement climatique s’intensifie et s’accélère mais la volonté des dirigeants mondiaux à apporter une réponse à la hauteur des enjeux semble limitée. Dernier exemple en date : le sommet des dirigeants du G7, qui constitue à bien des égards une occasion ratée d’avancer sur les objectifs climatiques.
par Réseau Action Climat
Billet de blog
Apprendre à désobéir
Les derniers jours qui viennent de s’écouler sont venus me confirmer une intuition : il va falloir apprendre à désobéir sans complexe face à un système politique non seulement totalement à côté de la plaque face aux immenses enjeux de la préservation du vivant et du changement climatique, mais qui plus est de plus en plus complice des forces de l’argent et de la réaction.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
Aucune retenue : l'accaparement de l'eau pour le « tout-ski »
J'ai dû franchir 6 barrages de police et subir trois fouilles de ma bagnole pour vous ramener cette scandaleuse histoire de privatisation de l'eau et d'artificialisation de la montagne pour le « tout-ski » en Haute Savoie.
par Partager c'est Sympa