Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

175 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 déc. 2021

Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

Jusqu'où ?

[Rediffusion] Jusqu’où le discours ministériel sera-t-il capable d’aller pour servir ses intérêts, au mépris de la réalité vécue au quotidien dans les écoles, collèges et lycées ?

Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Jusqu’où le discours ministériel sera-t-il capable d’aller pour servir ses intérêts, au mépris de la réalité vécue au quotidien dans les écoles, collèges et lycées ?

Cette dernière période de l’année, par suite de l’invraisemblable décision de répondre à une vague épidémique par la réduction des fermetures de classes, s’est terminée par une flambée épidémique sans précédent en milieu scolaire. Nous venons de battre le record des hospitalisations d’enfants avec le nombre le plus élevé depuis le début de l’épidémie[1]. Au vu des taux d’incidence, tant chez les élèves que chez les personnels, sept syndicats, représentant plus de 80% des enseignants, ont alerté le ministre… en vain.
Car désormais la communication ministérielle a totalement rompu avec la réalité… pour s’enfermer dans l’illusion qu’il suffit d’énoncer des arguments pour justifier des choix.
Ainsi, interviewé par Jean-Jacques Bourdin[2], le ministre affirme que dans les cantines, le service est assuré une seule classe à la fois ! Comment oser affirmer cela alors que tous les agents et usager sont témoins que l’information est totalement fausse ! Ce n’est même pas une consigne … et de toute façon elle serait vaine : imaginez le temps nécessaire s’il fallait faire des services successifs pour les dizaines de classes d’un lycée. Déjà à l’échelle de la plupart des écoles, ce serait impossible.

Cette logique va jusqu’à l’absurdité puisque le discours institutionnel annonce une amélioration dont témoignerait le nombre plus réduit de classes fermées alors que cette réduction n’est due qu’au changement de protocole qui a réduit les cas rendant possible la fermeture de classe. Quant aux chiffres de contamination annoncés, il suffit de les comparer avec ceux annoncés par le ministère de la Santé pour nourrir quelques doutes. La réalité, tout le monde la connaît, c’est une flambée de contaminations ! Déjà depuis plusieurs mois, on cherchait à réduire le nombre de classes fermées par l’invention d’une nouvelle catégorie « classe avec suspension provisoire de l’accueil ». La rhétorique ministérielle va désormais chercher sa prétendue habileté dans la rouerie.
Parmi les conséquences, il y a toutes celles issues des tensions que créent ces jeux communicationnels. Ainsi quand la FAQ du ministère invite les directrices et directeurs d’école à réduire le brassage des élèves en cas d’absence d’un enseignant contaminé, c’est-à-dire incite à ne pas les inclure dans les autres classes. Sur le terrain les consignes sont tout autres : surtout ne pas fermer pour produire un chiffre témoignant de l’exceptionnelle volonté du ministre français. Il n’est pas compliqué d’imaginer les conséquences en termes de conflits entre école et familles quand la communication ministérielle, obsédée à répéter que tout va bien, revient à sous-entendre que les décisions locales ne seraient pas guidées par une volonté de sécurité sanitaire mais par celle d’anticiper les congés des vacances scolaires.

Malgré les discours, la réalité des indigences de la politique ministérielle est de plus en plus visible.
Si l’on compare par exemple les investissements d’État faits pour améliorer le renouvellement de l’air dans les classes, force est de constater que l’aide vantée par le ministre est ridiculement faible en France. 20 millions d’euros ont été consacrés à l’achat de détecteurs de CO2 alors qu’en Allemagne les dépenses fédérales ont été 35 fois supérieures (700 millions) pour acheter des purificateurs et engager des investissements de ventilation des bâtiments.

Une telle situation vient épuiser les personnels techniques, administratifs et enseignants déjà largement éprouvés par l’épidémie. Mais comme il ne peut être question pour le ministère de considérer que les difficultés à pouvoir répondre à la complexité de la situation puissent s’inscrire dans un déficit de moyens, le discours reste des plus confus, y compris devant la représentation nationale, lorsqu’il évoque l’absentéisme enseignant. Livrer le fonctionnaire à la suspicion publique reste un mode de défense élémentaire des gouvernants, au risque des graves conséquences d’une rupture entre les services publics et la population. En matière d’école, on sait qu’elle se jouera au profit des milieux favorisés qui disposeront des moyens de financer des services privés et aux dépens des classes populaires qui ne le pourront pas !

[1] Libération 16/12/2021
[2] Bourdin direct, RMC, 9/12/2021

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexistes et sexuelles
Le youtubeur Léo Grasset visé par une enquête pour viol
Selon nos informations, une étudiante a déposé plainte à Paris. Elle accuse de « viol » le célèbre vulgarisateur scientifique et youtubeur, déjà visé par une enquête préliminaire pour « harcèlement sexuel ». De nouveaux témoignages font état de « problèmes de respect du consentement », mais également d’« emprise ».
par Sophie Boutboul et Lénaïg Bredoux
Journal — Asie et Océanie
Xi Jinping, le pompier pyromane
L’atelier du monde est au bout du rouleau et dans toute la Chine, des protestations réclament la fin des mesures draconiennes de contrôle social décidées au nom de la lutte contre le Covid. Le numéro un chinois est pris au piège de sa politique autoritaire.
par François Bougon
Journal
IVG dans la Constitution : « On ira jusqu’au bout »
Jeudi 24 septembre, l’Assemblée a voté un texte historique : l’inscription dans la Constitution du droit à l’avortement, première étape d’un chemin encore long. Sur notre plateau, une cinéaste, une députée et une militante qui luttent pour le droit des femmes à disposer de leur corps.
par À l’air libre
Journal — Transparence et probité
Le n°2 de l’Elysée, Alexis Kohler, s’enferre dans le déni face aux juges
Mis en examen pour « prise illégale d’intérêts » en septembre, le secrétaire général de l’Élysée se voit reprocher « sa participation » comme haut fonctionnaire, entre 2009 et 2016, à des décisions touchant le groupe MSC, lié à sa famille. Lors de son interrogatoire, il s’est dit « choqué » que « son intégrité » soit mise en cause.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Dieu Arc-en-Ciel
« Au nom du Dieu Arc-en-ciel ». C'est ainsi que Kian Pirfalak (10 ans) commençait sa vidéo devenue virale depuis sa mort, où il montrait son invention. Tué à Izeh par les forces du régime le 16 Novembre. Sa mère a dû faire du porte-à-porte pour rassembler assez de glaçons et conserver ainsi la dépouille de son fils à la maison pour ne pas que son corps soit volé par les forces de l’ordre à la morgue.
par moineau persan
Billet de blog
Voix d'Iran : la question du mariage forcé (et du viol) en prison
Ce texte est une réponse à la question que j'ai relayée à plusieurs de mes proches, concernant les rumeurs de mariages forcés (suivis de viols) des jeunes filles condamnées à mort.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Lettre d'Iraniens aux Européens : « la solidarité doit s'accompagner de gestes concrets »
« Mesdames et messieurs, ne laissez pas échouer un soulèvement d’une telle hardiesse, légitimité et ampleur. Nous vous demandons de ne pas laisser seul, en ces temps difficiles, un peuple cultivé et épris de paix. » Dans une lettre aux dirigeants européens, un collectif d'universitaires, artistes et journalistes iraniens demandent que la solidarité de l'Europe « s'accompagne de gestes concrets, faute de quoi la République islamique risque de durcir encore plus la répression ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Témoignage d'une amie Iranienne sur la révolution en Iran
Témoignage brut d'une amie Iranienne avec qui j'étais lorsque la révolution a débuté en Iran. Ses mots ont été prononcés 4 jours après l'assassinat de Masha Amini, jeune femme Kurde de 22 ans tuée par la police des moeurs car elle ne portait pas bien son hijab.
par maelissma