Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

175 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 sept. 2017

Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

Les évaluations CP : graves questions sur leur usage

Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le ministère demande aux enseignants de CP de mettre en œuvre des évaluations nationales. Leur but est diagnostique et doit permettre aux enseignants d'organiser les apprentissages en fonction des besoins des élèves. 

Ces évaluations posent de multiples problèmes.

Tout d'abord, elles font comme si rien n'existait en la matière. Or, dans bien des écoles, ce travail diagnostique a été mené en fin d'année dernière en grande section pour alimenter le travail de liaison entre GS et CP. Des enseignants se sont réunis, ont analysé des évaluations menées en fin d’année en GS, ont échangé sur les besoins des élèves pour permettre leur prise en compte dès le début du CP et pour préparer, en amont de la rentrée, une organisation annuelle des apprentissages. Si ces pratiques ne sont pas généralisées, elles existent dans bien des écoles. 

Ensuite parce que les compétences qui sont identifiées dans cette évaluation sont loin de correspondre à l'ensemble des compétences visées par les programmes de cycle I. Nul doute qu'elles dessinent "en creux" une hiérarchie des objectifs d'apprentissage en faveur des activités centrées sur le code et donc aux dépens des autres. Or, les programmes de 2015 affirment, en cohérence avec un large consensus scientifique sur la question, la nécessité de développer conjointement les activités de code et de sens. Si la maîtrise des relations graphophonologiques est indispensable, il n'en est pas moins indispensable de travailler la compréhension des écrits et de développer une culture littéraire. Il en va de la réussite d’un apprentissage de la lecture dont l’enjeu est la compréhension des textes. Il serait tout de même paradoxal que des enseignants qui ont construit leurs évaluations en prenant en compte l'ensemble des objectifs du programme doivent y renoncer pour un outil qui est loin de le permettre !

Par ailleurs, parce que les outils proposés pour traiter ces évaluations, à l'échelle de la classe comme de la circonscription, sont indigents. Ce sont de simples feuilles de calcul de tableur qui, à défaut d'un savoir-faire technique élaboré, risquent fort de conduire à des erreurs d'interprétation.

Enfin parce que plusieurs scientifiques ont alerté sur la faible pertinence des épreuves. Deux chercheurs en psychologie cognitive, Liliane Sprenger-Charolles et Édouard Gentaz viennent de se livrer à une critique très inquiète de la qualité des outils. Les habitués de la recherche sur ces questions auront remarqué qu’il ne s’agit pas de chercheurs qu’on pourrait percevoir comme ayant négligé l’importance de l’enseignement du code !

Le Syndicat national des personnels d’inspection (SNPI-FSU) a appelé les inspecteurs à centrer leur action sur l’accompagnement d’un travail évaluatif plutôt que sur des injonctions de mise en œuvre. Il rappelle que c’est une condition nécessaire pour que ces évaluations puissent être investies dans les finalités d’une démocratisation de la réussite scolaire.

Les analyses de Sprenger-Charolles et Édouard Gentaz

Le communiqué du SNPI-FSU

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez