Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

165 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 mai 2017

Attention danger : mise en cause de la scolarité obligatoire

Des écoles alternatives osent désormais affirmer que l’obligation d’instruction constituerait une forme de maltraitance contre laquelle il conviendrait de protéger les enfants !

Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le développement d’une conception éducative basée sur l’idée d’un apprentissage spontané et naturel en opposition à une école jugée contraignante outrepasse désormais les seules questions pédagogiques. Se développe un discours tentant de mettre en cause radicalement ce que l’on pouvait considérer comme un acquis assuré de nos sociétés démocratiques : l’affirmation absolue d’un droit à l’éducation légalement concrétisé par l’obligation d’instruction.

Des écoles alternatives osent désormais affirmer que l’obligation d’instruction constituerait une forme de maltraitance contre laquelle il conviendrait de protéger les enfants ! Réunies dans un réseau européen (EUDEC), ces écoles qui se proclament « écoles démocratiques » ne cessent de se développer. Elles défendent une conception de l’éducation où le respect de l’enfant doit aller jusqu’à accepter qu’il refuse d’apprendre. Elles réclament une liberté totale d’enseignement échappant à tout contrôle et à tout programme.

Il est évidemment nécessaire que le débat pédagogique sur la contrainte scolaire puisse laisser place à des conceptions différentes des apprentissages mais c’est à la condition qu’ils restent centrés sur l’intérêt général, celui qui nous contraint à les interroger dans les termes d’une démocratisation des savoirs, d’une élévation générale du niveau des connaissances et de la construction d’une culture commune nécessaire à un exercice de la citoyenneté libre mais raisonné.

Le projet social de ces écoles "alternatives" se fonde sur le développement des personnalités, postulant d’une origine naturelle des dispositions de l’individu et ignorant que l’aspiration à la connaissance est une construction sociale et culturelle. Les principes de vie démocratique qu’ils développent sont centrés sur le seul équilibre de la communauté : tout est possible aux uniques conditions de la liberté de l’autre. Ces écoles font comme si la vie sociale ne s’inscrivait que dans les limites de ce que l’autre pouvait affectivement et émotionnellement accepter. Leur conception hédoniste du rapport aux savoirs relève à la fois de vérités assenées au nom des neurosciences et d’aspirations qui prétendent construire une nouvelle société alors qu’elles sont fondées à l’échelle de communautés réduites et fermées sur leurs seuls enjeux propres.

Nous pourrions nous rassurer en estimant que cela relève de la responsabilité des choix parentaux mais il y a dans le développement de ces écoles alternatives la volonté de contester les valeurs les plus fondamentales du droit à l’éducation. Et il y a lieu d’être inquiets que les volontés des politiques néo-libérales puissent s’en saisir à la fois pour réduire les dépenses publiques, pour laisser se développer les perspectives de nouveaux marchés et pour entretenir une idéologie du retrait de l’État.

L’enjeu n’est évidemment pas seulement celui d’une préoccupation pour l’avenir des enfants concernés par ces scolarités alternatives mais sur les incidences que pourrait avoir à terme l’affirmation d’une liberté totale qui rendrait acceptable qu’on puisse renoncer au principe d’une instruction obligatoire comme fondement d’une société démocratique.

Pour lutter contre un tel risque, puissions-nous retrouver l’enthousiasme de Hugo :

« Le progrès de l’homme par l’avancement des esprits ; point de salut hors de là. Enseignez ! Apprenez ! Toutes-les révolutions de l’avenir sont incluses, amorties, dans ce mot : Instruction gratuite et obligatoire» (Victor Hugo, William Shakespeare, 1864)

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Migrations
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — Politique économique
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie