Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

175 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 janv. 2018

Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

Cyrulnik et la maternelle…

Petite exégèse d’une interview parue dans Ouest France, le 6/01/2018

Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"L’expérience montre que les enfants ne s’attachent pas forcément à celui qui a le plus de diplômes, mais à celui qui établit les meilleures interactions avec lui"
Jusque-là on pourra être facilement d’accord que, s’il s’agit d’attachement, les interactions sont plus pertinentes que le diplôme puisque justement l’attachement est un lien affectif entre les individus. Mais pourquoi est-il nécessaire d’énoncer un tel truisme quand on vient d’être nommé expert de la maternelle par le ministre de l’Éducation nationale ?  

« les adultes qui s’occupent des enfants ont souvent une bonne formation intellectuelle mais pas toujours adaptée à l’enfance préverbale. ».
Voilà qu’est sous-entendu le premier motif. C’est vrai qu’une bonne formation intellectuelle ne garantit pas la qualité professionnelle et Boris Cyrulnik pourrait exprimer ici une incitation à des exigences plus fortes en matière de formation professionnelle mais il poursuit :

« Les fondements de la théorie de l’attachement peuvent pourtant s’apprendre simplement et rapidement. »
Plutôt qu’une bonne formation intellectuelle, on pourrait donc se contenter de fondements simples et rapides. Et ça tombe bien puisque Boris Cyrulnik dirige un organisme (Institut Petit Enfance) qui met en œuvre des formations sur l’attachement. Et d’ailleurs nous apprenons sur le site de cet organisme que Jean-Michel Blanquer a confié une mission à Boris Cyrulnik et à l’Institut Petite Enfance.
L’Institut en question n’a aucune expertise sur l’enseignement en maternelle puisqu’il forme des professionnels de la petite enfance (avant la maternelle). Ses contenus de formation ne se préoccupent absolument pas de la question de la construction des savoirs et des modalités spécifiques d'apprentissage nécessaires aux enfants de maternelle.

« Quand les enseignants maîtrisent bien la relation, la transmission du savoir se fait très facilement. ».
Personne ne peut nier l’importance de la qualité relationnelle dans le métier d’enseignant mais de là à affirmer que la maîtrise de la relation est une condition suffisante à la transmission des savoirs, c’est nier l’expertise professionnelle enseignante et notamment celle qui concerne la didactique. Car contrairement à ce qu’affirme Jean-Michel Blanquer, la question du langage ne se résume pas à la question lexicale et les apprentissages ne procèdent pas du seul « bain de langage ».

L’air de rien, voilà une interview qui porte en filigrane des changements fondamentaux pour l’école maternelle.
Xavier Darcos avait posé la question de la compétence des enseignants de maternelle de manière radicale en demandant s’il était raisonnable de recruter des bacs +5 pour surveiller des siestes et changer des couches. 
Le ton actuel est plus délicat, ou politiquement plus avisé… mais en définitive, c’est la même mise en doute : affirmer que l’essentiel ne se joue pas dans un haut niveau de formation (« celui qui a le plus de diplômes », « bonne formation intellectuelle »), ni dans la spécificité d’une profession …

Il n’est donc pas illégitime de nourrir quelques inquiétudes sur la nature réelle du projet …

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Comment le gouvernement veut rattraper le retard français
Dans un contexte de risque élevé de tension sur le réseau électrique cet hiver, l’Assemblée nationale examine, à partir du lundi 5 décembre, le projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire en France.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Dans les Cévennes, les femmes promises à la misère obstétricale
Le 20 décembre, la maternité de Ganges suspendra son activité jusqu’à nouvel ordre, faute de médecins en nombre suffisant. Une centaine de femmes enceintes, dont certaines résident à plus de deux heures de la prochaine maternité, se retrouvent sur le carreau.
par Prisca Borrel
Journal
Affaire Sarkozy-Bismuth : les enjeux d’un second procès à hauts risques
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert seront rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes