Paul DEVIN
Syndicaliste FSU, inspecteur de l'Education nationale, ancien secrétaire général du SNPI-FSU, président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

141 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 oct. 2021

Faut-il épurer la fonction publique enseignante ?

À en croire le ministre de l’Éducation nationale, il y a d’un côté ceux qui respectent les valeurs de la république et de l’autre côté ceux « qui ont des problèmes avec... » On savait que les conceptions du ministre étaient des plus autoritaristes mais une étape nouvelle est franchie qui semble en appeler, cette fois-ci, à une épuration de la fonction publique.

Paul DEVIN
Syndicaliste FSU, inspecteur de l'Education nationale, ancien secrétaire général du SNPI-FSU, président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À en croire le ministre de l’Education nationale, il y a d’un côté ceux qui respectent les valeurs de la république et de l’autre côté ceux « qui ont des problèmes avec ». Or, explique-t-il, avoir des problèmes avec les valeurs de la république, c’est autorisé si vous êtes citoyen mais pas si vous êtes fonctionnaire, parce que dans ce cas vous devrez quitter votre métier ! Et de menacer que si « ça n’avait pas été assez clair dans le passé, ça allait être désormais très clair dans le présent et dans le futur »

C’est ce que Jean-Michel Blanquer a exprimé cet après-midi devant les référents laïcité, chargés de former les enseignants sur le sujet.

La radicalité de la formulation n’a pas pour autant exclu quelque simplisme démagogique et fruste : « si vous voulez devenir plombier et que vous avez un problème avec les tuyaux, vous devez choisir un autre métier ».

On savait que les conceptions du ministre étaient des plus autoritaristes, on avait bien perçu les ambiguïtés de l’article 1 de la loi Blanquer[1] qui en appelait à l’exemplarité des enseignants, on avait constaté le traitement particulièrement coercitif de militants syndicaux accusés d’irrespect de la neutralité … mais une étape nouvelle est franchie qui semble en appeler, cette fois-ci, à une épuration de la fonction publique.

Car les formulations choisies par le ministre ne visent manifestement pas la seule situation de fonctionnaires qui bafoueraient ouvertement les lois républicaines et les valeurs démocratiques. Elle se situe dans la droite ligne de déclarations préalables évoquant ces enseignants « qui avancent masqués » et dont Jean-Michel Blanquer estimait devoir dénoncer, dans un inquiétant amalgame, « la violence politique, l’antisémitisme, le radicalisme et le racialisme[2] »

La question va se poser concrètement désormais de devoir définir ce que c’est qu’avoir des « problèmes avec la république » pour que l’administration puisse décider en conséquence qui est légitime à continuer à exercer sa fonction enseignante et qui ne l’est plus ?

Est-ce qu’enseigner la responsabilité de notre république dans les violences et les dominations coloniales et post-coloniales relèvera désormais d’enseignants ayant des problèmes avec la république ?

Est-ce que montrer que notre république est loin d’être capable de rendre effectifs les principes d’égalité qu’elle énonce désignera un enseignant devant quitter son métier ?

Est-ce que considérer que l’accueil des migrants relève du principe de fraternité sera passible de sanctions ?

Les statuts de 1946 et de 1983 ont cherché à construire une dialectique des droits et des obligations qui permet l’existence de fonctionnaires citoyens. Y renoncer, nous ramènerait vers le statut d’avant, celui de 1941 qui définissait la discipline des subordonnés comme une soumission nécessaire, une obéissance pleine et entière. « Plus d’angles morts », a dit le ministre cet après-midi pour caractériser le nouvel état d’esprit qui devra être engendré par les formations à la laïcité lancées aujourd’hui.

À nouveau, me revient la phrase de Condorcet que je ne cesse de citer dans cette période : « Aucun pouvoir public ne doit avoir ni l’autorité, ni même le crédit, d’empêcher […] l’enseignement des théories contraires à sa politique particulière ou à ses intérêts momentanés [3]».

Puisque Jean-Michel Blanquer aime citer Jean Jaurès… recommandons lui la lecture du commentaire que Jaurès a écrit de cette affirmation de Condorcet : « à vrai dire, c’est la liberté intellectuelle, le sens partout développé de la dignité de la science et du droit de la pensée qui ôteront aux pouvoirs politiques la tentation d’opprimer la vérité, comme ils ôteront aux maîtres la tentation d’avilir, au-delà de ce qu’exige la force du vrai, les pouvoirs en qui ils trouvent le respect pour la liberté[4] ».

Manifestement tous les républicains n’ont pas la même conception des valeurs de la république.

[1] Paul DEVIN, Des finalités ambiguës de l’exemplarité dans l’article 1 de la loi Blanquer, Carnets Rouges, n°17, oct.2019 (en ligne)

[2] Le Figaro, 4/12/2021

[3] CONDORCET, Projet de décret sur l’organisation générale de l’enseignement public, 1793

[4] JAURES, Histoire socialiste, II, p.390

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Justice
La justice révoque le sursis de Claude Guéant, le procès des sondages de l’Élysée rouvert
La justice vient de révoquer en partie le sursis et la liberté conditionnelle dont l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy avait bénéficié après sa condamnation dans le scandale des « primes » du ministère de l’intérieur. Cette décision provoque la réouverture du procès des sondages de l’Élysée : le tribunal estime que Claude Guéant n’a peut-être pas tout dit lors des audiences sur sa situation personnelle.
par Fabrice Arfi et Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras
Billet de blog
Le bocal de la mélancolie
Eric Zemmour prétend s’adresser à vous, à moi, ses compatriotes, à travers son clip de candidat. Vraiment ? Je lui réponds avec ses mots, ses phrases, un lien vidéo, et quelques ajouts de mon cru.
par Claire Ze
Billet de blog
Ne lâchons pas le travail !
Alors qu'il craque de tous côtés, le travail risque d'être le grand absent de la campagne présidentielle. Le 15 janvier prochain, se tiendra dans la grande salle de la Bourse du travail de Paris une assemblée citoyenne pour la démocratie au travail. Son objectif : faire entendre la cause du travail vivant dans le débat politique. Inscriptions ouvertes.
par Ateliers travail et démocratie
Billet de blog
L'extrême droite a un boulevard : à nous d'ériger des barricades
Un spectre hante la France… celui d’un pays fantasmé, réifié par une vision rance, une France qui n’a sûrement existé, justement, que dans les films ou dans les rêves. Une France muséale avec son glorieux patrimoine, et moi je me souviens d’un ami américain visitant Versailles : « je comprends mieux la Révolution française ! »
par Ysé Sorel