Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

169 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 avr. 2018

Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

Jean-Michel Blanquer : plus que jamais, populiste et autoritariste

L’idéologie simplificatrice, le discours populiste, l’autoritarisme … tous les ingrédients d’une politique qui tente désespérément de cacher son incapacité à faire preuve de la détermination budgétaire nécessaire pour améliorer l’école.

Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La stratégie communicationnelle du ministre est toujours aussi offensive : la veille de la publication de textes réglementaires qui vont constituer des injonctions pédagogiques, une interview dans le Parisien prépare le terrain de l’opinion. 

On y voit un ministre très ambigu sur la question de l’injonction pédagogique. Il ne s’agit pas d’"homogénéiser les pratiques", nous assure-t-il, pour désigner ensuite ce qui relève de la « bonne méthode » et dresser la liste de ce qu’il faut faire. Et il sera difficile de convaincre qu'il n'y a pas de volonté injonctive et d'autoritarisme quand le conseil ministériel va jusqu’à indiquer le temps quotidien que doit durer l’exercice d’écriture ou l’usage de la réglure Séyès !

La rhétorique du discours est simpliste.
Il  y a, d’un côté, ce qui est défendu par le ministre : ce qui est « produit par l’intelligence collective », basé sur la science et la recherche, les «bonnes méthodes», celles «qui marchent», ce qui est du côté la « modernité ».
De l’autre côté, il y a des choix « criminels », les méthodes « fragilisantes », « qui ne marchent pas », les « mauvaises pratiques ».
Et les élèves dont les enseignants qui ne suivront pas les consignes ministérielles, n’auront « pas de chance » et cela aura un « impact grave sur leur scolarité ».
Et ceux qui prétendront opposer des arguments, tout simplement ne pas être d’accord, ne se voient même pas reconnaître la possibilité d’une divergence, dans la logique d’un pluralisme. Non, ils ne pensent pas, ils ne réfléchissent pas, … ils « cherchent la polémique ».

La rhétorique est celle de la simplicité extrême, celle de l’argument populiste. Pas d’alternative entre l’obéissance méthodologique et «l’anarchisme pédagogique».

Mais la réalité des écoles, des classes, des pratiques professionnelles est différente, plus complexe, plus diverse, plus subtile… 
Par ailleurs, la recherche scientifique n’a jamais fait la preuve que la méthode syllabique soit un choix impératif. Elle dit seulement que le travail systématique sur les relations graphophonologiques est indispensable et doit être mené conjointement avec les autres enjeux de la lecture … Et cela relève d’un très large consensus. Le fait que ce consensus ne convienne pas à l'idéologie ministérielle, doit-il nous amener à nier qu'il soit produit par l’intelligence collective.
Quant à l’affirmation «  le b-a ba avant tout », même Stanislas Dehaene n’exprime pas cela de manière aussi restrictive dans ses ouvrages sur la lecture !

Le ministre prétend que ces prescriptions étaient attendues par les enseignants et les inspecteurs. C’est loin d’être aussi sûr que les acteurs de l’enseignement aient renoncé à l’idée d’un métier de conception didactique pour se réfugier dans l’application de consignes… Mais, de toute façon, une question doit précéder celle d'un éventuel contentement des enseignants. Celle qui interroge la stratégie Blanquer pour savoir si elle va permettre une meilleure réussite scolaire. Or cette stratégie, notre ministre a déjà largement participé à la construire avec Xavier Darcos : a-t-elle réussi à réduire le nombre d’élèves en difficulté ? Non, elle concerne même une génération qui a été évaluée sévèrement avec PIRLS !

Mais, dans les projets du ministre, pas un mot sur la formation des enseignants dont nous savons tous qu'elle constitue la clé essentielle de l'amélioration qualitative de l'école. Rien sur les postes qu’il faudrait créer pour que les professeurs puissent partir en formation continue et bénéficier de temps de formation conséquents sur la lecture.
Rien sur le mi-temps désastreux des stagiaires de l’ESPE dont tout le monde convient à reconnaître qu’il  n’est pas adapté à leur formation initiale mais qui est maintenu pour compenser des emplois insuffisants…

L’idéologie simplificatrice, le discours populiste, l’autoritarisme … tous les ingrédients d’une politique qui tente désespérément de cacher son incapacité à faire preuve de la détermination budgétaire nécessaire pour améliorer l’école et lui permettre d'atteindre ses objectifs de démocratisation de la réussite scolaire.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Moyen-Orient
Des Russes désertent vers la Turquie pour ne pas « mourir pour Poutine »
Après que le président russe a décrété la mobilisation partielle des réservistes pour faire face à la contre-offensive de l’armée ukrainienne, de nombreux citoyens fuient le pays afin de ne pas être envoyés sur le front. 
par Zafer Sivrikaya
Journal — Politique
La justice dit avoir les preuves d’un « complot » politique à Toulouse
L’ancienne députée LR Laurence Arribagé et un représentant du fisc seront jugés pour avoir tenté de faire tomber une concurrente LREM à Toulouse. Au terme de son enquête, le juge saisi de cette affaire a réuni toutes les pièces d’un « complot » politique, selon les informations de Mediapart.
par Antton Rouget
Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal
« L’esprit critique » cinéma : luxe, érotisme et maternité
Notre podcast culturel débat des films « Sans filtre » de Ruben Östlund, « Les Enfants des autres » de Rebecca Zlotowski et « Feu follet » de João Pedro Rodrigues.
par Joseph Confavreux

La sélection du Club

Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste
Billet de blog
Saint-Jean-Lachalm, un village qui a réussi ses éoliennes, sans s'étriper
Saint-Jean-Lachalm, un village de la Haute-Loire qui a trouvé le moyen de ne pas s’étriper lorsque l’idée d’un champ d’éoliennes a soufflé dans la tête de son maire, Paul Braud. En faisant parler un droit coutumier ce qui, de fil en aiguille, a conduit… au chanvre.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Éolien : vents contraires !
[Rediffusion] Mal aimées parmi les énergies renouvelables, les éoliennes concentrent toutes les critiques. La région Provence Alpes-Côte d'Azur les boycotte en bloc sans construire d'alternatives au « modèle » industriel. le Ravi, le journal régional pas pareil en Paca, publie une « grosse enquête » qui ne manque pas de souffle...
par Le Ravi
Billet de blog
Le gigantisme des installations éoliennes offshore en Loire Atlantique et en Morbihan
Un petit tour sur les chemins côtiers en Loire Atlantique et en Morbihan pour décrire et témoigner du gigantisme de ces installations offshores, de la réalité de l'impact visuel, et de quelques réactions locales.
par sylvainpaulB