Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

175 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 mai 2022

Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école

La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.

Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les données concernant les concours de recrutement des enseignants commencent à être connues.
Dans certaines disciplines et dans certaines académies, le nombre de candidats admissibles est largement inférieur au nombre de postes ouverts au recrutement.
Dans le premier degré, dans l’académie de Créteil, il y a un candidat admissible pour deux postes. Dans celle de Versailles, c’est encore pire et même l’académie de Paris généralement plus attractive aura cette année un nombre d’admissibles inférieur au nombre de postes.
Dans le second degré, certaines disciplines (allemand, mathématiques) connaissent les mêmes résultats et la situation est particulièrement critique en mathématiques.

Deux conséquences quantitatives évidentes :

  • Tout d’abord, celle d’une rentrée particulièrement catastrophique qui laissera des élèves sans professeurs.
  • Ensuite, celle d’une difficulté accrue à pouvoir remplacer les enseignantes et enseignants en congé maladie.

Mais aussi des conséquences qualitatives :

  • Face à une telle pénurie de recrutement, les concours voient diminuer leurs exigences. Pour réussir à compenser le déficit, on accepte des candidats dont les difficultés ne seront pas compensées par la formation qui s’est vue fortement réduite.
  • Le déficit de poste rendra impossible l’organisation de la formation continue du fait de l’absence de remplaçants.

Et ce sont les académies où les besoins sont les plus importants qui pâtiront davantage de cette carence alors que ce sont celles qui auraient besoin de meilleurs taux d’encadrements compte-tenu de la réalité sociale des élèves.
Enfin, ce déficit est un cercle vicieux puisque les disciplines et les territoires qui seront les plus fortement déficitaires connaîtront une dégradation des conditions de travail des enseignantes et des enseignants qui rendront le métier encore moins attractif et où les démissions seront les plus nombreuses.

Face à cette crise qui connaît une ampleur jamais atteinte, le ministère continue à tenir un discours de défense de sa politique qui assure que tout cela est parfaitement maîtrisé et anticipé. La réalité est que si tout le monde connaît depuis plusieurs années le problème du manque d’attractivité des professions enseignantes, personne n’avait pensé que de tels chiffres seraient atteints.

Comment les expliquer ?
Tout d’abord par la faiblesse d’attractivité salariale des métiers de l’enseignement. Les salaires français sont faibles comparativement à la plupart des pays de l’OCDE et leur blocage a entraîné une érosion forte du pouvoir d’achat.
Mais à cette raison structurelle, s’ajoute l’image désastreuse des conditions de travail qui résultent de la politique de Jean-Michel Blanquer. Sa gestion erratique des protocoles sanitaires COVID, sa stratégie autoritariste, son déni permanent des difficultés… tout cela associé à un discours ressenti comme méprisant … ne peuvent guère rassurer celles et ceux qui s’interrogent sur le choix des métiers de l’enseignement. Quant aux promesses sur la revalorisation salariale, il aurait fallu qu’elles se concrétisent plus solidement pour qu’elles fassent naître une attractivité nouvelle.

La perspective de pouvoir compenser ces manques par le recrutement de contractuelles et contractuels se heurtera dans les académies déficitaires à la même crise d’attractivité. Et pour la compenser, il faudra encore baisser les exigences de recrutement, ce qui aura un effet qualitatif des plus inquiétants sur la qualité des enseignements et donc sur la réussite des élèves.
La crise que nous connaissons est une crise majeure qui deviendra au fil des années de plus en plus difficile à résoudre. Aux termes du «quinquennat» ministériel de Jean-Michel Blanquer, le bilan est clair. Son ambition d’une «école de la confiance» telle qu’il nous la promettait, est un échec cuisant. Mais nous savons déjà que, jusqu’au dernier moment, ses propos tenteront encore de rassurer sur une maîtrise totale de la situation. A ce niveau, cela devient une insupportable propagande qui tente désespérément de masquer la réalité d’une politique qui n’a cessé de fragiliser le service public d’éducation, aux mépris des conditions de travail des enseignants et de l’ambition d’une démocratisation des savoirs et des qualifications.

Jean-Michel Blanquer veut que l’histoire retienne son oeuvre. Elle le fera sans doute mais elle se souviendra de lui comme d’un fossoyeur.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Comment le gouvernement veut rattraper le retard français
Dans un contexte de risque élevé de tension sur le réseau électrique cet hiver, l’Assemblée nationale examine, à partir du lundi 5 décembre, le projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire en France.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Dans les Cévennes, les femmes promises à la misère obstétricale
Le 20 décembre, la maternité de Ganges suspendra son activité jusqu’à nouvel ordre, faute de médecins en nombre suffisant. Une centaine de femmes enceintes, dont certaines résident à plus de deux heures de la prochaine maternité, se retrouvent sur le carreau.
par Prisca Borrel
Journal
Affaire Sarkozy-Bismuth : les enjeux d’un second procès à hauts risques
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert seront rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère