Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

164 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 mars 2022

Contrats locaux d’accompagnement : tout est pour le mieux ?

L'Inspection générale constatant une difficulté à ce que les Contrats locaux d’accompagnement (CLA) puissent avoir une influence réelle sur la classe et les apprentissages aurait pu lancer une alerte vigoureuse... et douter que l'on puisse ainsi influer réellement sur la réussite des élèves. Elle préfère exprimer un avis très positif sur les effets des CLA !

Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’Inspection générale (IGÉSR) a produit deux notes de suivi de la mise en œuvre des contrats locaux d’accompagnement (CLA). La première (1), constatant la mise en œuvre, tentait de définir les observables qui permettront leur évaluation. La seconde (2)  tente un premier bilan, dans l’attente du bilan annuel de juin 2022.

Une adhésion générale à la contractualisation ?
A en croire cette seconde note, tout est pour le mieux…
Les équipes enseignantes, nous disent les inspectrices et inspecteurs généraux, voient dans le CLA une reconnaissance de leurs difficultés. Les cadres soulignent unanimement les effets rapides des CLA pour relancer les dynamiques pédagogiques et éducatives. Au fur et à mesure de la lecture de la note, nous apprenons que les personnels « ont facilement accepté d’entrer dans la logique du diagnostic réalisé par les équipes de direction » et qu’ils apprécient les « indicateurs permettant d’objectiver les choix et la ventilation des moyens. » car les équipes « ne contestent pas – voire adhèrent – au principe de rendre compte de l’action conduite ».
Le constat est particulièrement positif : « tous partagent un fort engagement et une volonté d’investir le nouveau dispositif »
Et s’il fallait à nouveau justifier la contractualisation, le rapport le fait dans l’enthousiasme : au dire des inspecteurs généraux, elle est parfaitement à même de s’adapter aux particularités de chaque niveau d’enseignement, au-delà de leurs spécificités dans les pratiques de pilotage et dans la culture didactique et pédagogique. L’effet est inespéré pour les enseignantes et enseignants puisque le CLA « permet de rompre avec un sentiment d’abandon institutionnel qui érodait leur capacité à s’engager dans un mouvement de rénovation pédagogique. ». Dans les établissements qui avaient « vécu de vives tensions au cours des dernières années scolaires », le CLA « a favorisé le déroulement d’une rentrée sereine ».
Quant à l’autonomie, dont il est affirmé qu’elle constitue un élément essentiel qu’il faudra observer pour évaluer la réussite du CLA, sa réalité reste difficilement cernable. Mais on peut toujours lire, entre les lignes, que les marges de manœuvre de l’école ou l’établissement se verront vite contraintes. La liberté donnée aux équipes de s’auto-évaluer se heurtera vite à la nécessité de « garantir la pertinence et la robustesse des indicateurs qui seront retenus pour mesurer les plus-values du dispositif. ». Est par exemple décrété que l’impact des projets sur les publics allophones est un indicateur mal approprié pouvant se révéler contre-productif. L’autonomie s’avérera vite toute relative, puisque, quand il s’agira de décider de l’allocation spécifique et de son montant, le dialogue de gestion viendra se substituer à l’auto-évaluation.

Le primat du comportement aux dépens des apprentissages
L’expression des finalités insiste sur « l'acculturation des élèves aux comportements attendus », leur « prise de confiance», leur « sécurisation ». Les visées comportementalistes prônées par Yann Algan à la suite du colloque de décembre 2020 sont à l’œuvre… La hiérarchie des enjeux est claire puisque la note affirme « l’objectif de générer les progrès des élèves par un mieux-être à l’école mais aussi au travers de leurs apprentissages. » : le fondement du progrès des élèves est désormais inscrit essentiellement dans leur bien-être et complémentairement dans leurs apprentissages. D’ailleurs, dans la grille proposée dans la note précédente(2), grille destinée à observer les effets du dispositif, les seules compétences explicitement désignées sont les compétences socio-comportementales.
Pourtant, la note comporte ce qui devrait constituer une véritable alerte quant à la capacité des CLA à produire une plus grande égalité : elle constate en effet que la réflexion des équipes porte exclusivement sur la périphérie de la classe et, donc, s’intéresse peu à l’enseignement et aux apprentissages. Les fantasmes d’une démocratisation par l’extérieur sont revenus au cœur des politiques d’éducation prioritaire désormais focalisées sur la transmission de comportements.
Nous aurions attendu d’un rapport de l’inspection générale, qu’un tel constat soit une exprimé avec une vive et nette alerte pour qu’une politique destinée à réduire les inégalités ne puisse pas se limiter à produire un leurre où l’école et le collège se contenteraient des illusions du bien-être et de la conformité aux attentes comportementales. Nous sommes bien loin d’une volonté délibérée de lutte contre les inégalités qui se fonderait sur le traitement des difficultés d’apprentissage en classe par la formation et le développement des compétences pédagogiques et didactiques des enseignants. Mais cela ne semble pas faire naître, à l’Inspection générale, de doute sur la capacité des CLA à assurer la promesse égalitaire de l’école républicaine.

(1) IGÉSR, Note d’étape n°2022-008, janvier 2022
(2) IGÉSR, Note d’étape n°2021-105, novembre 2021, p.7

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — École
L’univers sexiste, homophobe et autoritaire de Stanislas, le « meilleur » lycée de France
De nombreux témoignages et des documents obtenus par Mediapart montrent ce qui est proposé par ce prestigieux établissement catholique. Une quinzaine d'anciens élèves racontent les « humiliations » et les « souffrances » vécues. 
par David Perrotin et Lorraine Poupon
Journal — Éducation
Dorlotée sous Blanquer, l’école privée prospère
L’enseignement privé n’a guère eu à souffrir du quinquennat écoulé, protégé par la figure tutélaire d’un enfant du système, le ministre Jean-Michel Blanquer lui-même. La gauche, tout à la défense d’un service public malmené, tâtonne sur sa remise en cause.
par Mathilde Goanec
Journal
Rapport du médiateur de Pôle emploi : ces règles qui pourrissent la vie des chômeurs
Sanctions « de plus en plus sévères et disproportionnées », « aberrations » derrière certaines mesures gouvernementales ou encore préconisations restées lettre morte : le médiateur national de Pôle emploi publie son rapport 2021, sans masquer son agacement.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En convalescence financière, le bailleur social Semcoda distribue des primes à ses dirigeants
Malgré sa santé économique fragile, le plus gros bailleur social de la région Auvergne-Rhône-Alpes vient de distribuer à ses dirigeants des primes critiquables car elles intègrent des résultats exceptionnels liés à des ventes de logements. Les salariés, eux, n’ont pas perçu d’intéressement depuis plusieurs années.
par Mathieu Périsse (Mediacités Lyon)

La sélection du Club

Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu
Billet de blog
Autorisation de l'interdiction de l'IVG aux USA, sommes nous mieux lotis en France ?
« N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant ».
par bennoursahra
Billet de blog
États-Unis : le patient militantisme anti-avortement
[Rediffusion] Le droit à l'avortement n'est plus protégé constitutionnellement aux États-Unis. Comment s'explique ce retour en arrière, et que peuvent faire les militantes des droits des femmes et les démocrates ?
par marie-cecile naves
Billet de blog
Le combat pour l'avortement : Marie-Claire Chevalier et le procès de Bobigny (1)
[Rediffusion] Marie-Claire Chevalier est morte le 23 janvier, à 66 ans. En 1972, inculpée pour avoir avorté, elle avait accepté que Gisèle Halimi transforme son procès en plaidoyer féministe pour la liberté de disposer de son corps. Pas facile d’être une avortée médiatisée à 17 ans, à une époque où la mainmise patriarcale sur le corps des femmes n’est encore qu’à peine desserrée.
par Sylvia Duverger