Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

162 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 mai 2022

Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école

La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.

Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les données concernant les concours de recrutement des enseignants commencent à être connues.
Dans certaines disciplines et dans certaines académies, le nombre de candidats admissibles est largement inférieur au nombre de postes ouverts au recrutement.
Dans le premier degré, dans l’académie de Créteil, il y a un candidat admissible pour deux postes. Dans celle de Versailles, c’est encore pire et même l’académie de Paris généralement plus attractive aura cette année un nombre d’admissibles inférieur au nombre de postes.
Dans le second degré, certaines disciplines (allemand, mathématiques) connaissent les mêmes résultats et la situation est particulièrement critique en mathématiques.

Deux conséquences quantitatives évidentes :

  • Tout d’abord, celle d’une rentrée particulièrement catastrophique qui laissera des élèves sans professeurs.
  • Ensuite, celle d’une difficulté accrue à pouvoir remplacer les enseignantes et enseignants en congé maladie.

Mais aussi des conséquences qualitatives :

  • Face à une telle pénurie de recrutement, les concours voient diminuer leurs exigences. Pour réussir à compenser le déficit, on accepte des candidats dont les difficultés ne seront pas compensées par la formation qui s’est vue fortement réduite.
  • Le déficit de poste rendra impossible l’organisation de la formation continue du fait de l’absence de remplaçants.

Et ce sont les académies où les besoins sont les plus importants qui pâtiront davantage de cette carence alors que ce sont celles qui auraient besoin de meilleurs taux d’encadrements compte-tenu de la réalité sociale des élèves.
Enfin, ce déficit est un cercle vicieux puisque les disciplines et les territoires qui seront les plus fortement déficitaires connaîtront une dégradation des conditions de travail des enseignantes et des enseignants qui rendront le métier encore moins attractif et où les démissions seront les plus nombreuses.

Face à cette crise qui connaît une ampleur jamais atteinte, le ministère continue à tenir un discours de défense de sa politique qui assure que tout cela est parfaitement maîtrisé et anticipé. La réalité est que si tout le monde connaît depuis plusieurs années le problème du manque d’attractivité des professions enseignantes, personne n’avait pensé que de tels chiffres seraient atteints.

Comment les expliquer ?
Tout d’abord par la faiblesse d’attractivité salariale des métiers de l’enseignement. Les salaires français sont faibles comparativement à la plupart des pays de l’OCDE et leur blocage a entraîné une érosion forte du pouvoir d’achat.
Mais à cette raison structurelle, s’ajoute l’image désastreuse des conditions de travail qui résultent de la politique de Jean-Michel Blanquer. Sa gestion erratique des protocoles sanitaires COVID, sa stratégie autoritariste, son déni permanent des difficultés… tout cela associé à un discours ressenti comme méprisant … ne peuvent guère rassurer celles et ceux qui s’interrogent sur le choix des métiers de l’enseignement. Quant aux promesses sur la revalorisation salariale, il aurait fallu qu’elles se concrétisent plus solidement pour qu’elles fassent naître une attractivité nouvelle.

La perspective de pouvoir compenser ces manques par le recrutement de contractuelles et contractuels se heurtera dans les académies déficitaires à la même crise d’attractivité. Et pour la compenser, il faudra encore baisser les exigences de recrutement, ce qui aura un effet qualitatif des plus inquiétants sur la qualité des enseignements et donc sur la réussite des élèves.
La crise que nous connaissons est une crise majeure qui deviendra au fil des années de plus en plus difficile à résoudre. Aux termes du «quinquennat» ministériel de Jean-Michel Blanquer, le bilan est clair. Son ambition d’une «école de la confiance» telle qu’il nous la promettait, est un échec cuisant. Mais nous savons déjà que, jusqu’au dernier moment, ses propos tenteront encore de rassurer sur une maîtrise totale de la situation. A ce niveau, cela devient une insupportable propagande qui tente désespérément de masquer la réalité d’une politique qui n’a cessé de fragiliser le service public d’éducation, aux mépris des conditions de travail des enseignants et de l’ambition d’une démocratisation des savoirs et des qualifications.

Jean-Michel Blanquer veut que l’histoire retienne son oeuvre. Elle le fera sans doute mais elle se souviendra de lui comme d’un fossoyeur.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Libertés fondamentales : Darmanin désavoué par le Conseil d’État
La dissolution du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), prononcée par le gouvernement à l’initiative du ministre de l’intérieur, est suspendue. Les trois dernières dissolutions du quinquennat se sont soldées par des revers devant la justice. 
par Camille Polloni
Journal — Diplomatie
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann
Journal
Ukraine, la guerre sans fin ?
La guerre déclenchée aux portes de l’Europe par l’invasion russe en Ukraine s'éternise. Va-t-on vers une guerre sans fin ? Et aussi : enquête sur le président Volodymyr Zelensky, la voix de l’Ukraine dans le monde.
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
La condescendance
Je vais vous parler de la condescendance. De celle qui vous fait penser que vous ne savez pas ce que vous voulez. De celle qui vous fait penser que vous savez moins que les autres ce que vous ressentez. De celle qui veut nier votre volonté et qui vous dit de vous calmer et que « ça va bien s'passer » (comme le disait M. Darmanin à la journaliste Apolline de Malherbe le 8 février 2022).
par La Plume de Simone
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Picasso et la sorcière
[Rediffusion] Picasso, Dora Maar et la culture du viol
par Nina Innana