Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

175 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 mars 2017

Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

CIY-Education 2017 : supprimer les disciplines!

L’appel à la journée CIY Education 2017 a le mérite de ne pas tourner autour du pot : il propose de « rêver l’éducation » en s’inspirant de la Finlande qui « deviendra bientôt le premier pays à supprimer les matières scolaires ».

Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’appel à la journée CIY Education 2017 a le mérite de ne pas tourner autour du pot : il propose de « rêver l’éducation » en s’inspirant de la Finlande qui « deviendra bientôt le premier pays à supprimer les matières scolaires ». Le projet est soutenu par une communauté étudiante (NOISE) qui cherche à porter « des innovations ayant un impact positif sur les sociétés » et porte une philosophie d’action (CIY : Change it yourself) qui vise à révéler et renforcer les potentiels de ses membres à pouvoir agir pour transformer le monde.

Le mythe de savoirs non disciplinaires

Nous l’avons déjà dit à de multiples occasions : il ne fait aucun doute que la finalité de l’éducation, celle qui doit permettre la construction d’une culture commune, nécessite de penser des relations cohérentes entre les savoirs et donc de penser l’interdisciplinarité. La maîtrise d’une discipline ne peut être suffisante pour comprendre le monde et pouvoir y agir comme citoyen libre et responsable. Mais pour autant cela n’implique certainement pas la négation des disciplines qui restent, au contraire, le fondement même de l’interdisciplinarité.

Déjà parce que nos savoirs se sont historiquement construits dans une organisation disciplinaire et que vouloir faire table rase des disciplines nierait la dimension épistémologique de la connaissance.

Ensuite parce que la complexité des savoirs n’en permet pas une maîtrise complète et que si la polyvalence de l’enseignant est défendable pour l’enseignement primaire, elle ne serait pas opérante dans la suite de la scolarité.

Enfin parce que cette volonté de disparition des disciplines ne vise pas tant la cohérence entre les savoirs que le renoncement aux savoirs aujourd’hui enseignés et cela, au profit du développement personnel : l’empathie, la créativité, la coopération, l’innovation, la confiance en soi. Que l’école puisse viser à développer des qualités personnelles ne peut se confondre à en faire une finalité première car que serait la compétence d’un citoyen pour comprendre le monde et y agir de manière responsable si, doté de confiance en soi et désireux de coopération, il ne pouvait exercer un jugement fondé sur la connaissance ?

Sortir d’une vision binaire

La vision binaire dans laquelle on cherche aujourd’hui à enfermer ce débat voudrait opposer une conception conservatrice et élitiste basée sur les disciplines avec une conception progressiste et attentive à tous les élèves, fondée sur l’interdisciplinaire. Ce clivage ne correspond pas à la réalité. La didactique disciplinaire reste le cadre le plus adapté à la prise ne compte des difficultés d’apprentissage et elle n’est pas par principe un cadre conservateur et élitiste. Bien au contraire !  

L’enjeu pour un système scolaire plus égalitaire n’est pas dans la négation des disciplines mais dans la formation des enseignants à permettre la transmission et la construction des savoirs disciplinaires tout en mettant en œuvre les coopérations nécessaires entre les disciplines. Mais un tel enjeu a un coût, celui d’un développement conséquent de la formation des enseignants qu’aucun ministère n’a voulu jusqu’à maintenant engager au-delà de promesses discursives.

Seulement un débat d’idées ?

La volonté de ces étudiants à vouloir favoriser des mutations économiques, sociales et culturelles pourrait procéder d’un enthousiasme louable à militer pour des transformations sociales. On ne peut sans doute pas leur reprocher de vouloir diffuser « l’envie d’enchanter le monde ». Tout juste pourrait-on questionner la naïveté de cet enthousiasme et débattre d’affirmations insuffisamment réfléchies sur la question disciplinaire mais ce serait un leurre que d’y percevoir la seule dynamique d’une communauté étudiante !

Pour soutenir cette initiative, d’autres que des étudiants aimant le débat et l’initiative sont présents : Ashoka et Teach for France usent du fer de lance de l’innovation pour prôner une transformation radicale du service public inscrite dans la volonté d’ouvrir l’école publique au marché économique, notamment sur le plan de la formation des enseignants.

Derrière l’enthousiasme de quelques étudiants, c’est de bien d’autre chose dont il s’agit : les stratégies néo-libérales veulent assujettir le service public d’éducation aux lois du marché et, pour ce faire, il y a bien longtemps qu’elles font chanter les sirènes de l’innovation.

 Paul Devin sur Tweeter : @pauldevin59

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Viols, tortures et disparitions forcées : en Iran, dans le labyrinthe de la répression
Pour les familles, l’incarcération ou la disparition d’un proche signifie souvent le début d’une longue recherche pour savoir qui le détient et son lieu de détention. Le célèbre rappeur Toomaj, dont on était sans nouvelles, risque d’être condamné à mort.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Outre-mer
Karine Lebon, députée : « Ce qui se passe à La Réunion n’émeut personne »
La parlementaire de gauche réunionnaise dénonce le désintérêt dont les outre-mer font l’objet, après une semaine marquée par le débat sur les soignants non vaccinés et le non-lieu possible sur le scandale du chlordécone. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal
Loi « anti-squat » : le gouvernement se laisse déborder sur sa droite
En dépit de la fronde des associations de mal-logés et l’opposition de la gauche, l’Assemblée a adopté la proposition de loi sur la « protection des logements de l’occupation illicite » à l’issue d’un débat où le texte a été durci par une alliance Renaissance-Les Républicains-Rassemblement national.
par Lucie Delaporte
Journal — Asie et Océanie
Après les inondations, les traumatismes de la population du Pakistan
Depuis 2010, des chercheurs se sont intéressés aux effets dévastateurs des catastrophes naturelles, comme les inondations, sur la santé mentale des populations affectées au Pakistan. Un phénomène « à ne surtout pas prendre à la légère », alerte Asma Humayun, chercheuse et psychiatre à Islamabad.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Et pan ! sur la baguette française qui entre à l’Unesco
L’Unesco s’est-elle faite berner par la Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française ? Les nutritionnistes tombent du ciel. Et le pape de la recherche sur le pain, l’Américain Steven Kaplan s’étouffe à l’annonce de ce classement qu’il juge comme une « effroyable régression ». (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
La vie en rose, des fjords norvégiens au bocage breton
Le 10 décembre prochain aura lieu une journée de mobilisation contre l’installation d’une usine de production de saumons à Plouisy dans les Côtes d’Armor. L'industrie du saumon, produit très consommé en France, est très critiquée, au point que certains tentent de la réinventer totalement. Retour sur cette industrie controversée, et l'implantation de ce projet à plus de 25 kilomètres de la mer.
par theochimin
Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel
Billet de blog
Pesticides et gras du bide
Gros ventre, panse,  brioche,  abdos Kro, bide... Autant de douceurs littéraires nous permettant de décrire l'excès de graisse visible au niveau de notre ventre ! Si sa présence peut être due à une sédentarité excessive, une forme d'obésité ou encore à une mauvaise alimentation, peut-être que les pesticides n'y sont pas non plus étrangers... Que nous dit un article récent à ce sujet ?
par Le Vagalâme