Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

162 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 déc. 2016

Sorties de classe Apple

Pouvons-nous laisser une entreprise privée instrumentaliser les élèves du service public aux fins d’un intérêt commercial particulier?

Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Sorties de classe Apple : pouvons-nous laisser une entreprise privée instrumentaliser les élèves du service public aux fins d’un intérêt commercial particulier?

A en croire Apple, l’organisation d’une sortie de classe dans un de leurs magasins est une « expérience pédagogique inoubliable ». Tout le lexique de la modernité pédagogique est au rendez-vous dans la page qu’Apple y consacre (http://www.apple.com/fr/retail/fieldtrip/) mais, au détour de la présentation, la finalité commerciale pointe le bout de son nez : « À l’issue de la séance, les élèves auront compris à quel point les produits Apple peuvent leur ouvrir le champ des possibles. »

Rappelons que le principe de neutralité fonde le service public parce qu’il constitue une condition de l’égalité. Il interdit aux agents de la fonction publique d’user de leurs missions pour défendre des intérêts particuliers et d’évidence la proposition d’Apple obéit aux intérêts particuliers d’Apple. La réglementation traduit ce principe et les circulaires ne manquent pas qui interdisent la publicité commerciale à l’école : 19/11/1936, 16/04/1932, 17/12/1956, 8/11/1963, 3/07/1967, 10/12/1976.

Un « Code de bonne conduite des interventions des entreprises en milieu scolaire » (28/03/2001) définit les conditions du partenariat avec les entreprises privées mais ne remet aucunement en cause ces interdictions de publicité demandant aux entreprises concernées de se soumettre au principe de neutralité commerciale et mettant en garde contre des partenariats qui dissimuleraient des opérations commerciales.

Les sorties de classe chez Apple contreviennent donc à la réglementation.

L’enseignant qui accepterait de les mettre en œuvre permet à Apple d'instrumentaliser la mission de service public d'enseignement aux fins d’un intérêt commercial particulier. L’administration doit, à tous les niveaux, veiller à ce que le principe de neutralité soit respecté.

Quant à ceux qui pensent qu’il ne s’agit pas essentiellement d’une opération commerciale mais de permettre aux élèves de vivre une « formidable expérience », sachez que vous êtes les seuls à penser ça ! Parce que pour Apple cette opération est considérée comme une opération de vente. Même l’arborescence de la page concernée en témoigne en la classant « fieldtrip » (sortie scolaire) dans « retail » (magasin, commerce de détail) !

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
En Ukraine, des militantes viennent en aide aux « survivantes » de viols de guerre
Un collectif encore très confidentiel de victimes de violences sexuelles dans le Donbass, membre du réseau mondial SEMA, se mobilise en Ukraine pour repérer et accompagner les rescapées des viols commis par les soldats russes. Mediapart a pu les suivre.
par Rachida El Azzouzi
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Sur les réseaux sociaux, les jeunes chercheurs obligés de « se vendre »
Précaires et soumises à une concurrence croissante, les nouvelles générations de chercheurs sont incitées à développer leur « marque » personnelle sur Twitter, Instagram voire TikTok. Non sans effets pervers.
par Aurélien Defer
Journal — Santé
Clinea, la psychiatrie très lucrative façon Orpea
Les cliniques psychiatriques Clinea sont la filiale la plus rentable d’Orpea. Elles profitent des largesses de l’assurance-maladie, tout en facturant un « confort hôtelier » hors de prix à leurs patients. Pour les soins et le management, le modèle est un copié-collé du groupe.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
par Bésot
Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran