Sorties de classe Apple

Pouvons-nous laisser une entreprise privée instrumentaliser les élèves du service public aux fins d’un intérêt commercial particulier?

Sorties de classe Apple : pouvons-nous laisser une entreprise privée instrumentaliser les élèves du service public aux fins d’un intérêt commercial particulier?

A en croire Apple, l’organisation d’une sortie de classe dans un de leurs magasins est une « expérience pédagogique inoubliable ». Tout le lexique de la modernité pédagogique est au rendez-vous dans la page qu’Apple y consacre (http://www.apple.com/fr/retail/fieldtrip/) mais, au détour de la présentation, la finalité commerciale pointe le bout de son nez : « À l’issue de la séance, les élèves auront compris à quel point les produits Apple peuvent leur ouvrir le champ des possibles. »

Rappelons que le principe de neutralité fonde le service public parce qu’il constitue une condition de l’égalité. Il interdit aux agents de la fonction publique d’user de leurs missions pour défendre des intérêts particuliers et d’évidence la proposition d’Apple obéit aux intérêts particuliers d’Apple. La réglementation traduit ce principe et les circulaires ne manquent pas qui interdisent la publicité commerciale à l’école : 19/11/1936, 16/04/1932, 17/12/1956, 8/11/1963, 3/07/1967, 10/12/1976.

Un « Code de bonne conduite des interventions des entreprises en milieu scolaire » (28/03/2001) définit les conditions du partenariat avec les entreprises privées mais ne remet aucunement en cause ces interdictions de publicité demandant aux entreprises concernées de se soumettre au principe de neutralité commerciale et mettant en garde contre des partenariats qui dissimuleraient des opérations commerciales.

Les sorties de classe chez Apple contreviennent donc à la réglementation.

L’enseignant qui accepterait de les mettre en œuvre permet à Apple d'instrumentaliser sa mission de service public aux fins d’un intérêt commercial particulier. L’administration doit, à tous les niveaux, veiller à ce que le principe de neutralité soit respecté.

Quant à ceux qui pensent qu’il ne s’agit pas essentiellement d’une opération commerciale mais de permettre aux élèves de vivre une « formidable expérience », sachez que vous êtes les seuls à penser ça ! Parce que pour Apple cette opération est considérée comme une opération de vente. Même l’arborescence de la page concernée en témoigne en la classant « fieldtrip » (sortie scolaire) dans « retail » (magasin, commerce de détail) !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.