Paul DEVIN
Syndicaliste FSU, inspecteur de l'Education nationale à la retraite, ancien secrétaire général du SNPI-FSU, président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

148 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 janv. 2018

Cyrulnik et la maternelle…

Petite exégèse d’une interview parue dans Ouest France, le 6/01/2018

Paul DEVIN
Syndicaliste FSU, inspecteur de l'Education nationale à la retraite, ancien secrétaire général du SNPI-FSU, président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"L’expérience montre que les enfants ne s’attachent pas forcément à celui qui a le plus de diplômes, mais à celui qui établit les meilleures interactions avec lui"
Jusque-là on pourra être facilement d’accord que, s’il s’agit d’attachement, les interactions sont plus pertinentes que le diplôme puisque justement l’attachement est un lien affectif entre les individus. Mais pourquoi est-il nécessaire d’énoncer un tel truisme quand on vient d’être nommé expert de la maternelle par le ministre de l’Éducation nationale ?  

« les adultes qui s’occupent des enfants ont souvent une bonne formation intellectuelle mais pas toujours adaptée à l’enfance préverbale. ».
Voilà qu’est sous-entendu le premier motif. C’est vrai qu’une bonne formation intellectuelle ne garantit pas la qualité professionnelle et Boris Cyrulnik pourrait exprimer ici une incitation à des exigences plus fortes en matière de formation professionnelle mais il poursuit :

« Les fondements de la théorie de l’attachement peuvent pourtant s’apprendre simplement et rapidement. »
Plutôt qu’une bonne formation intellectuelle, on pourrait donc se contenter de fondements simples et rapides. Et ça tombe bien puisque Boris Cyrulnik dirige un organisme (Institut Petit Enfance) qui met en œuvre des formations sur l’attachement. Et d’ailleurs nous apprenons sur le site de cet organisme que Jean-Michel Blanquer a confié une mission à Boris Cyrulnik et à l’Institut Petite Enfance.
L’Institut en question n’a aucune expertise sur l’enseignement en maternelle puisqu’il forme des professionnels de la petite enfance (avant la maternelle). Ses contenus de formation ne se préoccupent absolument pas de la question de la construction des savoirs et des modalités spécifiques d'apprentissage nécessaires aux enfants de maternelle.

« Quand les enseignants maîtrisent bien la relation, la transmission du savoir se fait très facilement. ».
Personne ne peut nier l’importance de la qualité relationnelle dans le métier d’enseignant mais de là à affirmer que la maîtrise de la relation est une condition suffisante à la transmission des savoirs, c’est nier l’expertise professionnelle enseignante et notamment celle qui concerne la didactique. Car contrairement à ce qu’affirme Jean-Michel Blanquer, la question du langage ne se résume pas à la question lexicale et les apprentissages ne procèdent pas du seul « bain de langage ».

L’air de rien, voilà une interview qui porte en filigrane des changements fondamentaux pour l’école maternelle.
Xavier Darcos avait posé la question de la compétence des enseignants de maternelle de manière radicale en demandant s’il était raisonnable de recruter des bacs +5 pour surveiller des siestes et changer des couches. 
Le ton actuel est plus délicat, ou politiquement plus avisé… mais en définitive, c’est la même mise en doute : affirmer que l’essentiel ne se joue pas dans un haut niveau de formation (« celui qui a le plus de diplômes », « bonne formation intellectuelle »), ni dans la spécificité d’une profession …

Il n’est donc pas illégitime de nourrir quelques inquiétudes sur la nature réelle du projet …

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le passe vaccinal définitivement adopté sous les invectives
Avec 215 voix « pour » et 58 « contre », le projet de loi « renforçant les outils de gestion de la crise sanitaire » a été adopté par le Parlement dimanche, lors d’un ultime vote des députés. Après de nouveaux débats houleux sur l’utilité et la proportionnalité de sa mesure principale : le remplacement du passe sanitaire par un passe vaccinal.
par Joseph Confavreux
Journal — Gauche(s)
Mélenchon à Nantes : un show pour satelliser ses adversaires
Dans une salle entourée d’écrans projetant des images de l’espace, le candidat insoumis à la présidentielle a évoqué sa ligne en matière de politique spatiale et numérique. Il a aussi beaucoup parlé d’écologie et, un peu, d’union de la gauche.
par Pauline Graulle
Journal
La Gauche révolutionnaire rattrapée par la vague #MeToo
Ce mouvement d’inspiration trotskiste, qui opère depuis Rouen, affronte une sérieuse crise interne avec la remontée à la surface de violences sexuelles supposément commises par l’ancien dirigeant du mouvement, au début des années 2010. L’affaire arrive devant la justice.
par Manuel Sanson (Le Poulpe)
Journal — France
Élèves handicapés : les vilénies de Zemmour, le tollé, et après ?
Les adversaires d’Éric Zemmour ont fait part samedi de leur indignation après ses propos sur « l’obsession de l'inclusion » scolaire, qui serait « une mauvaise manière faite aux autres enfants ». Une « obsession » qui manque pourtant cruellement de moyens en France. Et jusque-là, de propositions à la hauteur.
par Caroline Boudet

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua
Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Les rendez-vous manqués de la gauche avec l’école (1/2)
Si l’on veut faire progresser la cause de l’école, il faut faire un bilan complet des politiques scolaires de la gauche quand elle était au pouvoir mais aussi lorsque, dans l’opposition, elle tentait de faire avancer son propre agenda.
par Françoise Clerc
Billet de blog
La lutte continue !
La lutte continue ! Mais il ne suffit pas de l’énoncer, il faut la faire vivre. Ce n’est que dans la continuité de la mobilisation que nous parvenons à obtenir des avancées, si petites soient-elles. En cette année de présidentielle, les citoyens ont tout intérêt à profiter de cette période pour se rendre visibles et audibles pour faire avancer leurs revendications et apostropher un gouvernement réfractaire aux avancées socio-économiques à destination des petits salaires.
par aeshloi2005