Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

162 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 oct. 2015

Se méfier des mythologies de l'éducation positive

Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Éducation positive, discipline positive, évaluation positive … La positivité envahit le discours pédagogique enjoignant à l’école une mission de réussite heureuse basée sur la bienveillance, l’harmonie des relations et le bonheur des apprentissages.

Rien de vraiment nouveau. Déjà au XIXème siècle, Charles Fourier croyait inventer un système d’éducation harmonieuse dans son Phalanstère où les passions se substitueraient avec bonheur à l’ennui qu’il observait dans les classes. Les libres enfants de Summerhill et d’Iasnaïa Poliana ont parfois nourri les enthousiasmes de nos naïvetés de jeunesse.

Rien de nouveau sauf dans la volonté dogmatique d’imposer cette vision en accusant ceux qui la contestent de mépriser la réussite des élèves. La mise en doute des illusions de la positivité, l’expression de doutes sur les vertus suffisantes de la bienveillance et, au vu de certaines affirmations caricaturales, l’ironie légitime induisent une suspicion d’empathie insuffisante qui serait responsable de la difficulté des élèves à apprendre. Et d’aucuns de vouloir faire la preuve d’une vérité scientifique de l’éducation positive, images d’IRM à l’appui. D’autres de résumer le problème à l’égoïsme d’enseignants incapables d’agir dans les perspectives de l’intérêt général.
Pourtant, à mettre trop exclusivement en avant les questions relationnelles comme vecteurs essentiels de la réussite des élèves, le risque est grand de nier ce qui constitue les leviers véritables de la démocratisation de l'accès aux savoirs et à la culture commune car les discours prônant l'éducation positive nient la question didactique et relativisent la responsabilité politique.

Négation du travail didactique
En centrant son constat sur l'ennui des élèves au collège, Najat Vallaud-Belkacem témoigne de la centration de bien des analyses actuelles sur la question motivationnelle. Le bien-être de l'élève devient une finalité là où il devrait ne rester qu'une condition pour que l'acquisition des savoirs reste la perspective fondamentale. Nous savons en effet que motiver l'élève pour qu'il s'implique dans une activité scolaire est loin d'être une garantie suffisante de la réussite de son apprentissage. Seule l’élaboration didactique des situations d’apprentissage peut garantir, au-delà de la motivation à l’activité, la mobilisation intellectuelle nécessaire à l’appropriation des savoirs. Si nécessaire soit-elle, la qualité relationnelle entre élèves et enseignants ne peut se substituer à la compétence didactique professionnelle qui reste le vecteur essentiel de la réussite des apprentissages scolaires.

Relativisation de la responsabilité politique
Centrer le problème sur la question relationnelle revient à centrer la responsabilité sur l’attitude de l’enseignant. Sa responsabilité de fonctionnaire est incontournable mais, pour autant, elle ne peut servir d’écran à la responsabilité de la décision politique. La démocratisation de l’accès au savoir à un coût.

Quel paradoxe que le métier d’enseignant soit aujourd’hui un de ceux où la formation continue soit la plus réduite ! Quel paradoxe que l’accompagnement individualisé soit mis en avant alors que la taille des classes ne cesse de croître ! 

À ceux qui prétendent que les moyens ne constituent pas le vecteur principal de l’amélioration du service public d’éducation, le dogmatisme de la positivité ne peut que servir les volontés d’économie budgétaire.

En définitive, l’analyse du système par la question relationnelle fustige l’enseignant, méprise le fonctionnaire en laissant croire qu’ils sont responsables de l’échec des élèves du fait de leurs égoïsmes catégoriels et de leurs intérêts propres. L’UNSA ferait bien de s’interroger sur les ambiguïtés de sa communication quand il veut faire croire que l’opposition à la réforme du collège se fonderait sur un mépris des élèves et de leur réussite.


Respect et ambition
Contester la pertinence de ce concept de positivité n'est pas contradictoire avec la défense d'une qualité nécessaire des relations entre enseignants et élèves. Considérer que l’essentiel de la qualité du service public repose sur la qualité professionnelle des agents, notamment sur le plan didactique pour les enseignants, et sur les moyens que la décision politique lui accorde, est justement le témoignage d’un profond respect pour les élèves, d’une forte ambition pour leur réussite et d’une conception égalitaire de l’accès aux savoirs.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelque mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget
Journal
Gare d’Austerlitz : le futur complexe immobilier visé par une plainte
Des associations viennent de déposer plainte pour détournement de fonds publics au sujet de la construction du futur siège de l’Agence française de développement. Elles dénoncent son coût de 924 millions d’euros, au centre d’un gigantesque projet de bureaux et de galeries commerciales.  L’aménagement de ce quartier au cœur de Paris crée une cascade de controverses.
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Amber Heard et le remake du mythe de la Méduse
Depuis son ouverture le 11 avril 2022 devant le Tribunal du Comté de Fairfax en Virginie (USA), la bataille judiciaire longue et mouvementée qui oppose Amber Heard et Johnny Depp divise l'opinion et questionne notre société sur les notions fondamentales de genre. La fin des débats est proche.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflètent, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo