Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

169 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 août 2022

Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

Jusqu'où Le Figaro sera-t-il capable d'aller pour tenter de réhabiliter Franco ?

En jouant des pires ambiguïtés sur la réalité de la guerre civile espagnole et sur Guernica, Le Figaro semble capable d'aller très loin dans des affirmations qui contribuent au retour des idéologies totalitaires.

Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans une vidéo postée sur Twitter le 11 août dernier, Isabelle Schmitz, rédactrice adjointe des numéros hors série d'art et d'histoire du Figaro, affirme que le coup d'État de Franco est « une réaction de légitime défense » face à une stratégie républicaine de « chaos ». Elle y considère la Ley de Memoria Histórica de 2007(1) comme résultant de la propagande stalinienne qui continue à alimenter nos livres d'histoire !

Dans un tweet du 9 août (ci-dessus), elle nous offrait un exemple probant de négationnisme.

Petite exégèse de ce tweet...

L'expression « très éloignée de la réalité » instille le doute sur la réalité même du bombardement de populations civiles par les aviations d'Hitler et de Mussolini. Cela constitue pourtant des faits avérés sur lesquels nous ne manquons pas de documents ... Les débats sur le nombre exact de morts, sur les motivations stratégiques réelles du choix de Guernica, sur le rôle de Franco dans le recours aux aviations allemande et italienne, sont des débats légitimes même s'ils ont été tranchés pour l'essentiel par la recherche historique.

Mais ce ne sont pas d'éventuels débats que relatent les propos d'Isabelle Schmitz qui insinuent une remise en cause des faits eux-mêmes. Certes elle ne dit pas que le bombardement n'a pas eu lieu, mais en parlant d'un éloignement de la réalité sans en préciser la nature exacte, elle rend possible voire incite aux interprétations les plus radicales y compris négationnistes.

« Propagande », « instrumentalisé » : bien sûr que antifascistes ont voulu se servir de la réalité de Guernica pour contribuer à une prise de conscience internationale de la dangerosité absolue d'Hitler, notamment d'un point de vue militaire ... Nous sommes en avril 1937 et l'opinion publique est loin d'être convaincue de la réalité de la menace nazie. Mais que l'atroce réalité du bombardement de Guernica ait été utilisée pour dénoncer le péril hitlérien, peut-il être évoqué par les termes de propagande et d'instrumentalisation ? À moins qu'on veuille à nouveau instiller le doute même sur la véracité du bombardement.

« la dangerosité militaire de l'Allemagne » : ne pas spécifier qu'il s'agit de l'Allemagne nazie contribue à banaliser l'opposition politique anglaise comme si elle relevait d'un conflit international ordinaire, niant la nature spécifique de cette dangerosité : l'idéologie nazie. Ceux des politiques qui disent aujourd'hui ne pas vouloir se mêler d'une question qui ne regarderait que les Espagnols et leur histoire jouent la même stratégie dangereuse : banaliser la nature particulière d'un événement où ont commencé à se concrétiser les volontés de domination territoriale nazies, fondées sur une idéologie xénophobe et totalitaire.

Mettre à bas un symbole universel

Qu'un débat historique puisse chercher à cerner, le plus exactement possible, la réalité de l'événement est légitime. Mais ce n'est pas ce que fait Le Figaro, qui sous l'alibi d'une prétendue révélation de vérité, insinue le doute sur la réalité même de l'évènement. Ce n'est pas nouveau pour Le Figaro qui dès le 3 mai 1937 (page 3) prenait le parti de la propagande franquiste et affirmait que la ville n'avait pas été bombardée mais incendiée par les républicains basques. Le Figaro continuera dans les semaines suivantes à jouer des pires ambiguïtés.

Faire un tel choix, et tout particulièrement à propos d'un événement devenu le symbole universel de l'aspiration humaine à renoncer à l'horreur de la guerre et à lutter contre la menace des idéologies nazie et fasciste, est le témoignage d'une volonté idéologique prête à tout pour réhabiliter les pires politiques.

Honte au Figaro !

(1) Loi de reconnaissance et d'extension des droits et de rétablissement des moyens en faveur de ceux qui ont souffert de persécution ou de violence durant la Guerre civile et la Dictature

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique

À la Une de Mediapart

Journal — Moyen-Orient
Des Russes désertent vers la Turquie pour ne pas « mourir pour Poutine »
Après que le président russe a décrété la mobilisation partielle des réservistes pour faire face à la contre-offensive de l’armée ukrainienne, de nombreux citoyens fuient le pays afin de ne pas être envoyés sur le front. 
par Zafer Sivrikaya
Journal — Politique
La justice dit avoir les preuves d’un « complot » politique à Toulouse
L’ancienne députée LR Laurence Arribagé et un représentant du fisc seront jugés pour avoir tenté de faire tomber une concurrente LREM à Toulouse. Au terme de son enquête, le juge saisi de cette affaire a réuni toutes les pièces d’un « complot » politique, selon les informations de Mediapart.
par Antton Rouget
Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal
« L’esprit critique » cinéma : luxe, érotisme et maternité
Notre podcast culturel débat des films « Sans filtre » de Ruben Östlund, « Les Enfants des autres » de Rebecca Zlotowski et « Feu follet » de João Pedro Rodrigues.
par Joseph Confavreux

La sélection du Club

Billet de blog
Les sulfureuses éoliennes de la baie de Saint-Brieuc en débat
[Rediffusion] A l’initiative d’Ensemble ! deux débats ont été organisés les 24 et 25 septembre autour du projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc. En voici le compte rendu vidéo, avec mon intervention, présentant mes enquêtes sur Mediapart, et les prises de parole de Katherine Poujol (responsable de l’association « Gardez les caps !) ou encore de Lamya Essemlali (présidente de Sea Shepherd France).
par Laurent Mauduit
Billet de blog
Saint-Jean-Lachalm, un village qui a réussi ses éoliennes, sans s'étriper
Saint-Jean-Lachalm, un village de la Haute-Loire qui a trouvé le moyen de ne pas s’étriper lorsque l’idée d’un champ d’éoliennes a soufflé dans la tête de son maire, Paul Braud. En faisant parler un droit coutumier ce qui, de fil en aiguille, a conduit… au chanvre.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste
Billet de blog
Le gigantisme des installations éoliennes offshore en Loire Atlantique et en Morbihan
Un petit tour sur les chemins côtiers en Loire Atlantique et en Morbihan pour décrire et témoigner du gigantisme de ces installations offshores, de la réalité de l'impact visuel, et de quelques réactions locales.
par sylvainpaulB