Les apprentis sorciers de Canopé

L’éducation nationale va-t-elle continuer à accepter, qu’au sein de l’institution, on incite les élèves à jouer le rôle d’un nazi théoricien du racisme et de l’extermination des juifs?

On peut débattre de l’intérêt des jeux de rôles dans l’enseignement de l’histoire. Je suis de ceux qui doutent fortement de la capacité de ces activités pour construire un savoir historique structuré, de ceux qui craignent que cela ne serve que la collecte d’informations disparates.

Mais quels que puissent être nos avis sur la question, est-il moralement possible de faire jouer à des élèves le rôle d’un responsable nazi ?  Surtout quand il s’agit de leur demander de jouer le rôle d’un théoricien du racisme et de l’extermination des juifs. 
C’est pourtant ce que fait le réseau Canopé avec la conception et la diffusion d’un escape game où les élèves sont invités à jouer le rôle d’Himmler. 

Et face à l’élève qui déclamerait avec fougue devant ses camarades de classe les paroles tenues par Himmler pour inciter les officiers SS à faire preuve de détermination dans l’extermination des juifs, que devra faire l'enseignant? Le féliciter de la qualité de sa recherche documentaire? 

Et l’élève dont le grand-père ou l’arrière grand-père est mort dans les camps d’extermination, faudra-t-il lui demander de produire un discours vantant l’extermination? 

Et l’élève qui, vivant dans une famille d’extrême-droite prendra un intérêt pervers à jouer ce rôle et à le prendre en prétexte pour dire ce qui est impossible de dire à l’école .... 

Les concepteurs de ce jeu sont des apprentis sorciers. La frénésie avec laquelle ils défendent leur volonté de transformer l’enseignement à partir de situations ludiques les prive de tout jugement. Eux et ceux qui semblent prêts à valoriser ce jeu dans le cadre de Ludovia. 

Si jamais le ministre devait se rendre à Ludovia... nous lui serions gré de tenir un discours de raison sur ce sujet. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.