Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

164 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 avr. 2022

Enseignantes, enseignants… Le Pen, ce sera tellement pire pour nous

Comment pourrions-nous nourrir le moindre espoir dans l’élection de Marine Le Pen ? Au-delà des discours de dernière minute et de leurs tentatives de séduction, sommes-nous prêts à oublier ce que l’extrême-droite défend depuis des années au sujet de l’école et des enseignantes et enseignants ?

Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nous avons été tellement maltraités par l’autoritarisme de Blanquer et le mépris de Macron que nous sommes épuisés, écœurés et en colère. Nous espérions une véritable alternative qui n’adviendra pas aujourd’hui. Mais, pour autant, comment pourrions-nous nourrir le moindre espoir dans l’élection de Marine Le Pen ? Au-delà des discours de dernière minute et de leurs tentatives de séduction, sommes-nous prêts à oublier ce que l’extrême-droite défend depuis des années au sujet de l’école et des enseignantes et enseignants ?

Suppression de postes
Ce qui nous attendra d’abord, c’est la réduction du nombre de fonctionnaires, les seules créations promises concernant la police. Marine Le Pen annonce une réduction des effectifs des classes mais c’est sans annoncer la moindre création de postes enseignants : qui pourrait la croire ?  
Et puisqu’elle juge l’école « suradministrée » et supprimera donc des postes dans les services administratifs où les conditions de travail de nos collègues se détérioreront et par conséquence le traitement des dossiers administratifs des agents ! Déjà qu’on peinait parfois à payer les contractuels sans retard…

Et ne nous méprenons pas… si Marine Le Pen avait protesté contre la loi de Transformation de la Fonction publique, ce n’était pas pour défendre les commissions paritaires et l’égalité de traitement qu’elles garantissaient. C’était pour s’inquiéter d’un affaiblissement de l’État… État qui, pour l’extrême-droite, ne vise pas à être une garantie d’égalité mais l’instrument d’une domination au service de son idéologie.

Mérite
Si sont récemment apparues quelques promesses de revalorisation, ce ne sera pas par le dégel du point d’indice mais par le paiement au mérite. Je vous laisse imaginer ce qu’il sera, porté par un discours idéologique qui annonce que la finalité essentielle de l’école est de « restaurer l’autorité du maître et de l’institution scolaire ». Déclarer une telle intention ne réglera en rien les difficultés que nous rencontrons dans les classes mais par contre donnera le tempo d’un contrôle accru des pratiques enseignantes au prétexte de la nécessité de l’ordre. Du coup l’autoritarisme de Blanquer pourrait nous apparaître vite comme très relatif.

Égalité hommes-femmes
Si Marine Le Pen s’affirme aujourd’hui sensible à la cause féministe, l’exercice de son mandat parlementaire européen témoigne de l’inverse par son refus de voter les mesures égalitaires. Les avancées pourtant tellement insuffisantes seront mises aux oubliettes et les discours, aujourd’hui prudemment laissés aux seconds couteaux, resurgiront qui réservent aux hommes, par disposition naturelle, l’exercice du pouvoir et assignent aux femmes les tâches domestiques. Pour un peu qu’une volonté d’union laisse une place aux zemmouriens, c’est à un véritable recul historique que nous assisterons quant à l’égalité des droits. 

Programmes et méthodes

Marine Le Pen annonce une loi qui définirait les modalités concrètes d’enseignement. Les enseignants, dit-elle, devront être les « fidèles exécutants de programmes politiques définis par le Parlement ». Quant à ceux qui se penseraient protégés par une sorte de garantie parlementaire, n’oublions pas que les réformes électorales annoncées par Le Pen visent un scrutin proportionnel pensé en sa faveur.
Ce sera donc la généralisation des injonctions soutenues par une obligation légale qui annonce des stratégies coercitives des plus vigoureuses.

Tout cela au service d’une réduction de l’enseignement aux fondamentaux qui se confond avec toutes les nostalgies de l’école d’antan. Nous savons qu’elles n’apporteront aucun soulagement à nos conditions de travail et qu’elles conduiront à renoncer à toute perspective égalitaire. L’obsession syllabique transposée dans toutes les disciplines et l’idéologisation des programmes : avons-nous envie d’enseigner le grand remplacement et les bienfaits de la colonisation ?
Et si ces mesures seront catastrophiques pour notre quotidien professionnel … que dire de leurs effets sur nos élèves et tout particulièrement ceux des milieux populaires.

Rabaissement de l’obligation scolaire à 14 ans.
Les annonces de Macron, si inquiétantes soient elles, sur une découverte des métiers visant une orientation plus précoce, sont bien timides face à l’annonce radicale de la suppression du collège unique par un rabaissement de l’obligation scolaire à 14 ans pour permettre une mise en apprentissage précoce. Contrairement à ce qu’elle prétend l’apprentissage salarié ne garantit pas l’accès à l’emploi mais s’avère très ségrégatif pour les filles et les étrangers.  Marine Le Pen l’a déclaré au Medef, la filière professionnelle sera livrée aux entreprises et les aides versées ou l’attribution de chèques-formation conduiront à un monopole du marché où les volontés des branches patronales guideront la définition des contenus. Quid de la formation du citoyen sur ses droits, si elle est livrée à la volonté des entreprises ?   

Suppression de l’éducation prioritaire
En Éducation prioritaire, les menaces de Macron sur les REP deviennent chez Le Pen, la suppression immédiate de « toute discrimination positive » … pour le dire clairement la fin pure et simple de l’Éducation prioritaire. Associé à une libéralisation amplifiée de la carte scolaire et aux concessions faites à l’école privée, on imagine facilement la ghettoïsation accrue des écoles de banlieues qui en découlera. La difficulté du travail enseignant s’accroîtra et, avec, l'échec des élèves des milieux populaires.

Autoritarisme accru
Mais le plus difficile, pour nos vies professionnelles quotidiennes, sera sans doute la manière avec laquelle, la culture de la gouvernance se pliera, hors de trop rares résistances, à des injonctions insupportables parce que marquées par une idéologie réactionnaire, raciste et sexiste. Quelles pressions seront faites sur nous quand il sera jugé que nos pratiques professionnelles sont inspirées d’une « idéologie pédagogique mortifère »? Certains présument une résistance républicaine de l'institution scolaire... mais la politique libérale néomanagériale a préparé le terrain d'un autoritarisme violent en déréglementant et en développant les pouvoirs personnels. La conception du chef, chère à l’extrême-droite, viendra légitimer tout ce qui semblera de près ou de loin obéir aux stratégies de l’ordre. Pensons à ceux qui, une fois Le Pen élue, devront subir au quotidien les ordres d’un directeur, d’un principal ou proviseur, d’un Dasen acquis aux idées de l’extrême-droite ou partisan de concessions nécessaires ?

Pensons à celles et ceux qui seront la cible de parents partageant les opinions de Marine Le Pen, devenus plus vindicatifs et auxquels l’institution laissera le champ libre.

Quelles seront les initiatives de l’institution dans une école censée lutter contre « la décadence des mœurs » ? Celles et ceux qui diffamèrent des enseignantes et enseignants au moment de l’ABCD de l’égalité auront le champ libre pour exprimer et exercer leurs haines idéologiques. 

Estime et reconnaissance
Quant à l’estime... que pouvons-nous attendre d’un parti qui affirme « la responsabilité des enseignants dans la dégradation et dans la décadence du sentiment national » ? N’oublions pas que, hormis les risettes électorales, l’extrême-droite dénonce notre laxisme, nous accuse de ne plus rien apprendre aux élèves voire de « génocide culturel » . Et pour justifier son idéologie d’ordre, l’extrême-droite a besoin de nous désigner comme les agents du désordre et de la décadence.

Enfin, n'oublions pas que se généraliseront les menaces de ceux qui, s’estimant désormais légitimes, auront à cœur de venir faire peur à l’islamo-gauchiste ou au syndicaliste qu’ils dénonceront en nous. De la menace à l'exercice de la violence, il n'y a pas toujours très loin... surtout chez ceux qui professent et agissent cette violence. N'oublions pas les agressions dont été déjà victimes des enseignants, à Lyon ou à Paris par exemple, par des militants d'organisations d'extreme-droite dont la présence avait semblé "logique" au dernier colloque organisé par Marine Le Pen sur l'éducation...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
La redevance sabordée, l’information en danger
Emmanuel Macron l’a décidé presque seul : l’audiovisuel public sera privé dès cette année des 3,2 milliards d’euros que lui rapporte cette ressource prélevée depuis 1948. Au nom du « pouvoir d’achat », le gouvernement s’apprête à faire peser de lourdes menaces sur les médias publics.
par Dan Israel
Journal
Outre-Manche, la BBC dans le collimateur du gouvernement
L’exécutif britannique veut changer le mode de financement du groupe audiovisuel public pour des raisons économiques et électoralistes. En janvier dernier, la ministre de la culture, Nadine Dorries, a expliqué vouloir mettre fin à la redevance, un système de financement qu’elle juge « obsolète ».
par Marie Billon
Journal — Gauche(s)
Le conflit russo-ukrainien divise la gauche anti-guerre
La cohérence du camp anti-impérialiste, a priori uni par son rejet des blocs militaires, a été mise à l’épreuve par l’invasion de l’Ukraine. Certains refusent les livraisons d’armes, craignant l’engrenage d’un conflit interimpérialiste, tandis que d’autres estiment incontournable cette solidarité. 
par Fabien Escalona
Journal
Yaël Braun-Pivet, première femme au perchoir
La députée des Yvelines succède à Richard Ferrand au terme de deux tours de scrutin. Un poste qu’elle convoitait depuis de nombreux mois. 
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu
Billet de blog
Autorisation de l'interdiction de l'IVG aux USA, sommes nous mieux lotis en France ?
« N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant ».
par bennoursahra
Billet de blog
Le combat pour l'avortement : Marie-Claire Chevalier et le procès de Bobigny (1)
[Rediffusion] Marie-Claire Chevalier est morte le 23 janvier, à 66 ans. En 1972, inculpée pour avoir avorté, elle avait accepté que Gisèle Halimi transforme son procès en plaidoyer féministe pour la liberté de disposer de son corps. Pas facile d’être une avortée médiatisée à 17 ans, à une époque où la mainmise patriarcale sur le corps des femmes n’est encore qu’à peine desserrée.
par Sylvia Duverger
Billet de blog
Quel est le lien entre l’extrême droite, l’avortement et les luttes féministes ?
La fuite du projet de décision de la Cour suprême qui supprimerait le droit à l'avortement aux Etats Unis en est l'exemple. L’extrême droite d’hier comme d’aujourd’hui désire gouverner en persécutant un groupe minoritaire sur des critères raciaux pour diviser les individus entre eux. Quant aux femmes, elles sont réduites à l’état de ventres ambulants.
par Léane Alestra