Paul DEVIN
Syndicaliste FSU, inspecteur de l'Education nationale, ancien secrétaire général du SNPI-FSU, président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

141 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 août 2021

Le courage du ministre face à la peur des enseignants ?

Dans la présentation de l’ouvrage « École ouverte » que Jean-Michel Blanquer publie à cette rentrée scolaire, il explique que l’épidémie de Covid a constitué une période historique où « s’est joué le choix entre une École vue comme notre institution fondamentale ou comme la variable d’ajustement de nos peurs ».

Paul DEVIN
Syndicaliste FSU, inspecteur de l'Education nationale, ancien secrétaire général du SNPI-FSU, président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans la présentation de l’ouvrage « École ouverte » que Jean-Michel Blanquer publie chez Gallimard[1], à cette rentrée scolaire, le ministre explique que l’épidémie de Covid a constitué une période historique où « s’est joué le choix entre une École vue comme notre institution fondamentale ou comme la variable d’ajustement de nos peurs ». Arbitre de ce choix, il se présente comme celui qui nous a permis de « retrouver le sens de l’école ». Curieux dilemme que de résumer la situation entre ceux qui auraient défendu la nature fondamentale de l’institution scolaire et ceux qui l’auraient instrumentalisée pour conjurer leurs peurs.

Rappelons tout d’abord que, dans sa quasi-unanimité, l’expression syndicale et associative n’a jamais revendiqué la fermeture des écoles et a, bien au contraire, affirmé la nécessité de continuité du service public, notamment parce qu’elle avait pleinement conscience que la fermeture des classes ou des écoles avait des conséquences profondément inégalitaires dont pâtiraient avant tout les enfants des classes populaires. Leurs revendications ont été, justement, de pouvoir obtenir les mesures sanitaires les mieux appropriées pour garantir à la fois l’ouverture et la protection des personnels comme des élèves et de leurs parents. Défendre cet équilibre ne relève pas d’un renoncement aux valeurs pour concéder à l’ajustement du système à nos peurs. Pourtant la formulation binaire exprimée par Jean-Michel Blanquer insinue une opposition entre la vertu courageuse de sa politique et la lâcheté de ses détracteurs, envahis par leurs peurs au point d’y sacrifier l’institution scolaire.

La réalité de ces vingt derniers mois a été bien différente. Elle témoigne au contraire d’une volonté collective des fonctionnaires de l’Education nationale qui ne doit rien au « mérite » du ministre. Lors de la fermeture liée au premier confinement, alors que l’imprévision politique rendait impossible l’accès aux masques de protection et que, de ce fait, le discours institutionnel voulait persuader les enseignants que leur usage était inutile… malgré leurs peurs, les personnels de l’Éducation nationale ont permis l’accueil des enfants de soignants. Lors de la reprise de mai 2020, alors que « les gestes barrières » étaient loin de pouvoir être assurés raisonnablement, ils et elles ont repris leur travail pour accueillir leurs élèves. Et tout au long de l’année scolaire 2020-2021, malgré des consignes changeantes et parfois inapplicables, ils et elles ont permis la continuité du service public d’éducation.

Oui, ils et elles ont eu peur… mais cette peur ne les a jamais conduits à renoncer à leur mission de service public. Elle les a mis en colère quand notre institution répétait contre tous les avis médicaux et scientifiques qu’il n’y avait pas de risques de contagion dans les écoles et qu’ils vivaient la contamination au quotidien. Elle les a parfois fragilisés quand le flou des consignes les empêchait de disposer de repères suffisants pour agir. Elle les a révoltés quand, face à leurs difficultés, ils entendaient la rhétorique ministérielle se satisfaire de son exceptionnelle réussite.
Cette peur ne les empêchera pas d’assurer la rentrée scolaire même si elle aurait été moindre si une politique déterminée, à l’instar de ce qui s’est fait dans de nombreux pays, avait conduit à l’équipement des classes en matériels d’aération ou plus simplement à assurer dans toutes les classes une ouverture suffisante des fenêtres pour permettre le renouvellement de l’air.

Vouloir expliquer, aujourd’hui, aux fonctionnaires de l’Education nationale que nous devons à la volonté ministérielle que l’école française soit restée ouverte est une gageure vaine parce qu’ils et elles savent que c’est le résultat de leur engagement quotidien et de son enracinement dans les valeurs d’une école émancipatrice, désireuse malgré les difficultés de réaliser son projet égalitaire.

Ils ne demandent pas à être considérés comme des héroïnes et des héros… mais seulement à être reconnus par le respect de leur travail et sa juste rémunération. Et puisque notre ministre veut être le vecteur d’une « bascule historique », ce n’est par une hagiographie ministérielle qu’il la réalisera mais par le choix d’une politique qui donnerait à l’École les moyens nécessaires à la réussite de tous ses élèves. Nous en sommes très loin … Pourtant, c’est cela qui lui permettrait d’« écrire École avec une majuscule en tant que référence centrale de notre existence collective ».

[1] http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Hors-serie-Connaissance/Ecole-ouverte

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal — Éducation
« On veut comprendre pourquoi le collège n’a rien fait »
Près d’un mois après le suicide de Dinah, 14 ans, ses parents ont déposé plainte pour « harcèlement » et accusent le collège de non-assistance à personne en danger. Plusieurs témoins dénoncent la passivité de l’établissement. La direction dément tout dysfonctionnement.
par David Perrotin
Journal
Étudiants précaires : une petite prime et des bugs
Plutôt que de réformer le système des bourses, le gouvernement a décidé d’accorder une prime inflation de 100 euros aux étudiants boursiers. Les serveurs du Crous n’ont pas tenu le choc, les bugs se sont multipliés et nombre d’étudiants n’ont pas pu faire leur demande dans les délais.
par Khedidja Zerouali
Journal
Professeurs non remplacés : la Cour des comptes dénonce une « défaillance institutionnelle »
Dans un rapport publié jeudi, les magistrats financiers se penchent sur les absences des enseignants qui font perdre aux élèves 10 % d’heures de cours dans les lycées. Les deux tiers sont liés à une mauvaise organisation de l’Éducation nationale.
par Faïza Zerouala

La sélection du Club

Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss