Paul DEVIN
Syndicaliste FSU, inspecteur de l'Education nationale, ancien secrétaire général du SNPI-FSU, président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

142 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 oct. 2021

Désespérance banlieues

A propos d'un article du Parisien vantant les exceptionnelles réussites des écoles Espérance banlieues... Un miracle dont il convient raisonnablement de douter !

Paul DEVIN
Syndicaliste FSU, inspecteur de l'Education nationale, ancien secrétaire général du SNPI-FSU, président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le Parisien vient de consacrer une double page[1] aux écoles Espérance Banlieue.

Le titre et le chapeau de l’article laissent entendre un bilan mitigé fondé sur une « opinion partagée »… Mais au lieu d’un article où une enquête journalistique chercherait à questionner les propos des uns et des autres et à en examiner la véracité, on se contente de juxtaposer un discours d’autosatisfaction d’Espérance banlieues et quelques éléments de contradiction. Curieuse conception d’un journalisme où la coexistence des expressions donne l’illusion d’une démocratie des opinions sans que le moindre travail d’enquête soit jugé nécessaire…

A en croire ses responsables, Espérance banlieues réussit un miracle exceptionnel. Les chiffres qu’ils annoncent, s’ils s’avéraient, témoigneraient d’un événement dans l’histoire mondiale de l’éducation, l’invention d’un modèle d’enseignement qui permet d’assurer un niveau exceptionnel de réussite, très largement supérieur à la moyenne des écoles françaises. Face à une situation tellement extraordinaire, on aurait pu s’attendre à ce que Le Parisien engage une enquête approfondie, qu’il parte à la recherche des publications officielles de l’association qui viendraient accréditer de tels résultats… Si le Parisien avait engagé ce travail, il aurait rapidement découvert qu’il n’y a rien d’autre que les affirmations de ceux qui sont parties liées. Ils ont donc, d’évidence, tout intérêt à valoriser leurs écoles… quitte à présenter la réalité sous un jour qui s’inscrit dans le seul champ de la stratégie de publicité ou de propagande. Le Parisien se serait alors aperçu qu’il risquait fort de publier une sorte de « publi-reportage » qui prend la forme d’un article de journalisme pour vanter un produit. Mais en fait cela ne semble pas bien le gêner puisqu’il choisit de renforcer cela avec les affirmations mises en valeur par une typographie rouge et de taille supérieure : « le niveau est plus haut ici. », « 98% des parents satisfaits ». Nous sommes du côté des inventeurs du moteur à l’eau et de la plante miracle qui guérit toute forme de cancer en quelques semaines.

Pour beaucoup des lecteurs du Parisien, un tel article ne fera que contribuer à renforcer une certaine vision idéologique de l’école : celle qui voudrait nous faire croire que le salut du drapeau et le discours d’autorité suffiraient à produire la réussite scolaire des élèves.

Pour quelques-uns, parents d’élèves en difficulté … cela suscitera peut-être une espérance voire une décision d’inscription. Ils ne sauront pas alors que la réalité risque fort de ne pas être à la hauteur des promesses annoncées de réussite exceptionnelle. Lorsque les élèves des écoles Espérance banlieues quittent leur école pour rejoindre le collège ou le lycée, nombreux sont ceux dont les niveaux scolaires sont très en deçà des niveaux attendus… Des témoignages de professeurs parlent d’un « niveau très faible » et de lacunes importantes[2]. Manifestement le miracle n’est que dans le discours !

Pour ces parents-là et leurs enfants, les discours de louange tenus à propos d’Espérance banlieues prendront un goût bien amer, celui du charlatanisme et des promesses vaines.
Et ces promesses vaines se seront nourries des subsides d’entreprises qui les soutiendront dans les perspectives de défiscalisations avantageuses, réduisant les recettes de l’État et privant de ce fait les écoles publiques de banlieue de moyens qui leur feront cruellement défaut. 

Voir aussi…

https://www.questionsdeclasses.org/reac/?Les-ecoles-Esperance-banlieues-mediatiques-traditionalistes-et-ultra-liberales

https://blogs.mediapart.fr/paul-devin/blog/020417/esperance-banlieues-ecoles-de-l-endoctrinement

[1] Parisien, 20 octobre 2021, cahier « Le Grand Parisien » VI-VII

[2] https://www.cahiers-pedagogiques.com/esperance-banlieues-derriere-la-vitrine-mediatique/

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Rennes, la justice malmenée
En pleine mobilisation du monde judiciaire, des magistrats rennais racontent leurs désillusions et leurs regrets face à leurs propres insuffisances. Cernés par les priorités contradictoires, ils examinent chaque dossier en gardant un œil sur la montre. 
par Camille Polloni
Journal
Hôpital : « On prêche dans le désert, personne ne nous entend »
Les hospitaliers ont, une fois encore, tenté d’alerter sur les fermetures de lits, de services d’urgence, la dégradation continue des conditions de travail, leur épuisement et la qualité des soins menacée. Mais leurs manifestations, partout en France samedi, sont restées clairsemées.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Valérie Pécresse, l’espoir inattendu de la droite
La présidente de la région Île-de-France a remporté le second tour du congrès organisé par Les Républicains, en devançant nettement Éric Ciotti. Désormais candidate de son camp, elle devra résoudre l’équation de son positionnement face à Emmanuel Macron.
par Ilyes Ramdani
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat