Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

169 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 mai 2021

Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

Nouveaux programmes pour l'école maternelle: le primat de l'exercice scolaire

Le projet de programmes de l’école maternelle vient d’être rendu public. A première lecture, on pourrait avoir l’impression que les finalités essentielles restent inchangées... en réalité, les évolutions sont loin d’être anodines.

Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Après la publication des préconisations du Conseil supérieur des programmes, le projet de programmes de l’école maternelle vient d’être rendu public pour application à la rentrée 2021. A première lecture, on pourrait avoir l’impression que les finalités essentielles restent inchangées, que ces nouveaux programmes ne constituent qu’une reformulation… mais s’il ne s’agissait que de reformulations superficielles, pourquoi aurait-on engagé l’écriture de nouveaux programmes ? En réalité, les évolutions sont loin d’être anodines.

Evaluation
Prenons l’exemple de l’évaluation. Une différence majeure s’inscrit entre les programmes de 2016 et le projet de 2021: la minoration de la dimension sociale de l’apprentissage pour un centrage sur l’adaptation aux besoins individuels de chaque enfant. Savoir faire seul, avec l’aide de l’enseignant, avec celle des autres enfants, savoir faire seul dans un avenir proche … toute cette dimension sociale des apprentissages est écartée pour lui substituer une adaptation individualisée des tâches. Le modèle sous-jacent est celui d’une mécanique totalement prévisible, programmable qui prétend maîtriser les effets d’un exercice sur un apprentissage ciblé. L’« objectif pédagogique précis » ne procède plus tant de l’exigence d’une réflexion didactique que d’un morcellement destiné à permettre une pédagogie par l’exercice. On voit pointer le fantasme d’une prescription technocratique : si l’élève rencontre la difficulté B12… donnez-lui l’exercice 234 !
Le tout dans les volontés affirmées en conclusion du colloque de Grenelle[1] : améliorer les résultats scolaires par le développement des compétences socio-comportementales. La qualification d’évaluation « positive » est préférée à l’affirmation d’un attachement à mettre en valeur le cheminement et les progrès. La valorisation du progrès n’est plus un travail intellectuel mené avec l’élève, elle n’est plus qu’une attitude socio-comportementale.

Langue et langage
Quasi systématiquement le terme de langage a été remplacé par celui de langue. Au développement de la capacité intellectuelle à échanger, à communiquer, à penser est donc préféré la connaissance de l’outil. Nous pourrions débattre sans fin d’un tel choix car il est évident que la capacité langagière demande la connaissance linguistique et que les apprentissages lexicaux et syntaxiques sont d’une évidente nécessité. Mais le choix systématique du terme de « langue » plutôt que de « langage » répond ici à la volonté précise d’une propédeutique : « l’usage d’une langue de plus en plus élaborée sur laquelle [les élèves] pourront s’appuyer lors de l’apprentissage formel de la lecture et de l’écriture au cycle 2 ». C’est dans cette perspective que sont développées les évolutions majeures de contenus de ces programmes : initier dès la maternelle les choix méthodologiques voulus par Jean-Michel Blanquer pour l’apprentissage de la lecture au cycle II.

Lexique
C’est le retour à une conception formelle de l’acquisition lexicale. On peut se demander ce que signifie en classe maternelle un apprentissage lexical fait dans « un temps exclusivement dédié à l’enseignement de la langue ». Et que signifie concrètement pour l’enseignant  de devoir faire attention à ce que les  mots qu’il utilise appartiennent à toutes les catégories grammaticales (ce qui devrait en principe être une réalité de tout discours de sa part !).
Avec les termes de « corpus de mots à réactiver » et d’apprentissage méthodique, on voit pointer le retour des listes de mots à mémoriser d’autant que l’ attendu final formulé sous un angle strictement scolaire (« utiliser le lexique appris en classe »).

Syntaxe
Il ne s’agit évidemment pas de nier l’importance d’apprentissages syntaxiques mais de douter qu’en maternelle, on puisse faire, de façon formelle, des leçons centrées sur l’apprentissage syntaxique. L’exemple cité de la phrase négative qu’on demande à l’élève de réutiliser ouvre la porte à l’exercice formel et à sa répétition dont on peut douter de sa faculté à aider les élèves rencontrant des difficultés d’apprentissage. Cependant, un modèle pédagogique se dessine clairement : « de multiples emplois dans des contextes variés sont requis pour assurer la mémorisation et l’utilisation des mots et des structures ». C’est la répétition par l’exercice, la conception d’un apprentissage basé sur la mémorisation là où il s’agirait au contraire de développer la capacité des élèves à penser la langue en observant et analysant son organisation.

Quand adapter c’est renoncer…
« L’enseignant organise les apprentissages et adapte les objectifs et les attentes en fonction du développement de l’enfant. ». Voilà sans doute ce qui constitue l’écart fondamental entre ces programmes et les finalités émancipatrices qui sont les nôtres puisque le développement y est conçu comme un facteur externe qui détermine les objectifs. Aucun doute sur la nécessité à adapter les organisations pédagogiques pour que les élèves puissent s’y impliquer mais cela ne doit pas nous conduire à considérer que l’apprentissage est conditionné à un développement agi par ailleurs, au gré des facultés de chacun. Au contraire, nous pensons cet apprentissage comme une source de développement. C’est pourquoi l’affirmation d’une école capable d’ «affirmer et d’épanouir la personnalité » de chaque élève continuera à nous apparaître plutôt comme un risque que comme un espoir tant elle résonne davantage dans l’affirmation d’une différenciation extérieure à l’école où s’inscrirait la fatalité des destins scolaires que dans les perspectives d’un progrès émancipateur pour toutes et tous.    

[1] https://blogs.mediapart.fr/paul-devin/blog/290121/l-ecole-du-grenelle-education-comportementale-et-bonheur-economique

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon
Journal — Euro
La Réserve fédérale des États-Unis envoie l’euro par le fond
Face à l’explosion de l’inflation et à la chute de l’euro, la Banque centrale européenne a décidé d’adopter la même politique restrictive que l’institution monétaire américaine. Est-ce la bonne réponse, alors que la crise s’abat sur l’Europe et que la récession menace ?
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Nazisme – De capitaine des Bleus à lieutenant SS
Le foot mène à tout, y compris au pire. La vie et la mort d’Alexandre Villaplane l’illustrent de la façon la plus radicale. Dans son livre qui vient de sortir « Le Brassard » Luc Briand retrace le parcours de cet ancien footballeur international français devenu Allemand, officier de la Waffen SS et auteur de plusieurs massacres notamment en Dordogne.
par Cuenod
Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza
Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac
Billet de blog
Un chien à ma table. Roman de Claudie Hunzinger (Grasset)
Une Ode à la Vie où, en une suprême synesthésie, les notes de musique sont des couleurs, où la musique a un goût d’églantine, plus le goût du conditionnel passé de féerie à fond, où le vent a une tonalité lyrique. Et très vite le rythme des ramures va faire place au balancement des phrases, leurs ramifications à la syntaxe... « On peut très bien écrire avec des larmes dans les yeux ».
par Colette Lallement-Duchoze