Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

175 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 oct. 2022

Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

AESH privées : inégalités et autres risques

Avec les AESH privées, le ministère crée une inacceptable rupture d’égalité et de multiples problèmes au sein des classes.

Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Après avoir nié l’existence d’AESH privées intervenant au sein des écoles, le ministère a fini par concéder qu’il existait quelques situations rares. Mais désormais, ce sont les associations qui annoncent, haut et fort, disposer d’un agrément pour mettre à disposition des familles des AESH privées pour soutenir les enfants à besoins spécifiques au sein des classes…

Évidemment, il n’est pas question de blâmer les familles qui, inquiétes de l’incurie des moyens attribués, cherchent désespérément une solution d’accompagnement pour leur enfant. Pas plus qu’il ne s’agit de critiquer les AESH qui trouveront dans ces contrats privés une rémunération plus digne que celle produite par un salaire très faible et une limitation contrainte de la durée de travail.
Par contre, parlons de ce qui va être produit par une telle décision.

Un cercle vicieux d’inégalités

Tout d’abord et de toute évidence, une rupture d’égalité puisque les familles qui disposeront des moyens financiers qui le permettent pourront disposer d’une ressource d’accompagnement qui manquera a bien d’autres.

Accepter cela c’est accepter de rompre avec un principe fondamental de l’école publique : celui de l'égalité de traitement. 

Ensuite, en offrant des salaires supérieurs, notamment parce que le temps de travail cumulera accompagnement en temps scolaire et hors temps scolaire, ces emplois privés vont entrer en concurrence avec les emplois publics. D’autant qu’ils offriront un travail d’accompagnement auprès d’un seul enfant face aux morcellements des emplois du temps produits par la mutualisation dans les PIAL.

On voit bien comment dans ce contexte concurrentiel, les emplois privés "siphonneront" les AESH les plus diplômées et les plus expérimentées.
De plus, elles pourront bénéficier de formations, financées par les parents, dans des cadres que les associations ont déjà prévus.

À l’inégalité de base, s’ajouteront toutes celles produites par la mise en concurrence. Elles seront plus vives encore sur les territoires déficitaires qui se trouvent aussi être marqués par une composition sociologique où dominent les milieux populaires.

Et que se passera-t-il quand des familles jugeront une aide nécessaire et seront capables de la financer sans compensation? Acceptera-t-on des aides pour des enfants sans reconnaissance de handicap?

C’est un cercle vicieux d’inégalités qui s’installe...

Autres risques au quotidien de la classe ...

L’AESH privée en classe publique pose un autre problème. D’un point de vue légal, l’AESH privée travaillera sous l’autorité de son employeur dont elle recevra des directives et des ordres. Ce sont les parents, qui du fait du lien de subordination, seront légitimes à contrôler l’exécution du travail. Comment cela va s’organiser avec le fonctionnement collectif de la classe, avec la responsabilité professionnelle de l'enseignante?

Que se passera-t-il quand une demande parentale s’avérera incompatible avec l’organisation de la classe? L’AESH devra-t-elle assumer les folies d’une double contrainte? Ne conduira-t-elle pas un fonctionnement en duo AESH/élève risquant de se déconnecter progressivement  de la vie sociale de la classe?

Et que se passera-t-il si une AESH privée posait problème vis à vis d’autres élèves ? Si elle enfreignait les obligations de neutralité, de laïcité ?
En fermant les yeux sur l’installation d’une pratique puis en finissant par l’accepter, le ministère fait preuve d’une grande légèreté qui dégradera à nouveau les conditions de travail des enseignants déjà bien éprouvées.

Une minorité d’élèves privilégiés y trouvera sans doute son compte. Aux mépris des autres, enfants handicapés vivant en familles de milieu populaire ou de classe moyenne.

Une telle rupture d’égalité est inacceptable.

________________

Voir aussi un précédent billet en MARS 2022
https://blogs.mediapart.fr/paul-devin/blog/250322/vers-une-privatisation-des-aesh-au-profit-exclusif-des-familles-les-plus-aisees

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
Affaire « Paul Bismuth » : Sarkozy prend ses distances avec les autres prévenus
L’ancien président conteste avoir commis la moindre infraction, malgré des enregistrements diffusés par la cour d’appel de Paris indiquant le contraire. À l’entendre, il n’était « pas passionné de procédure pénale », à l’inverse de Thierry Herzog, son ami avocat, et de l’ex-magistrat Gilbert Azibert.
par Michel Deléan
Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget
Journal
Drones, « exosquelettes » et nouvelles brigades : comment Darmanin va dépenser ses milliards
Les députés ont adopté mardi la version sans doute définitive de la Lopmi, ce texte qui fixe les objectifs et moyens des forces de l’ordre pour les cinq prochaines années. Elle prévoit une augmentation de leur budget de 15 milliards d’euros, dont la moitié sera consacrée à la numérisation de l’ensemble de leurs activités.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Prof harcelée par l’extrême droite : « Maintenant, il faut une protection policière pour réfléchir sur la fraternité ? »
Sophie Djigo, enseignante de philosophie en classe préparatoire à Valenciennes, a été la cible d’une campagne en ligne parce qu’elle organisait une sortie pédagogique dans une association d’aide aux migrants à Calais. Elle demande à l’Éducation nationale de « protéger les collègues ».
par Célia Mebroukine

La sélection du Club

Billet de blog
Sans couronne se relever
Au cours de sa formation théâtrale, Suzanne de Baecque répond à un travail d’immersion en s’inscrivant au concours de Miss Poitou-Charentes. Avec Raphaëlle Rousseau pour complice, elle narre son expérience à partir des coulisses, observant ses concurrentes, les racontant pour mieux donner naissance à « Tenir debout », docu-fiction entre rire et larmes, premier spectacle magnifique.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Dominique Blanc porte haut « La douleur » de Marguerite Duras
L’actrice dit vouloir jouer encore et encore ce spectacle, « jusqu’ au bout ». Elle a raison. Ce qu’elle fait, seule en scène, est indescriptible. Thierry Thieû Niang l’accompagne dans ce texte extrême de Marguerite Duras créé sous le direction de Patrice Chéreau il y a bientôt dix ans.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
L’art nous empêche-t-il de construire un monde meilleur ?
L'art peut-il être un outil politique pour surmonter les crises environnementales et sociales que nos sociétés traversent ? A-t-il vraiment le pouvoir de créer de nouveaux récits pour amener une mutation profonde et nécessaire ? Non. Car dans un monde profondément individualiste, l'art est fondamentalement du côté des forces réactionnaires.
par Sébastien Piquemal
Billet de blog
Jean-Charles Richard et autres héros du jazz
Sur l’album L’Étoffe des Rêves, le saxophoniste Jean-Charles Richard converse avec le pianiste américain de jazz Marc Copland. La vocaliste Claudia Solal et le violoncelliste Vincent Segal les rejoignent. L’entente des deux leaders, le talent apporté par leurs renforts, façonnent un univers harmonique enchanteur. Et délivre, cet automne, un concert réel comme un songe.
par BRUNO PFEIFFER