Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

169 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 févr. 2018

Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

Lutter contre l'endoctrinement des enfants, c'est contrôler le privé hors-contrat...

La réglementation actuelle est inopérante pour lutter contre des volontés manipulatrices destinées à endoctriner des enfants. Elle doit être renforcée et la proposition de loi qui sera examinée mercredi reste bien timide au vu des dangers que représente une liberté d'enseignement sans contrôle qui serait investie par des idéologies qui sont nettement plus liberticides qu'un contrôle réglementaire.

Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une proposition de loi déposée par la sénatrice Françoise Gatel en juin dernier (1) sera débattue au Sénat, mercredi 21 février 2018. Elle vise le renforcement des contrôles lors de l’ouverture des établissements privés hors contrat. Elle cherche à permettre aux maires et aux services de l’État de mieux instruire d’éventuels motifs liés à la sécurité et aux conditions de titres et de moralité du chef d’établissement. Elle prévoit par ailleurs un contrôle annuel de l’enseignement pour s’assurer de sa conformité à la moralité et aux lois. Globalement, cette proposition reprend celle de Najat Valaud-Balkacem qui avait été invalidée par le Conseil Constitutionnel en janvier 2017.

Les tenants du développement des écoles privées hors-contrat crient à la mesure liberticide en en dramatisant à outrance les effets. Anne Coffinier, directrice de la Fondation pour l’École, fondation destinée à soutenir le développement des écoles privées hors contrat,  considère qu’il « serait absurde que le corporatisme de l’administration de l’Éducation nationale obère les chances de la France de retrouver sa force intellectuelle (…) » (2). Quant à Philippe de Villiers, c’est pour défendre son école du Puy du Fou qu’il demande à Jean-Michel Blanquer de renoncer à ce projet « mortifère » et « soviétiforme » (3)!

Mais la réalité des écoles hors contrat mérite pourtant que soit légitimement posée la question de leur contrôle.

Tout d’abord parce que certaines de ces écoles obéissent à un projet idéologique des plus inquiétants.
La décision de faire éduquer ses enfants dans une école privée est inscrite dans le principe constitutionnel de la liberté d’enseignement et dans ses déclinaisons légales mais un tel droit ne peut se confondre avec la légitimation de l’endoctrinement et de la propagande. Or bien des inspections réalisées dans certaines écoles privées hors contrat ont mis à jour des enseignements mensongers et propagandistes, notamment dans le domaine de l’histoire ou des sciences de la vie. Le Café pédagogique (4) avait diffusé les contenus d’un rapport confidentiel de l’académie de Versailles qui témoignait de tentatives caractérisées d’endoctrinement dont certaines auraient justifié l’examen juridique de leur légalité, par exemple sur les questions touchant à la notion de « race ». Le rapport concluait : « La vigilance s’impose sur les effets d’une éducation qui impose des croyances ou des convictions et occulte des pans entiers du savoir au profit d’une idéologie ».

Ensuite parce que, dans de nombreuses écoles hors contrat, est procédé au constat d’une piètre qualité des enseignements. Cela s’explique par un recrutement souvent « non professionnel » de personnes ne disposant pas des compétences didactiques nécessaires pour concevoir et mettre en œuvre un enseignement de qualité mais aussi par une importance donnée à l’éducation comportementale et idéologique aux dépens des savoirs et des connaissances. De nombreux rapports d’inspection constatent cette carence qualitative mais leurs remarques à ce sujet restent lettre morte puisque dans l’état actuel de la loi, elles ne peuvent avoir de conséquence sur l'avenir de ces établissements.

Enfin parce que l’écart est grand entre l’affichage communicationnel et la réalité quotidienne. La promesse d’une réussite garantie se dissipe généralement dans de graves déceptions parentales quant au niveau scolaire. Si les effectifs généralement très faibles permettent de vanter une proximité relationnelle, elle ne fait pas illusion longtemps. Et lors de conflits, les parents découvrent qu’il n’existe pas de représentants de parents pour les aider ou d’instances pour débattre et que leur choix se résume à devoir se soumettre ou quitter l’école. 

A ceux qui crient à la loi liberticide, faut-il rappeler que les principes réglementaires actuels ne permettent en réalité aucun contrôle réel sur les écoles.
Sommes-nous prêts à laisser se développer, au nom de la liberté, des écoles où tout est possible : entretenir des relations avec un réseau capable de considérer Hitler comme « le plus grand bâtisseur social » (5), enseigner que « le rôle de la femme est d’être mère et épouse » (6) sans considérer que cela porte préjudice à une reconnaissance d’égalité affirmée par la loi, appeler à retrouver l’esprit de Charles Martel qui sauva la France contre la soumission musulmane et incitent au mépris voire à la violence contre les religions musulmanes et juives (6), faire le tri idéologique des contenus scientifiques pour prôner le créationnisme? 

La réglementation actuelle est inopérante pour lutter contre des volontés manipulatrices destinées à endoctriner des enfants. Elle doit être renforcée et la proposition de loi qui sera examinée mercredi reste bien timide au vu des dangers que représente une liberté d'enseignement sans contrôle qui lui permet d'être investie par des idéologies qui sont nettement plus liberticides qu'un contrôle réglementaire.

Et à ceux qui pourraient se satisfaire d’une conception libérale de coexistence pacifique entre l’école publique et les écoles privées, il faut rappeler que, sous les propos d’apparente tolérance, le projet des défenseurs du développement des écoles hors contrat vise la fin de l’école publique. Anne Coffinier, qui pourrait donner l’impression de propos tolérants  quand elle s’exprime dans la presse grand public, tient des propos sensiblement différents quand elle écrit dans des revues proches de son idéologie : « l’école publique est perverse dans son principe même » explique-t-elle dans La Nef (7). Et Vincent Laaman, président de SOS Education, de défendre une stratégie où l' « Education nationale se trouve menacée dans sa survie par la concurrence d'un grand secteur éducatif libre» (8)

(1) projet de loi, Sénat n°589
(2) Figaro , 12/02/2018
(3) Lettre ouverte à JM Blanquer, Valeurs actuelles, 17/02/2018
(4) Café pédagogique, 7/03/2017
(5) FR3 Alpes, 6/02/2018
(6) l’Obs, 1/06/2017
(7) La Nef, n°284, septembre 2016
(8) 17/09/2005, devant le Cercle Frédéric Bastiat

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Lula se présente en apaiseur des années Bolsonaro
Dimanche 2 octobre, les Brésiliens choisissent entre Jair Bolsonaro et Lula da Silva. Après un mandat marqué par les violences et une politique favorable aux plus riches, l'ancien chef d’état affirme vouloir réconcilier le pays. Avec l’espoir de l’emporter dès le premier tour.
par François Bougon
Journal — Santé
En ville, à la mer et à la montagne : là où se trouvent les oasis médicaux
Cause sans cesse perdue, la lutte contre les déserts médicaux masque une autre réalité : les médecins libéraux s’installent toujours plus nombreux comme spécialistes dans quelques zones privilégiées. Ils sont aussi toujours plus nombreux à pratiquer des dépassements d’honoraires.
par Caroline Coq-Chodorge et Donatien Huet
Journal — France
Télémédecine : derrière « Sauv Life », le business contestable d’un médecin de l’AP-HP
Pour désengorger les urgences, le ministre de la santé pousse les « unités mobiles de télémédecine », officiellement opérées par une association, Sauv Life, qui envoie, via le 15, des infirmiers dotés de mallettes de télémédecine au chevet des patients. En coulisses, cette expérimentation soulève des questions sur le niveau du service rendu, le coût et les procédures de commande publique. Contre-enquête sur un chouchou des médias.
par Stéphanie Fontaine
Journal — Terrorisme
Une section informatique aveugle à ses propres alertes
Dans les deux années précédant la tuerie à la préfecture de police, les alertes se sont multipliées au sein de la « S21 », la section où travaillait Mickaël Harpon. Sans jamais que cela ne porte à conséquence pour le futur terroriste.
par Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon
Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol
Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff
Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica